Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 08:43

                          PRIX:19,50 EUROS

LIEN/http://compostela2010.free.fr/guide_soler.htm

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 07:36

                                                     PRIX:19,00 euros

Des Pyrénées françaises à Santiago de Compostela À l'usage des pèlerins (à pied, à cheval, à vélo tout-terrain) Partant des Pyrénées françaises, l'auteur recense toutes les étapes de la façon suivante : Les villes et les villages avec des indications concernant le kilométrage, les différents sentiers, une note sur l'histoire mais aussi l'architecture, la faune, la flore, etc. Les points d'eau (indispensable en été), l'hébergement, la restauration. Quelle que soit la période de l'année à laquelle vous partiez, ce guide regorge de mille et une informations indispensables à la bonne réussite de votre voyage

Repost 0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 15:23

Guide Michelin France 2011

                                                                                           Prix:24,00 euros -5%

Présentation de l'éditeur

Incontournable la sélection d'hôtels et de restaurants des inspecteurs Michelin! Depuis plus de 100 ans, les inspecteurs Michelin sillonnent anonymement les routes de France à la recherche des meilleures adresses d'hôtels et de restaurants : une sélection d'établissements faites avec rigueur pour la constance des prestations offertes.
Découvrez et profitez de la sélection du guide MICHELIN France 2011 avec plus de 400 nouvelles adresses : du palace à l'hôtel familial, du grand restaurant au bistrot, le guide vous propose plus de 4000 adresses d'hôtels, plus de 500 maisons d'hôtes et plus de 3300 restaurants pour tous les goûts et pour tous les budgets. Des pictogrammes vous indiquent au fil des pages les hôtels au meilleur rapport qualité/prix, les tables étoilées, à petits prix et les menus à moins de 19 . Pour repérer facilement les établissements : 400 plans de ville et 22 cartes régionales. Les curiosités touristiques proches des établissements sont aussi mentionnées.
Retrouvez le Printemps du guide MICHELIN du 21 mars au 21 juin 2011 : avec le Pass Privilège inclu dans le guide MICHELIN France 2011 profitez d'offres exclusives, de menus à prix mitonnés et d'ateliers découverte dans plus de 1000 restaurants participants!
LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE
15,AVENUE FOCH
Repost 0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 15:20

          Guide Hachette des Vins 2011

                                   PRIX:27,00 -5%

François Bachelot, est responsable d’édition vin chez Hachette, à ce titre il est en charge du célèbre Guide Hachette des Vins. .

Francois-BachelotQuelles sont les grandes nouveautés de cette édition 2011 ?
Tout d’abord, la nouveauté, ce sont les 10 069 nouveaux vins sélectionnés. Cela n’a peut-être l’air de rien, mais il faut savoir que le Guide Hachette des vins n’est pas « mis à jour », il est entièrement refait et réécrit chaque année à partir de la dégustation des derniers millésimes mis en bouteilles. Quand on sait les variations qu’il peut y avoir d’une année sur l’autre chez un même producteur, on comprend l’importance d’avoir un guide d’achat le plus « frais » possible !
A part ça, deux innovations majeures cette année : un chapitre spécial sur les restaurants et bars à vins en France, et l’indication claire des nouveaux producteurs sélectionnés, les « découvertes » du Guide en quelque sorte.

Pourquoi avez-vous décidé de consacrer un chapitre aux bars à vin ?
Conscients de la multiplication de ce type d’établissements un peu partout en France, nous avions sorti un coffret l’an dernier avec l’édition 2010 et un guide des bars à vins. Forts du succès de ce coffret, nous avons décidé d’intégrer cette année directement dans le Guide cette sélection, mise à jour et enrichie. Ces établissements sont de parfaits endroits pour découvrir le vin : ils proposent des crus au verre, ce qui permet de limiter sa consommation si on le souhaite et de découvrir plusieurs vins au cours d’un même repas ; les propriétaires sont en général des passionnés qui savent faire partager leur passion et leurs découvertes. Plaisir, découvertes, alliance gourmandes : c’est notre idée du vin.

471 coups de cœur

Quels rôles jouent vos lecteurs dans l’élaboration du guide ?
Nous faisons régulièrement des études afin de savoir qui sont nos lecteurs et ce qu’ils attendent d’un guide. De plus, par l’intermédiaire de notre site internet www.hachette-vins.com lancé en 2008, nous avons des remontées qui nous permettent d’affiner certains aspects du Guide ou d’avoir des idées de nouveaux développements éditoriaux ou numériques. Certains sont d’ailleurs en cours de développement à l’heure actuelle.

Quels sont vos coups de cœur de cette édition 2011 ?
Les coups de cœur, nos dégustateurs en ont décernés à l’aveugle 471 cette année, dans toutes les régions de France ! La liste serait trop longue à reproduire ici… On peut noter toutefois un très beau millésime 2009 en Beaujolais (18 coups de cœur pour cette seule région !) comme en Muscadet, et de jolis liquoreux 2007, en Alsace comme à Bordeaux ou dans le Sud-Ouest.

Poussée vers le bio

Quels sont les vignobles les plus dynamiques en ce moment ?
Heureusement, il y a du dynamisme dans toutes les régions ! On trouve ainsi partout des « néo-vignerons », qu’ils soient anciens salariés du privé, viticulteurs sortis de la cave coopérative ou jeunes agriculteurs. On en trouve même en Champagne, région où le « ticket d’entrée » peut pourtant se révéler assez élevé. Sans surprise, le Languedoc-Roussillon se montre à cet égard très dynamique, tandis que la Provence ou l’Alsace confirme leur poussée vers le bio.

 

LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE

15,AVENUE FOCH

Repost 0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 15:03

La France que j'aime                                                                               PRIX:18,00 euros -5%

Présentation de l'éditeur

De la côte d'Albâtre à La Castagniccia au coeur de la Haute-Corse, en passant par l île d'Aix ou le hameau de Novel (Haute-Savoie), fief des sonneurs de trompe, le tour de France, pittoresque et authentique, d'un amoureux des terroirs.
Entre souvenirs personnels, anecdotes, évocation de personnages hauts en couleurs, croisés lors de ses nombreux reportages, Pierre Bonte nous entraîne dans une balade enchanteresse à travers une France aussi belle que mal connue et profondément enracinée dans ses traditions. Il partage avec passion et générosité coups de coeurs, bonnes adresses et découvertes des plus beaux sites de l'hexagone.

Biographie de l'auteur

Chantre des terroirs et des provinces, Pierre Bonte a parcouru la France pendant 25 ans, à l'occasion des matinales qu'il animait sur Europe 1 (« Bonjour, Monsieur le Maire » ou « Le bonheur est dans le pré »).
Il est l'auteur de nombreux best-sellers dont Bonjour la France ou, chez Albin Michel, Le Bonheur était dans le pré et C'était le bon temps !
LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE
15,AVENUE FOCH
Repost 0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 07:19
PRIX:19,90 -5%
 

Présentation de l'éditeur

C'est " un mythe ", proclamait Fellini. Héritière de plus de deux mille ans d'histoire païenne et chrétienne, Rome est une ville au charme ensorceleur : à l'ombre de ses ruines, de ses palais, de ses places et de ses églises millénaires, l'homme a enfoui son plus précieux savoir. Mais cette reine de l'univers ne cesse, depuis Romulus, de cacher de troublants secrets. Mamma Roma peut se révéler, comme la louve de Tite-Live, venimeuse et cruelle... Ce livre lève un coin du voile sur ces mystères en nous plongeant au coeur de la Rome vivante : des palais de l'aristocratie " noire " au ghetto, des monastères dérobés aux borgate populaires, Jacques de Saint Victor nous conduit en des lieux méconnus qu'il arpente depuis plus de vingt ans. Une promenade dans les splendeurs et les misères de Rome, ses héros et ses bandits, ses saints et ses prêtres corrompus, ses ragazzi et ses tifosi. De la Dolce Vita à aujourd'hui, en passant par les " années de plomb ", le lecteur se fraye un chemin partout où planent des ombres étranges, comme dans un vrai Romanzo Criminale où s'entremêlent le crime et le pouvoir, le profane et le sacré. Une façon de mieux comprendre ce que Du Bellay appelait déjà " le démon romain ".
 

Le 24 août 410, les Wisigoths emmenés par Alaric entrèrent dans Rome et la mirent à sac. Mille six cents ans plus tard, des tour-opérateurs britanniques proposent à leurs clients de refaire le trajet d'Alaric ! Ainsi va la vie de la Ville, l'Urbs qui osa se proclamer éternelle et à laquelle on revient toujours. Cette anecdote et des dizaines d'autres font le charme du Roman de la Rome insolite de Jacques de Saint Victor, écrivain, critique au Figaro littéraire et amoureux de Rome, "notre vieille mamma à tous".

"Faut-il donc toujours écrire sur Rome ?" se demandait l'éminent latiniste Pierre Grimal avant de répondre que la tentation était "irrésistible"(1). Jacques de Saint Victor a voulu montrer autre chose que les splendeurs séculaires de la ville : ses beautés et ses laideurs secrètes. Il nous emmène donc dans une Rome moderne, mystérieuse, un paradis infesté de brigands que le voyageur ignore, accablé qu'il est par les injonctions d'un tourisme culturel épuisant.

Le démon romain

La Rome de Saint Victor, c'est celle du cinéma, de Vacances romaines de Wyler à Caro Diario de Moretti, sans oublier les illustres de la comédie à l'italienne, ni Pasolini, ni le maître Fellini. Cap donc sur des quartiers peu visités (la Garbatela) ou la Via Veneto, où le premier paparazzo , Tazio Secchiaroli, fut, en 1958, roué de coups par le roi Farouk. Si le Trastevere n'est plus ce qu'il était, il suffit de rôder un peu pour retrouver la Rome de nos rêves enchantés. Loin des délices de l'île Tibérine, il est d'autres Rome que Saint Victor dévoile : celle des folies fascistes, des massacres, des "couvents pas très catholiques", des spéculations immobilières, celle des années de plomb, de l'assassinat d'Aldo Moro, celle de la bande de la Magliana immortalisée par Romanzo criminale, celle de la Mafia. On y croise aussi des tifosi qui vouent un culte quasi païen au calcio(le football). Vieille histoire, puisque déjà Pline le Jeune (61-114 ) s'étonnait qu'on puisse s'étriper pour une tunique.

De la grotte de Romulus aux palais de l'aristocratie "noire" (fidèle au pape), il s'agit pour l'auteur de cerner ce que Du Bellay nommait "le démon romain", cet esprit propre aux lieux où tout a toujours déjà existé. Sa conclusion ? Même si la mamma au fil des millénaires s'est couverte de cicatrices et de pustules, son sourire demeure, un rien cynique, follement attachant. Et c'est bien là l'essentiel.

Biographie de l'auteur

Jacques de Saint Victor, écrivain, universitaire et critique au Figaro littéraire, est un passionné de Rome et de l'Italie ô laquelle il a déjà consacré plusieurs travaux, dont Le Roman de l'Italie insolite (Le Rocher. 2007).Il enseigne à l'université de Paris VIII et à l'université de Rome III.
LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE
15,AVENUE FOCH
Repost 0
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 15:43

PRIX:18,00

Des Pyrénées françaises à Santiago de Compostela À l'usage des pèlerins (à pied, à cheval, à vélo tout-terrain) Partant des Pyrénées françaises, l'auteur recense toutes les étapes de la façon suivante : Les villes et les villages avec des indications concernant le kilométrage, les différents sentiers, une note sur l'histoire mais aussi l'architecture, la faune, la flore, etc. Les points d'eau (indispensable en été), l'hébergement, la restauration. Quelle que soit la période de l'année à laquelle vous partiez, ce guide regorge de mille et une informations indispensables à la bonne réussite de votre voyage

 

LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE

15,AVENUE FOCH

Repost 0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 07:54

LES SAINTS DU METRO

 PRIX:15,00 -5%

 

Le metro de notre enfance a cent dix ans:c'est,en effet,le 19 juillet 1900 que fut ouverte la premiére section de la ligne 1.Les saints de métro vous invitent à un long et passionnant voyage dans la entrailles mystérieuses de la capitale.Vous y découvrirez l'histoire  de métropolitain,ses caractéristiques techniques et ses particularités topographiques. 

Mais surtout,à travers les aléas de l'histoire de Paris et de son métro,vous retrouverez tout le passé religieux dont la ville des lumieres est si riche.De Saint-Paul à Saint-Placide,du Père Lachaise à Rochechouart,de Picpus à Babylone en passant par Richelieu et Mabillon,les saints et les saintes surgiront devant vos yeux comme autant de stations sur la ligne du ciel.

Bienvenue à tous ceux qui entreprendront avec les "compagons du métro"ce beau périple dans le Paris Chrétien.....

Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 08:48

 

 

 

La littérature, le cinéma, la télévision, la musique et même la bande dessinée, ont popularisé le sud des États-Unis et ont fait revivre sous nos yeux planteurs en redingote, cavaliers à dolman gris et femmes séduisantes en robes à crinoline, le tout sur fond de colonnades blanches et de magnolias fleuris.
Ce Deep South conservateur, tout à la fois dynamique et langoureux, refusa un temps la normalisation voulue par Washington, laquelle déboucha sur une terrible guerre civile, la guerre de sécession.
Les paysages et l’histoire, ainsi que les peuples qui les habitent et qui la font, sont étroitement imbriqués, indissociables, mêlant à chaque coin de rue, à chaque instant, passé et présent dans des paysages somptueux, que ce soit dans les deux Caroline, en Alabama, au Tennessee, en Virginie ou en Géorgie, pour ne citer que ces seuls États. Tout à la fois ouvrage historique, chronique contemporaine et guide touristique, cet abécédaire du Sud profond est une pressante invitation au voyage. Alors, tournez les pages, laissez vous porter par la petite musique des mots et… bouclez vos valises !

Jean-Claude Rolinat, élu local dans la France profonde, successivement cadre administratif, documentaliste et journaliste aimant parcourir le monde et découvrir ses curiosités, a déjà publié huit ouvrages.  

 

  « Ballade au pays de Scarlett »

Cinq questions à Jean-Claude Rolinat

 

Quelle est l’ambition de cette « Ballade au pays de Scarlett » ?

– Au risque de paraître prétentieux, j’écris les livres que j’aurais aimé lire… D’autre part,

s’agissant de celui-ci, j’ai dû aller onze ou douze fois aux Etats-Unis, plus

particulièrement dans le Sud et, à chaque voyage, je sentais monter en moi l’irrésistible

envie de « témoigner », d’inciter les gens à venir admirer des paysages autres que les

merveilleux mais classiques décors de l’Ouest, sentir la geste, l’épopée d’un peuple qui

résista de 1861à 1865 à l’énorme machine de guerre nordiste… De plus, dans nos

milieux, il est de bon ton de confondre l’Amérique avec son gouvernement de faire de

sa pseudo intelligentsia le reflet frelaté du pays réel. Si le monde devait juger la France à

travers les chansonnettes de Carla Bruni… au secours ! Il ne faut donc pas confondre le

gouvernement fédéral de cette puissante thalassocratie forcément impérialiste qui, au

passage, ne se nourrit que de nos faiblesses, avec le peuple de l’Amérique profonde,

rurale, conservatrice, où les gens sont attachés, tout comme nous, aux simples valeurs

traditionnelles. Et puis « les forts en gueule » de l’anti-américanisme primaire, sans

discernement, sont souvent les mêmes qui, jadis, étaient pétrifiés de trouille face aux

chars soviétiques, bien contents alors d’avoir les GI’s de l’Oncle Sam présents en

Europe. Cela étant dit, les temps ont changé, j’en suis bien conscient.

J’espère que l’achat de ce livre poussera plus d’un lecteur à boucler sa valise et à atterrir à

Atlanta, à la Nouvelle Orléans, à Memphis ou à Nashville car, tout en étant un petit

ouvrage historico-politique, c’est aussi surtout et avant tout, un guide touristique.

L’Amérique telle que vous nous la décrivez est loin de ressembler aux modèles des séries télé

– L’Amérique est à elle seule un condensé du monde entier : toutes les ethnies de la

terre s’y côtoient. Toutefois, les Etats du Sud font entendre leur petite musique

particulière. Sans doute parce que c’est là que la vieille Europe et sa civilisation

survécurent le plus longtemps. Et puis la nature, je ne vous dis que ça ! Des chênes d’où

pendent comme des guirlandes de Noël la mousse espagnole, la vigne vierge qui part à

l’assaut des fils électriques, des torrents bondissants et des chutes d’eau spectaculaires

(c’est là qu’ont été tournés par exemple des films tels que

Le Dernier des Mohicans

ou

Délivrance

), des magnolias fleuris, des marais aux eaux noires comme la stout

irlandaise où

les alligators ne dorment que d’un oeil… Les paysages et l’histoire, ainsi que les peuples

qui les habitent et qui la font, sont étroitement imbriqués, indissociables, mêlant à

chaque instant, à chaque coin de rue, passé et présent. Malgré la malédiction de

l’esclavage ou à cause de lui, Noirs et Blancs qui, comme l’huile et l’eau ne se mélangent

guère, sont toutefois parties prenantes de ces Etats américains à part entière et

entièrement à part, inséparables, comme les bandes zébrées du célèbre mammifère

africain. Quant au « vide culturel » que vous évoquez, il suffit de franchir les portes de

n’importe quel musée des villes du Sud pour tordre le cou à cette rumeur…

Parmi les multiples sujets historiques vous traitez de Napoléon III et des Sudistes. Pourriez-vous

– L’empereur Napoléon III, qui vérifiait ce que Tocqueville avait pressenti une ou deux

décennies avant lui, voulait contenir sinon contrecarrer cette puissance émergente. Ce

qui explique qu’il souhaita jouer un rôle d’arbitre dans le conflit entre les Etats qui,

quelque part, l’arrangeait bien dans sa tentative de mettre un prince européen sur le

trône du Mexique. Il informa le représentant de la Confédération, Sidell, qu’il espérait

obtenir une suspension des hostilités. Une façon pour lui d’afficher ses préférences

sudistes. Mais l’Angleterre ne suivit pas la France, la Russie non plus. Alors il

abandonna. Le gouvernement de l’Union s’en souviendra, en soutenant ouvertement

Juarez contre Maximilien que Napoléon III avait imposé comme Empereur aux

Mexicains. On connaît la suite…

Question guide touristique vous nous indiquez, parmi les perles du Sud, une petite ville du nom de

– À elle seule la petite cité de Madison en Georgie, située sur l’

Interstate 20

à l’est

d’Atlanta, même si elle n’a pas l’ampleur de la somptueuse Savannah ou de la

nonchalante et élégante Charleston, est la quintessence des villes du Sud : maisons

antebellum

de style victorien, antiquaires et végétation rafraîchissante. Et puis, c’est une

des rares agglomérations qui échappa à la fureur de ce pyromane de général Sherman

dans sa marche vers la mer…

S’il n’y avait qu’un livre d’écrivain du Sud à citer – hormis Margaret Mitchell – quel est celui que

– Disons deux ou trois… Puiser au hasard dans l’oeuvre de Faulkner bien sûr, avec son

récurrent et mythique comté de Yoknapatawpha qui pourrait bien être celui d’Oxford

où il vivait dans le Mississippi, sans oublier non plus Vladimir Volkoff avec ses

Nouvelles

américaines

ainsi que Dominique Venner avec Le Blanc Soleil des Vaincus car, après tout,

the

South gonna rise again

 

Propos recueillis par Catherine Robinson 

Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 08:17

 

 

 

Le Maroc par le petit bout de la lorgnette
2 000 ans d'histoires à travers le prisme d'un port atlantique (Fédala-Mohamédia)
Jean-Pierre Péroncel-Hugoz
50 illustrations anciennes ou inédites

Ayant séjourné un lustre au Maroc, en ce début du XXIe siècle, Péroncel-Hugoz, reporter sénior du Monde, auteur d’une dizaine de récits de voyages en islam et autres terres sudistes, a eu la curiosité, à partir du port atlantique de Mohamédia, l’ancienne Fédala, de braquer sa lorgnette sur les siècles passés du royaume chérifien et jusqu’à nos jours, embrassant événements, personnages et sites oubliés ou occultés.

Remarques littéraires, politiques ou artistiques, portraits, menus gestes quotidiens ou hauts faits guerriers alternent avec des allers-retours entre jadis et naguère. Des Berbères aux Portugais, des Chérifs alaouites au Maréchal Lyautey, des villes coloniales au débarquement américain de 1942, d’un fameux bordel chanté par Brel jusqu’aux expéditions phéniciennes capturant des éléphants près de l’actuelle Casablanca, Péroncel-Hugoz nous entraîne par des chemins détournés à travers l’Histoire infiniment chatoyante de « l’Occident de l’Orient », l’extrême-Maghreb, le Maroc...

 

Le Maroc par le petit bout de la lorgnette

Un jour, Péroncel-Hugoz qui avait été grand reporter au Monde, et qui est l’auteur d’un

 

 

livre prophétique, Le Radeau de Mahomet (Lieu commun, 1983), où il annonçait le danger

islamiste et la mise en dhimmitude de l’Europe, a posé son sac au Maroc où l’islam est

tempéré par la monarchie chérifienne.

Son point de chute ? Fédala (aujourd’hui Mohamédia), pas trop loin de Casablanca où il

dirige la collection « Bibliothèque arabo-berbère » pour les éditions La Croisée des

chemins. En apprenant son choix, certains lui dirent : « Quelle idée, toi qui as toujours

vécu dans l’Histoire, d’aller te fourrer dans un endroit sans Histoire ! »

Sans Histoire et sans histoires, Fédala-Mohamédia ? Mauvaise pioche ! Car s’il est vrai

que la ville aux mille palmiers et à la baie incomparable est inconnue des circuits

touristiques (ce qui la préserve d’être souillée comme Marrakech), elle est ruisselante de

hauts faits historiques et de tout autant d’anecdotes qui en disent le riche passé (aussi

bien ancien que plus contemporain). D’où ce gros livre – plus de trois cents pages – où

Péroncel-Hugoz prend prétexte de Fédala-Mohamédia pour raconter la grande histoire

du Maroc, cet « Occident de l’Orient » (Maghreb al-aqsa).

On l’a compris : ce n’est pas une monographie que cet ouvrage où les anciens du Maroc

du Protectorat (les « Vieux Marocains » comme nous disons entre nous) retrouveront là

les trésors de leur terre natale. Et où les autres, ceux qui ne connaissent pas (encore) le

Maroc ou qui ne l’ont visité que comme des touristes pressés, glaneront de quoi

préparer un voyage « intelligent ».

Il y eut les Berbères, les Phéniciens, les Arabes, les Portugais, les Français pour écrire

l’histoire de ce pays. Péroncel-Hugoz le montre à l’évidence. Et l’on aime ses pages sur

l’époque de Protectorat quand les Kaouachi, les Hernandez, les Missighini, les Bonavia,

les Vanhout, les Berthier, les Ghenassia, les Berkane, les Misfud, les Guglietmetti, les

Lank, les Dahan, avaient appris à vivre ensemble. Et, qu’on le veuille ou non, à s’aimer.

Pourquoi ce titre, Le Maroc par le petit bout de la lorgnette ? Parce que c’est à partir de

Fédala-Mohamédia que Péroncel-Hugoz a eu le goût de braquer ladite lorgnette sur les

siècles passés du royaume chérifien. Pour arriver jusqu’à nos jours avec son lot de

personnages connus et/ou oubliés qui disent bien que l’on ne sort jamais indemne de la

fréquentation du Maroc.

Avec Péroncel-Hugoz nous avons sillonné les rues de Fédala, moi le fils de Salé-la-

Corsaire, lui le découvreur des choses derrière les choses. Avec bonheur car chaque coin

de rue nous parlait effectivement de cette histoire locale résumant bien l’histoire

nationale marocaine : les souvenirs des Berghouata (qui tinrent tête aux légions

romaines), la médina luso-arabe, le pont portugais sur l’oued Mellah, l’ancienne place

Maréchal-Pétain (jusqu’en 1946), l’église Saint-Jacques-de-Mohamédia, Le Sphinx (une

maison close où Brel avait ses habitudes), le marabout de Sidi-Mohamed-ben-Cherki…

Ah ! ne me cherchez pas à Paris, je repars au pays…

Alain Sanders

 

 

                                                                                                                                                                                                                                         

Repost 0

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement

 

 

 

 

Texte Libre