Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 16:50

 

A mon avis, des sociétés multiculturelles, multiethniques et multireligieuses ne sont pas seulement une bonne chose, elles sont inévitables. Construire des communautés ouvertes et tolérantes est un processus lent et délicat.
Antonio Guterres

Le multiculturalisme « n’est pas seulement une bonne chose, il est inévitable », a déclaré lundi à Genève Antonio Guterres, Haut commissaire aux réfugiés de l’ONU. S’exprimant devant le comité exécutif du HCR, Antonio Guterres a ajouté que les « réfugiés ne doivent pas devenir les dommages collatéraux d’attitudes et de politiques anti-immigrés ».

«A mon avis, des sociétés multiculturelles, multiethniques et multireligieuses ne sont pas seulement une bonne chose, elles sont inévitables. Construire des communautés ouvertes et tolérantes est un processus lent et délicat. Mais la non-discrimination est un principe de  base des droits de l’Homme et tous les Etats ont le devoir de le respecter», a souligné Antonio Guterres.

Pour le Haut Commissaire, la montée de la xénophobie menace l’espace disponible pour la protection des réfugiés, alors que l’environnement international est toujours plus complexe. Cela rend plus difficile de trouver des solutions pour les 43 millions de réfugiés, déplacés internes et apatrides dans le monde, a-t-il averti.

Suite et source: Le Matin.ch

Par contre il devait lancer du haut de la tribune de l'ONU: le métissage de l'argent!En effet plus de trés..trés..trés.. riches et plus de pauvres,mais tout le monde avec des revenus, permettant de vivre décemment.Mais là,le lobby qui n'existe pas mettra son véto.

  E n France,même son de cloche,comme quoi...

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a affirmé lundi soir que promouvoir la diversité constituait un « facteur primordial d’intégration », après avoir remis à onze entreprises et une collectivité locale les « labels diversités », issus d’une charte créée en 2004.

Le label diversité participe, selon le ministre, de « notre politique d’intégration » et « avec l’insertion par la connaissance du français, il s’agit d’un facteur primordial d’intégration des personnes immigrées », a-t-il dit. Il a jugé que les « 265 (depuis 2004) organismes labellisés ‘diversité’ qui représentent 800.000 salariés, sont nos meilleurs relais pour conduire sur le terrain des politiques d’insertion par le travail ».

Source : Europe 1

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 16:12
Retrouver l'autonomie politique de la France

Dans le domaine économique et commercial, il s'agit d'abord de ne pas être les idiots de la classe de la mondialisation, ensuite de prendre conscience et de défendre nos intérêts propres, ceux des Français, ceux des Européens, dans un monde qui ne fait et ne fera pas de cadeaux. Personne ne juge mauvais que les Chinois aient une préférence pour les intérêts de la Chine. Personne ne doute que les Américains poursuivent avec constance l'intérêt américain. Pourquoi est-ce que seuls les Français ne pourraient pas poursuivre les intérêts de la France, et les Européens manifester leur préférence européenne ?

Si l'objet est d'en finir avec une dépendance à l'égard des marchés financiers qui tourne à l'esclavage, si l'objet est de retrouver une autonomie politique, qui est l'autre nom de la liberté de nos peuples à choisir leur destin, il ne s'agit pas seulement de tarifs douaniers, de contrôles aux frontières et de réciprocité négociée. Des dispositions techniques et juridiques précises dans le domaine du placement de la dette, des privatisations, des opérations de marché, de la réglementation bancaire, peuvent engager des évolutions à terme considérables, et nécessaires.

  • 1. La renationalisation de la détention de la dette. Elle s'applique aux OAT ; elle s'appliquerait tout autant et sinon plus, aux euroobligations. Pour gagner quelques points de rendement, le Trésor français, après et comme d'autres, a consenti un abandon majeur de souveraineté ; une dette publique détenue par les nationaux s'apparente à l'impôt, l'inflation peut la réduire ; une dette détenue majoritairement à l'extérieur est une dette, et le défaut est le seul moyen de l'alléger vraiment. Les résidents détiennent moins de 35 % de la dette publique de leur pays ; il leur est impossible d'acheter en direct des titres de la dette nationale ; et certains besoins d'investissement ne peuvent être satisfaits que par des titres émis ailleurs. Il est urgent de renationaliser la détention de la dette publique, non dans un but de fermeture, mais d'autonomie politique. Dans ce but, les Français doivent pouvoir acheter des titres de dette publique au guichet de leur banque, ou par Internet, et les Européens doivent pouvoir souscrire des euro-obligations comme ils le veulent. Dans ce but aussi, et face à l'ampleur de la question du vieillissement, l'émission d'obligations du Trésor indexées sur l'inflation et d'une durée de 40 ans est la solution manifeste aux besoins d'investissement des fonds de retraite (PERCO, PERP, Assurance-vie, fonds Madelin, etc.) dont la principale préoccupation pour les décennies à venir est la protection contre l'inflation. Le choix des gérants et leur préférence pour la France et l'Europe fera le reste.
  • 2. L'émission de parts d'associés. La privatisation des grandes sociétés de service collectif a permis la constitution de rentes indues et fait perdre à la collectivité nationale et européenne un contrôle sur des actifs essentiels, et stratégiques. Les ravages de la propriété d'Etat et du contrôle public sont connus, les ravages de la privatisation se découvrent. L'application du modèle actionnarial, de la course à la création de valeur et de la concurrence à ces sociétés dites naguères "gestionnaire de monopoles naturels" est un échec. C'est vrai pour l'énergie, c'est vrai pour les réseaux ferrés, c'est vrai pour la poste, c'est vrai pour la banque de détail. Il faut en tirer les conséquences, et d'abord sur l'inadéquation du modèle de propriété actionnarial. Pour les futures opérations d'ouverture de capital de sociétés publiques ou de monopoles naturels, il est urgent d'inventer un titre d'associé aux droits et aux rémunérations proches de ceux des sociétaires des coopératives, des parts dont l'achat et la vente sont soumis à l'agrément de l'entreprise, et dont les droits de vote sont effectifs sur le mode "un homme, une voix". L'offre de vente de ces parts d'associés à des personnes physiques et morales, ferait des Français les propriétaires associés des grandes entreprises de service commun. L'expérience des réseaux mutualistes prouve la facilité à lever des capitaux, la facilité aussi à organiser le lien avec les marchés de capitaux, donc la respiration du capital.
  • 3. La création d'un marché boursier centralisé La directive européenne dite "MIF" a détruit trois siècles d'expérience et de progrès européen dans le domaine du lien entre modèle de marché, activité boursière, société et intérêt collectif. La directive a organisé l'éclatement de la liquidité, fait perdre l'unicité du prix et fourni aux intermédiaires les plus puissants ou les plus retors toutes les occasions de jouer contre les intermédiaires plus petits, les investisseurs de long terme et les épargnants. L'aveuglement européen a fait des marchés boursiers un mauvais lieu, qui va tuer l'actionnariat populaire et qui commence à provoquer des retraits de la cote, depuis que le marché sert à tout sauf à financer les entreprises. Dans le domaine des marchés d'actions comme dans celui des marchés d'options et de dérivés, comme dans celui des matières premières, la centralisation des ordres sur un système d'ordre public est le préalable à toute moralisation de la finance. Des chefs d'entreprise s'émeuvent désormais ouvertement de l'absence de tout lien entre leur activité, leur performance, leurs résultats, et les mouvements de leur titre en Bourse ; ils sont choqués de voir leur titre négocié à des prix différents au même moment, des mouvements importants de leur capital se dérouler ans des "trous noirs" sans transparence et sans équité. Sur les marchés des actions, des obligations, comme sur ceux des matières premières, l'obligation d'une centralisation des ordres, d'une unicité des prix, et d'une transparence sur les conditions, est un objectif stratégique de retour au lien indissociable qui unit les épargnants, les associés, et les sociétés cotées.
  • 4. La séparation des métiers bancaires Il y aurait les bonnes banques et les méchants Hedge Funds. C'est ignorer le fait que les hedge funds ne travaillent qu'à partir du crédit que leur fournissent les banques, et qui fait jouer l'effet de levier dévastateur. Quelle est la responsabilité d'UBS dans le levier qu'ont fait jouer tel ou tel hedge fund dans les années 2000 ? La séparation entre dépôts, crédit et opérations de marché est fondatrice de la confiance, de la sécurité et de la morale. Elle doit permettre d'éliminer les acteurs non conformes, et de restaurer la notion de criminalité financière, certains comportements et certaines opérations suggérant moins des dérives professionnelles qu'une qualification d'entreprise frauduleuse, voire criminelle, permettant le retrait de la licence d'opérer sur le territoire européen, la mise sous contrôle des opérations, voire la saisie des actifs détenus. Ni protectionnisme, ni libre échangisme, cette perversion d'une technique économique, le libre échange, devenue idéologie ; la maîtrise retrouvée des activités financières, des organisations de marché et des activités de crédit et d'investissement désigne le véritable sujet. Car la désignation d'ennemis lointains, la Chine étant la cible désignée, est une diversion habile qui n'égarent que ceux qui ignorent que la majorité des déficits a lieu entre pays développés, et que l'origine des déficits abyssaux qui volent notre avenir est à rechercher dans les dérives de la finance de marché et dans la privatisation des Etats par les banques, bien plus que dans la mondialisation ou la concurrence déloyale des pays à bas revenus. Ne pas se tromper d'ennemi et de cible ; ceux qui vont se battre pour redonner à la France et à l'Europe leur autonomie de choix et de destin devront d'abord acquérir une rare et dangereuse lucidité à cet égard.
  • 5. Le retour à la mention d'origine des produits C'est la dignité et le respect du consommateur qui peut choisir et arbitrer en fonction d'information dont le prix n'est qu'une composante, et qui peut attribuer une valeur aux choses différentes de leur prix. Le stupide "made on earth by humans" est la fin du politique et la dissolution de toute société organisée dans l'isolement généralisé. Il y a un prix à payer contre l'isolement, contre la dissociété, et contre la décivilisation qui nous gagne.

Ni protectionnisme ni libre-échangisme, le vrai débat politique et le vrai clivage opposent ceux qui se battent pour l'autonomie des peuples, peuple français, peuple européen, et ceux qui travaillent à leur asservissement aux intérêts privés, dans le cadre du droit et du marché. Au nom d'un internationalisme mal compris, au nom d'un attachement aux droits qui détruit le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, une partie des socialistes se fait complice des forces du capital sans frontières, sans identité et sans liens. Récemment disparu, Paul Yonnet a été l'un des premiers à avoir percé à jour la contre-manœuvre socialiste – contre-manœuvre, parce qu'elle produit l'inverse des buts qu'elle affiche. Derrière l'éloge de la mobilité il faut entendre l'esclavage, derrière le sans-frontièrisme, il faut entendre apologie des invasions et des colonisations, derrière les Droits universels il faut entendre l'extinction des peuples libres de se donner leur loi, de se compter et de se nommer. Et derrière la liberté du marché, il faut voir les faux-monnayeurs, les charlatans et les usuriers qui reviennent.

Hervé Juvin
Essayiste et économiste
Le Monde
30/09/2011

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 08:44

L’immigration est une priorité budgétaire pour le gouvernement de Nicolas Sarkozy !

PARIS (NOVOpress) – Hallucinant ! Alors que la France connaît l’une des pires crises financières des cinquante dernières années, le gouvernement vient de décider d’augmenter le budget pour l’accueil des immigrés. Ainsi, la part consacrée à l’immigration et à l’asile dans le budget 2012 est en augmentation de 27%. Une augmentation de pratiquement 30%, car il faut, selon le ministère de l’Intérieur,« tenir compte du niveau élevé des besoins d’hébergement des demandeurs d’asile ».

Au total, la mission immigration, asile et intégration voit ses crédits augmenter de 14,1% pour 2012, pour atteindre 632 millions d’euros, dont 376 millions d’euros pour l’asile contre 296 millions en 2011, selon les éléments fournis par le ministère.

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]  

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 08:25

LU sur le site :Terre et peuple

La rumeur est une arme comme les autres; voici comment elle a été utilisée ces derniers temps contre l'Europe, pour cacher quoi ? La misère des USA ?

 

Chacun se fera son avis...

 

Petit tableau des principales rumeurs, à noter que normalement la Chine ne commente jamais, ce qu'elle a pourtant fait une fois vu l'ampleur des dégâts (ligne 2, commentaire ci dessous)


Il faut noter la prépondérance des anglais dans l'émission et la volonté de diffusion de ces fausses informations, destinées à alimenter la spéculation, et à déstabiliser le Vieux continent, Financial Times (FT) en tête.

 

La pluspart ont été démenties,sauf la numéro 10 et la numéro 16,incroyable, non!

 

rumeurs_contre_leurope

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 07:57

 Le Saint-Siège demande la création d'un Etat palestinien

Par la voix de Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations du Saint-Siège avec les Etats :

"Le Saint-Siège considère cette initiative dans la perspective des tentatives de trouver une solution définitive, avec l’appui de la communauté internationale, à la question déjà affrontée par la Résolution 181 de l’Assemblée générale des Nations Unies, en date du 29 novembre 1947. Ce document fondamental pose la base juridique pour l’existence de deux Etats. L’un d’entre eux a déjà vu le jour, alors que l’autre n’a pas encore été constitué, bien que près de soixante-quatre ans se soient passés. Le Saint-Siège est convaincu que, si on veut la paix, il faut savoir adopter des décisions courageuses. Il souhaite que les organes compétents des Nations Unies prennent une détermination qui aide à mettre en œuvre effectivement l’objectif final, c'est-à-dire la réalisation du droit des Palestiniens à avoir leur propre État indépendant et souverain et du droit des Israéliens à la sécurité, les deux Etats étant munis de frontières reconnues internationalement. La réponse des Nations Unies, quoi qu’il ne soit, ne constituera pas une solution complète et l’on ne pourra atteindre la paix durable que par des négociations de bonne foi entre Israéliens et Palestiniens, évitant actions ou conditions qui contredisent les déclarations de bonne volonté. Le Saint-Siège, par conséquent, exhorte les parties à reprendre les négociations avec détermination et adresse un pressant appel à la communauté internationale afin qu’elle accroisse son engagement et stimule sa créativité et ses initiatives, pour qu’on arrive à une paix durable, dans le respect des droits des Israéliens et des Palestiniens."

Michel Janva

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 07:47

Martine Aubry a réaffirmé samedi 1er octobre à Trappes (Yvelines) qu’elle instaurerait une « allocation d’autonomie » pour les jeunes, si elle était élue présidente de la République, afin de leur permettre d’ »être plus compétitifs ».

« Je propose de donner aux jeunes une allocation d’autonomie liée aux conditions de ressources des parents et qui sera en moyenne de 400 euros par mois, plus l’APL (Allocation pour le logement). De cette manière, ceux qui font des études pourront être plus compétitifs », a affirmé la candidate à la primaire socialiste, qui a visité un marché avant d’aller à la rencontre de jeunes chefs d’entreprise. (…)

Mme Aubry a par ailleurs réaffirmé son souhait de voir « le droit de vote accordé aux étrangers aux élections locales ». « Des hommes et des femmes sont venus d’ailleurs et vivent avec nous en respectant nos lois, nos valeurs communes. Dès lors qu’ils respectent ces valeurs, ils ont le droit de voter là où ils résident depuis plusieurs années », a-t-elle estimé.

Jamel Debbouze accompagne Martine Aubry à Trappes

Primaire socialiste, Samedi 1 octobre Martine Aubry rendra visite à Trappes selon nos  sources le comédien Jamel Debbouze originaire de la Ville accompagnera la candidate au primaire socialiste. Le but de la visite se fera sur la thématique de l’emploi des jeunes.

Sources : Le Monde, MantesTV.com

 

aussi :

  1. « Le Monde » offre une tribune à Martine Aubry
  2. Martine Aubry écrit une « Lettre aux Français »
  3. Martine Aubry en vacances au Maroc
  4. Des avocats soutiennent le mari de Martine d’Aubry
  5. 2012 : BHL soutient Martine Aubry
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 07:43
Les « petits pois » du Figaro entre « gauchisme larvé » et « sarkozysme disciplinaire »

Le Figaro obéit à une double logique : le « gauchisme » de salle de rédaction de la majorité de ses rédacteurs et le sarkozysme militant de sa direction. Le traitement de l’affaire de Karachi – une alouette d’information, un cheval de contre-attaque – a donné lieu à une passe d’armes entre la direction (Etienne Mougeotte, ex-TF1) et la Société des journalistes dont l’excellent Stéphane Durand-Souffland, Bobard d’Or 2010. Nos lecteurs trouveront le compte rendu de l’échange direction/syndicat du 26 septembre 2011.

Polémia

Traitement des « affaires » et implication personnelle d’Etienne Mougeotte auprès du président de la République La SDJ fait part des nombreuses réactions recueillies dans la rédaction, selon lesquelles Le Figaro traite de manière insuffisante et caricaturale les affaires mettant la droite en difficulté comme, pour n’évoquer que la plus récente, Karachi, dans laquelle apparaissent les noms de Nicolas Bazire, Thierry Gaubert et Brice Hortefeux, proches de Nicolas Sarkozy. Nous estimons que le déséquilibre entre le premier papier, non signé (garde à vue de Nicolas Bazire et mise en examen de Thierry Gaubert), et la pleine page de contre-attaque de l’Elysée nuit à la crédibilité du journal. D’autant que l’un des directeurs-adjoints avait donné au comité la consigne de traiter l’info par un « zoom ». Voici la réponse d’Etienne Mougeotte : « Nous faisons un journal d’opinion, politiquement engagé, qui couvre l’actualité de manière honnête. On n’est pas là pour emm… la droite, c’est comme ça. Cela dit, nous n’avons eu aucun retard sur l’information concernant Bazire, il y avait même sa photo, ce qui n’a pas dû lui faire plaisir. Je ne sais pas pourquoi ce papier n’était pas signé, il n’y avait aucune raison à cela. Si un de mes adjoints avait estimé qu’il fallait faire un « zoom », c’est une bêtise mais ce qui compte c’est ce qui a été publié. Pour être bien au Figaro, il faut épouser les idées du Figaro. Pour autant, jamais le journal ne défendra ce qui est contraire à la loi, et nous suivrons cette actualité comme les autres. Je note que nous restons excellents sur l’affaire Servier. »

DSK, Valls, Hollande et Banon

La SDJ interroge également la direction au sujet d’une manchette de cet été, faisant de la date de l’audition comme simple témoin de François Hollande dans le cadre de l’affaire DSK/Tristane Banon l’information la plus importante du jour. Cette manchette était illustrée par deux photos juxtaposées de François Hollande, candidat à la primaire socialiste, et de Tristane Banon, créant un choc visuel inapproprié. Etienne Mougeotte reconnaît « une erreur » qui doit « servir de leçon » pour l’avenir. « Ce n’est pas la manière de faire du Figaro, admet-il. Cette info ne valait pas 5 colonnes. On fait ce genre d’erreur quand l’actu est pauvre » et qu’on doit absolument monter un sujet en manchette. Bien qu’il ne s’agisse pas en l’espèce d’un montage ou d’une retouche, la SDJ rappelle le précédent dit de « la bague de Rachida Dati » : Etienne Mougeotte l’avait également déploré, et il avait déjà promis à l’époque que cela servirait de leçon pour l’utilisation des photos.

Nous attirons l’attention de la direction sur le cas de Manuel Valls, opposant local du propriétaire du Figaro dont il est difficile de parler dans les colonnes du journal – sa photo a été récemment retirée d’un article. Etienne Mougeotte répond, laissant implicitement entendre que Manuel Valls n’est pas « tricard » au Figaro : « On le traite astucieusement… ce qui est paradoxal pour le responsable le plus à droite du PS. Nous n’avons pas de contentieux avec lui, il a été invité du Talk. »

Enfin, nous revenons sur les informations publiées dans plusieurs titres, notamment Le Monde, faisant état d’une implication personnelle d’Etienne Mougeotte dans la campagne de réélection de Nicolas Sarkozy, en particulier au sein d’un groupe de conseillers animé par Jean-René Fourtou. Voici sa réponse, extrêmement ferme : « J’ai pris un café à trois ou quatre reprises chez Fourtou. Je fais ce que je veux, avec qui je veux. Je vois beaucoup de monde – pas souvent Nicolas Sarkozy –, beaucoup de gens me demandent leur avis et vous seriez étonné de savoir de qui il s’agit. En tout état de cause, je reste un journaliste. Je n’ai jamais été encarté dans aucun parti politique et ne le serai jamais. Je ne suis pas un conseiller officiel ou officieux de Nicolas Sarkozy. Mes loisirs, je les passe au golf, pas à l’Elysée. »

La SDJ prend acte des propos d’Etienne Mougeotte, qui a toujours reçu ses représentants à leur demande et n’a jamais refusé de répondre à aucune question. Mais elle regrette que tout débat au sujet des choix éditoriaux soit systématiquement mis au compte, généralement sur le ton de l’apparente plaisanterie, d’une sorte de gauchisme larvé. La SDJ entend continuer à jouer son rôle, qui consiste à faire remonter à la direction le sentiment de la rédaction, qu’il soit positif ou critique. Cela participe de la vie d’une rédaction comme la nôtre, qui n’est pas composée de petits pois. Le débat interne appartient à l’ADN du Figaro.

Société des Journalistes du Figaro

Réunion du 26 septembre 2011

Pour la direction : Etienne Mougeotte et Jean-Michel Salvator

Pour la SDJ : Nicolas Barotte, Martin Couturié et Stéphane Durand-Souffland

Communiqué de Polémia - 20/04/2010 - 23 h Première cérémonie des Bobards d'or

Correspondance Polémia – 30/09/2011

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 07:09

L'ONU envisagerait-elle un traité sur l'euthanasie et la fin de vie…

Posted: 01 Oct 2011 03:33 AM PDT

C'est que que pense Susan Yoshihara, écrivant pour le Friday Fax de C-Fam.

Le représentant du Saint-Siège au Conseil des Droits de l'homme à Genève, a dû en tout cas s'inscrire en faux contre un rapport qui évoque explicitement « les problèmes de l'autonomie du patient par rapport à la décision de mettre fin à la vie », dénonçant immédiatement les « pratiques qui visent à raccourcir la vie des personnes âgées et des malades et qui sont, au bout du compte, des formes d'euthasie ».

Par ailleurs un Groupe de travail « ouvert » sur le vieillissement des populations qui s'est réuni à New York (Open Ended Working Group on Aging), de son côté, s'est interrogé sur l'opportunité d'un nouveau traité international visant à protéger les droits des personnes âgées (qui a la faveur de l'Union européenne), les Etats-Unis préférant de leur côté la nomination d'un nouveau rapporteur chargé de la question.

La prise en compte de la question du vieillissement lors de ces deux rencontres part, apparemment du moins, d'un bon sentiment : il s'agit de protéger une population fragile, de prendre en considération le manque de moyens des familles pour prendre soin de leurs anciens, voire de dénoncer les violences commises contre eux.

Mais la question est ouverte : faut-il un traité international ou appartient-il aux pays eux-mêmes de régler ces questions (comme le pensent le Japon et Israël, pays au vieillissement très rapide) ? Ce traité serait-il vraiment envisagé de façon protectrice vu la citation rapportée plus haut ? Le « droit à l'euthanasie » semble être en train de vouloir entrer par la petite porte dans le droit international.

Les deux réunions ont mis l'accent sur le fait que le monde comptera 2 milliards de personnes âgées en 2050 contre 600 millions en 2002, selon les projections de l'ONU, qui constate également une augmentation sans précédent du nombre de personnes âgées dans presque chaque pays de monde, rappelle Susan Yoshihara.

leblogdejeannesmits
Et au même moment,mais c'est une coincidence,le mondialiste bobo:
François Hollande veut débattre sur
l’euthanasie

Le député socialiste François Hollande a demandé la mise en place d’un débat sur l’euthanasie à l’occasion d’un déplacement à Villeneuve-sur-Lot le 30 septembre 2011.

Le candidat aux primaires socialistes a estimé que la question de la fin de vie nécessitait l'adoption de « règles extrêmement précises » ; que « le consentement de la personne » ainsi que « l'acceptation par la famille » étaient indispensables ; et enfin que « la concertation préalable d’une communauté médicale » devrait être obligatoire. François Hollande considère en effet que le personnel médical devrait être le seul à pouvoir décider.

Tout cela « fera l'objet de débats, de discussions, pour que rien ne soit annoncé qui ne puisse être accepté et que rien non plus ne soit écarté » a-t-il déclaré.

En août 2011, Jean Leonetti, auteur de la loi de 2005 sur les droits des malades en fin de vie, que M. Hollande considère comme un progrès ayant permis l’évolution d’un certain nombre d’esprits et de règles, avait également proposé l’organisation d’un débat public sur l’euthanasie après les élections présidentielles de 2012.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 07:07
Lettre aux enfants européens (nés en 2011) : devenez des hommes

Dans cette épître Michel Geoffroy dresse un panorama glacial de ce qui attend les nouveau–nés. C’est aussi une satire sans concessions du système contemporain. Un système, il est vrai en voie d’effondrement.

Polémia

Mes pauvres enfants, vous êtes nés dans un monde finissant et vous allez participer à son agonie. Vous, les jeunes Occidentaux, votre cauchemar ne fait que commencer.

Vous avez échappé à l’avortement et vous êtes nés dans ce qui reste de la famille en Europe. Elle sera peut-être « monoparentale », c’est-à-dire réduite à une seule personne. Ou bien constituée de deux personnes aux noms différents, voire de même sexe. Vos grands-parents, vous les verrez de temps en temps, pour qu’ils vous fassent des cadeaux ou pour qu’ils vous « gardent » pendant que vos parents travaillent ou s’amusent ; avant qu’ils ne rejoignent l’hospice car ils finiront aussi par gêner. Vos parents divorceront un jour, sans doute, s’ils se sont mariés (un mariage sur deux finit en divorce selon les statistiques). Votre famille se réduira au droit de visite.

Vous n’aurez pas le réconfort d’avoir beaucoup de frères et de sœurs car la démographie occidentale s’effondre : vous n’aurez que des copains, des potes et des adresses Internet. Vous n’aurez que des amis en silicone. Cela vous suffira puisque de toute façon vous allez passer 4 heures par jour devant la télévision. Le reste du temps, vous écouterez de la musique déracinée avec vos copains en « boum », en « boîte » ou sur votre MP3 et vous tapoterez sur votre téléphone-ordinateur-appareil photo-GPS portable.

Vous lirez peu et rarement de vrais livres. L’accès à la culture ne vous sera pas accordé sauf si vos parents sont riches. On vous dressera ainsi à rester des éternels spectateurs du monde : des objets et non des sujets de l’histoire.

L’école publique ne vous apprendra rien de votre passé, de votre histoire, de votre culture, de vos racines ou de votre religion. Elle vous apprendra seulement à respecter les commandements de l’idéologie dominante et qu’il est normal de copuler avec vos petits copains et copines. Elle vous apprendra à vous repentir de votre civilisation, à mépriser vos ancêtres et à suspecter vos parents. A la cantine on vous fera manger halal car il ne faut pas discriminer vos petits camarades musulmans. On vous apprendra à consommer et à céder à ce que vous croirez être vos libres pulsions, alors que vous serez seulement victimes de la suggestion publicitaire omniprésente.

Si vos parents ont un peu d’argent, vous vous inscrirez à l’université puisque tout le monde y va, bien que vous ne sachiez pas bien l’orthographe, à la différence de vos arrière-grands-parents qui n’avaient que leur certificat d’études primaires mais qui savaient lire, écrire et compter et qui connaissaient les chefs-lieux de départements. Avec un peu de patience vous obtiendrez un diplôme, comme tous les autres, et vous devrez alors chercher du travail. Comme tous les autres, car vous entrerez dans un monde où le travail durable est un privilège rare, désormais.

Vous serez en concurrence avec le monde entier : avec les Chinois et les Indiens qui fabriquent chez eux ce que l’on vous somme d’acheter, et avec les Africains qui sont installés en Europe. Des législations compliquées, destinées à empêcher de « discriminer » tout le monde sauf vous, ont en outre été mises en place. Il faudra vous contenter de peu si vous voulez travailler. Il faudra aussi faire preuve de docilité et de mobilité car la délocalisation de l’emploi industriel est désormais la loi. Et puis, compte tenu des prix de l’immobilier – car c’est le seul bien qui n’a pas encore été dévalué par les crises financières à répétition –, il vous faudra beaucoup vous déplacer entre votre domicile et votre travail, et de plus en plus longtemps puisque les centres villes sont de plus en plus chers. Et vous voyagerez dans les transports collectifs bondés car les routes sont saturées ou interdites.

Vous vivrez dans des banlieues et non plus dans des villes, des villages et des campagnes, comme vos ancêtres. Vous logerez entre le centre commercial, le centre culturel et le parking. La nuit, il vous faudra éviter de circuler pour ne pas rencontrer des « jeunes », des criminels récidivistes ou des contrôles de police musclés. Le mieux pour vous sera de rester chez vous à regarder la télévision. Vous y verrez des tas de choses auxquelles vous ne pourrez jamais accéder mais cela vous fera rêver, avant de vous endormir. Et cela vous donnera l’idée de vous endetter un peu plus pour acheter des objets inutiles que vous aurez « vus à la télévision ».

Mais il vous faudra éviter d’être malade, surtout si vous n’avez qu’un emploi à durée déterminée. Parce que les systèmes de sécurité sociale font faillite et qu’on remboursera mal vos dépenses médicales. Et parce qu’un arrêt de longue durée peut signifier un début de chômage, la dégringolade sociale irrémédiable dans un pays où 10% de la population n’a pas d’emploi.

Vous n’apprendrez pas le métier des armes puisque le service militaire a été aboli et qu’il est interdit de posséder des armes. Vous n’apprendrez pas à protéger votre nation, votre foyer, vos proches. Si vous êtes militaire de carrière on vous enverra guerroyer au loin, jouer les mercenaires de l’OTAN.

Vous n’apprendrez pas à être un citoyen qui participe à la vie de la cité. Non, si on vous fait militer ce sera pour des causes lointaines : on vous fera faire de « l’humanitaire » ou sauver les bébés phoques. On vous consultera sur pas grand’ chose d’important ; on vous laissera tranquille ; on vous demandera seulement de voter pour les candidats choisis par la télévision.

On vous apprendra à être un bon petit sujet docile, une gentille « ressource humaine » au service de l’économie, qui fait confiance aux institutions, aux conseils d’administration des entreprises et aux experts financiers pour vous « protéger ».

Il faudra aussi vous habituer à respecter les multiples prohibitions dont on a rempli votre vie, pour votre bien : trier sagement vos déchets ménagers, ne pas rouler trop vite, mettre votre ceinture de sécurité, ne pas fumer, ne pas manger trop sucré ou trop salé, ne pas boire plus d’un verre de vin, ne pas transporter d’objet pointu et coupant dans les avions et surtout ne pas avoir de mauvaises pensées.

Il faudra aussi que vous appreniez à être minoritaire. Minoritaire dans le monde, car les Européens ne représenteront plus que 7,5% de la population mondiale en 2050. Minoritaire à l’échelle de l’Union européenne élargie, car cette union n’est qu’un nain politique. Minoritaire dans votre pays, car vous devrez vous « ouvrir » aux us et coutumes de tous les peuples qui vous feront l’honneur de venir s’installer en France, si vous ne voulez pas qu’on vous accuse de « racisme » et subir les foudres de la justice. Minoritaire, il faudra que vous appreniez à baisser les yeux dans la rue.

Avec un peu de chance vous durerez ainsi au moins 80 ans, dans la solitude ou en la partageant avec un autre individu que vous aurez rencontré. Avec votre petite retraite et les quelques économies qui auront survécu aux différentes crises financières, vous traînerez votre vie inutile et sans but. Peut-être aurez-vous décidé de faire des enfants pour qu’ils profitent à leur tour de ce paradis terrestre ? Mais il faudra vous résigner à ce qu’ils n’aient pas une meilleure situation que la vôtre.

A moins que dans un suprême effort vous ne rejetiez ce système : que vous décidiez d’être des hommes et des Européens, comme vos ancêtres. Alors tout ce qui précède n’aura été qu’un mauvais souvenir ou qu’un affreux cauchemar.

Michel Geoffroy
27/09/2011

Correspondance Polémia – 30/09/2011

Image : Une crèche (!) : 800.000 bébés naissent par an en France .

 

Michel Geoffroy

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 07:02

Remarquable document de réinformation sur l'école,
à diffuser partout sur la toile et à vos correspondants !

http://www.soseducation.com/greve27septembre

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement
 

 

 

 

Texte Libre