Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 08:46

VIVE LA DEMOCRATIE française!

Emmanuel Ratier de Faits et Documents à propos des parrainages.

Voici le document dont il est question dans cette vidéo :

Publié dans Actualité, FN, Multimédia, Politique, PS,

Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 08:24

Une infirmière libérale d'origine congolaise a été condamnée hier par le tribunal correctionnel de Melun à trois ans de prison dont un ferme pour avoir fraudé la Sécurité sociale pendant six ans.

 L’infirmière libérale se faisait directement payer par la CPAM des soins fictifs ou falsifiés. Des actes auraient été déclarés alors que les patients étaient hospitalisés.
L’infirmière libérale d'origine congolaise se faisait directement payer par la CPAM des soins fictifs ou falsifiés. Des actes auraient été déclarés alors que les patients étaient hospitalisés. | (LP/Carol Amar.)
Elle n’a été condamnée à verser « que » 393500 € à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM). « Mais le préjudice réel est sans doute beaucoup plus important, de l’ordre du million d’euros », a insisté, hier, le du tribunal correctionnel de Melun. Reconnue coupable d’escroquerie à la Sécurité sociale, Sylvie M.
, une infirmière libérale de 45 ans, a aussi écopé d’une peine de trois ans d’emprisonnement dont douze mois ferme.

La technique de fraude qu’elle a utilisée de 2002, date d’ouverture de son cabinet au Mée-sur-Seine, à fin 2008 était plutôt simple. Grâce au système du tiers payant, qui dispense l’assuré d’avancer les frais médicaux, l’infirmière se faisait payer directement par la CPAM. Jusque-là, rien d’illégal, sauf que les soins en question étaient soit totalement fictifs, soit falsifiés.

« De très nombreux actes ont par exemple été déclarés alors que les patients étaient hospitalisés. Ils ne pouvaient donc pas être soignés à domicile », souligne David Bouaziz, l’avocat de la CPAM. Ces prestations fictives s’accompagnaient de frais de déplacements de nuit et parfois d’indemnités kilométriques importantes. Pour justifier ces actes, l’infirmière envoyait des ordonnances grossièrement bidonnées. « On se demande pourquoi la CPAM a mis autant de temps à s’en rendre compte », s’étonne son avocate, Geneviève Beltran.

Sylvie M. est ainsi parvenue à atteindre 446000 € de chiffre d’affaires alors que, selon la Sécurité sociale, un infirmier libéral seine-et-marnais réalise en moyenne 80000 à 100000 € par an. « Pour gagner davantage, il faut travailler énormément, le soir, la nuit, les samedis et dimanches, et avoir au minimum 150 patients alors que vous n’en aviez que 6 en 2008 », a relevé le président.

A la barre, Sylvie M. parle peu. Elle reconnaît avoir triché mais assure ignorer combien cela a pu lui rapporter. Issue d’une famille congolaise aisée, elle est arrivée en en 1982, où elle a passé son bac avant de devenir infirmière, comme sa mère. Décrite comme une acheteuse compulsive, elle aurait dilapidé tout ce qu’elle a gagné sans pour autant être parvenue à régler ses dettes. La maison achetée plus de 300000 € en 2004 à Bussy-Saint-Georges a été saisie et vendue la semaine dernière pour rembourser ses créanciers.

Comment dépensait-elle son argent? Son avocate a rappelé qu’elle s’est mariée à un homme sans à qui elle versait chaque mois 1500 €. Une somme qui lui permettait… d’entretenir une maîtresse à Bruxelles.

Il fallait aussi subvenir aux besoins de leur fils, étudiant en Angleterre. Sylvie M. avait par ailleurs la folie des vêtements de luxe. Elle en achetait jusqu’à 6000 € par mois! Une passion qui avait fini par se transformer en commerce puisqu’elle en envoyait une partie à son frère, en Afrique, afin qu’il les revende.

Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 08:17

Lu sur le site christroi,ces informations que vous ne trouverez pas dans la "grosse presse française"n'hésitez pas à aller lire les infos directement sur les sites russes:

La chaîne de télévision publique iranienne Press TV a rapporté en référence aux sources dans les hautes sphères du pouvoir, que conformément au plan préparé par États-Unis et d'autres pays occidentaux, l'armée turque envisage d'envahir la Syrie.

Les troupes turques, selon la chaîne, vont équiper l'opposition syrienne, et Israël va frapper bases militaires syriennes et détrônera le gouvernement de Bachar al-Assad. Après, les forces américaines auront arrivées avec les militants-wahhabites de la Libye. Source

Pendant ce temps, les pays du Golfe rappellent leurs ambassadeurs. Les pays arabes membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) rappellent leurs ambassadeurs en poste à Damas, ont annoncé mardi les médias internationaux.

Cette démarche des monarchies du Golfe imite celle de l'Espagne, de l'Italie, de la France et de la Grande-Bretagne qui avaient auparavant annoncé leur décision de rappeler leurs ambassadeurs de Syrie. Les ambassadeurs américains et allemands ont également regagné leur patrie.

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 17:58
Anne Roumanoff : "Marine Guéant et Claude Le Pen"

"Alors que Marine Le Pen n’a pas ses 500 signatures, Claude Guéant a un problème de civilisation". Anne Roumanoff ne pouvait pas manquer de faire le lien entre ces deux informations...

 

Anne Roumanoff, sur Europe 1, est incontestablement de la trempe de sa consoeur de France Inter Sophia Aram : toutes deux parviennent - c’est un authentique exploit - à ne pas faire rire, ni même sourire en près de 3 minutes de sketch. Pourquoi donc ? Parce qu’elles jouent les éditorialistes sérieuses, oubliant d’être drôles, et nous délivrent un torrent d’eau tiède, dans la bien-pensance la plus insipide. Guéant est un salaud, Marine est une facho... c’est toujours la même musique. Vrai ou faux, ce n’est pas drôle. Jamais à rebrousse-poil, n’appuyant jamais là où ça fait mal... Or, le rire surgit le plus sûrement de la noirceur... que ces deux-là (et bien d’autres d’ailleurs) évitent soigneusement.

 

Il y a moins d’un mois, Roumanoff nous confiait que ses blagues sur Marine Le Pen ne faisaient plus rire personne dans ses spectacles, et qu’il lui était même arrivé de se faire huer. Elle trouve au moins dans ce brillant journaliste qu’est Bruce Toussaint un bon public, qui rit à tout et surtout à rien... Peut-être l’effet du gaz hilarant dont nous parle Dieudonné à la fin de ce sketch sur les bides, et dont userait selon lui l’humoriste d’Europe 1 ?

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:23
Le Président-Soleil et la Fronde
Photo: EPA voix de la russie.

Nicolas Sarkozy n’a pas froid aux yeux. Au cours de sa carrière politique, le Président de la France a essuyé décidément tant d’esclandres que de nouveaux gros plans sur le résident du Palais auraient du mal à ébranler le moral de ce macho-vainqueur. Carla Bruni et ses photos intimes chipées, coups fourrés de la vente des sous-marins, hospitalisation du fils du Président  avec une indigestion en Ukraine – autant de plâtres balancés à sa figure! Les adversaires de Sarko ne font pas dans la soie et y vont à cœur-joie en s’adonnant au vice des fuites et diffamation organisées. Il est vrai que la France est fatiguée; l’usure du pouvoir se fait de plus en plus sentir et le président sortant, ce «canard boiteux» en empruntant l’expression de nos amis d’Outre-Atlantique essaie de tenir le coup tout en sachant sa cause en perdition. Qu’à cela ne tienne, le Tsar-Nicolas résiste aux mauvais coups et retournements de la fortune mais voilà qu’un nouveau chapitre vient d’être ouvert par ses amis socialistes.

Cette fois-ci le chef d’accusation porte sur le train de vie royal du résident de l’Elysée. Le PS vient de découvrir avec affolement et horreur que le Président de la France a augmenté le nombre de voitures officielles qu’il utilise, que sa note d’essence se chiffre à 325 mille euros et que l’assurance de sa voiture représente quelque 120 mille euros. «L’argent public» de René Dosière, député socialiste de l’Aisne, essaie de passer au crible les postes des dépenses de la première personne de l’Etat français. Et que le bal commence: les socialistes rancuniers ont tout comptabilisé, passé en revue et recensé y compris l’argent claqué pour entretien des roses, image de marque de l’Elysée ou encore 12 mille euros dépensés à titre journaliers en frais de restauration. Il est vrai que Sarkozy ne semble manquer de rien – ainsi il s’est offert un Airbus 330 pour la coquette somme de 260 Millions d’euros  ce qui est – force nous est de constater – par deux fois supérieur par rapport au montant officiel de la transaction rendue officiellement publique.

Ceci dit, se livrer à ce genre de conclusions se résumerait à rendre ses grâces avant le bénédicté, car une raison majeure et quelques arguments secondaires viennent à l’esprit à l’énumération des méfaits financiers du Président sortant. Cette raison là voici. C’est que, à la différence du Luxembourg ou de Monaco, la France est un grand état qui a tendance à le rappeler à ses homologues à tout bout de champ. Ainsi, l’Hexagone se targue d’entretenir une flotte nucléaire, avoir un programme spatial et développer la francophonie à travers le monde. Comme les territoires français et les intérêts du pays sont représentés un peu partout à travers le globe terrestre, la culture et la langue sont considérées comme les arguments encore plus signifiants que, par exemple, la force brute de l’Armée. Le patrimoine national est tel qu’il en ferait pâlir d’envie tous les pays de l’Europe. Et oui, il faut tout de même se souvenir de l’ancienneté et des traditions millénaires de l’Etat. Et maintenant à titre d’expérience académique essayons d’imaginer le Président Sarkozy privé de son avion présidentiel, faisant du vélo pour économiser les frais et rendre heureux son chef-comptable… Imaginons un palais présidentiel dénudé, sans roses, sans soirées de gala et repas officiels… Accepteriez-vous que le Président se met à l’image des amis protestants et occupe une petite maisonnette à la campagne ce qui revient cent fois moins cher par rapport à ‘entretien d’un monument historique habitable ? Poussons le bouchon encore plus loin!

L’exemple d’un Sarkozy qui se mettrait à l’austérité, serait contagieux et suivi par son ami Poutine porté favori dans la course présidentielle russe  – plus de Kremlin impérial avec ses aigles bicéphales ! Faisons voyager les deux chefs avec les avions de ligne en économisant les dépenses en sécurité et annulons définitivement les frais d’entretien d’une résidence présidentielle à la campagne! Les contribuables en seraient transportés de joie. Le peuple applaudirait. Cependant, je ne suis point sûr que les touristes apprécieraient un tel changement. Cela équivaudrait à la fermeture de Versailles ou du Louvre. Le président d’un grand pays, membre permanent du Conseil de Sécurité, obligé de vivre chichement? On est sûr que les grands aussi bien que les petits riraient à gorge déployée. Ceci dit, toutes les économies réalisées coûteraient moins qu’une seule salve d’artillerie d’un porte-avions américains. Pourtant, les manoeuvres de la flotte, elles aussi, ne servent pas à grand-chose. L’argent, pour ainsi dire, est jeté à la mer mais personne ne pense réduire ses frais.

Une autre question se pose. Sarkozy aurai-il fait main basse sur cet argent? L’a-t-il volé? Oui ou non? Est-ce que ces fonds dépensés l’ont été pour agrandir sa fortune personnelle à la Hosni Moubarakou la reine d’Angleterre, pourtant chérie par sa nation? Non, cet argent a été dépensé pour une bonne cause – pouvoir représenter l’Etat français, donner une idée de la grandeur française. C’est que les symboles font tourner le monde et l’Elysée n’échappe pas à la règle générale.

Alors, pourquoi tout ce bruit des commérages éventés? Si ce n’est pour le plaisir de faire baisser la crête à un Sarkozy, candidat de la droite, les socialistes ne devraient pas oublier quelques réflexions bien simples qui viennent automatiquement à l’esprit. Les fonds virés pour achat d’un nouvel  avion profiteront au nouveau Président de la République qui ne serait peut-être pas Sarkozy. Qui plus est, comme François Hollande a toutes le chances de déménager à l’Elysée on voudrait bien le voir répudier son jardinier et brader son avion présidentiel. Enfin, je vois mal un Président de la République avalant ses sandwichs en compagnie d’invités d’honneur. Nous sommes tout de même en France où les traditions de la bonne chère font partie de la culture du pays et traduisent la douceur de vivre et les valeurs de civilisation.

Ainsi, ayant examiné tous les arguments des amis de la gauche avec ses tenants et aboutissant nous ne pouvons que constater que le Président a tout à sa discrétion pour les joies du corps et de l’esprit mais que, en fait, il ne s’agit pas d’une personne physique mais d’un symbole national qu’il soit socialiste ou ressortissant de l’UMP. Le jour où la France a de plus en plus de mal à se reconnaître, le jour où l’on lui fait changer de visage, nous vous demandons de lui laisser une image reconnaissable – celle de notre Président-soleil, bien visible parmi ses pairs onusiens. 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 14:59

LU dans courrier international ce sondage passé inaperçu dans la grosse presse,mais nous savons pourquoi.Ce qui inquiète c'est la fin du sondage concernant la shoah(comme ils disent).Ce qui est drôle,ce sont nos juifs français qui défendent le laïcisme(en France) et une fois endossé leurs habits israëliens deviennent des fanatiques religieux (dans le sens shoatique du mot).

 

Manifestation de juifs ultraorthodoxes à Jérusalem, en janvier 2012.

Manifestation de juifs ultraorthodoxes à Jérusalem, en janvier 2012.

Plus de 80 % des Juifs d’Israël croient en Dieu, 67 % se considèrent comme le "peuple élu" et 61 % estiment que la vie publique en Israël doit s’organiser selon le rythme de la tradition judaïque, révèle Yediot Aharonot. Aux questions* portant sur les attitudes en cas de conflit entre la Halakha (Tradition judaïque) et la législation démocratique israélienne, les réponses sont tout aussi intéressantes.

Ainsi, 85 % des haredim (ultraorthodoxes) et 49 % des religieux traditionnels obéiraient à la Halakha ; 84 % des laïcs antireligieux et 64 % des laïcs modérés préfèreraient la démocratie, et, enfin, 48 % des religieux occasionnels adapteraient leur choix en fonction des circonstances. En définitive, vu le poids de chacun de ces groupes, il ressort que 44 % des Israéliens respectent la loi israélienne et la démocratie, 20 % obéissent à la Halakha et 36 % n’ont pas d’opinion arrêtée.
 
Immédiatement, les commentaires sont allés bon train dans ce pays profondément clivé entre laïcs et croyants, militants laïcistes et activistes ultraorthodoxes. Dans Ha’Aretz, sous le titre "Une israélianité défaitiste", le commentateur Uri Misgav ironise : "John Lennon disait que Dieu est un concept qui nous aide à mesurer notre souffrance. Si tel est le cas, alors Israël est un peuple en grande souffrance. Mais il y a diverses façons de lire ce sondage et pas forcément de la façon catastrophiste privilégiée par certains. Ainsi, les Israéliens interrogés ne se sont pas vu proposer des alternatives suffisamment subtiles et ont dû se positionner devant des questions formulées dans un contexte politique où les uns et les autres s’accusent de laïcisme, de coercition religieuse, etc.

D’autre part, même si cela peut choquer, la référence au "peuple élu" n’est jamais que le fruit d’une confusion renforcée par la culture sioniste entre peuple juif et foi juive. Après tout, les Etats-Unis sont une nation très religieuse mais cela n’a jamais poussé les Américains à rendre la justice au nom de Dieu. Enfin, qu’y a-t-il d’étonnant à ce qu’une majorité de Juifs préfère être administrée selon un rythme juif ? Ce qu’il y a de véritablement gênant, c’est que les institutions religieuses chargées de vivifier ce rythme instillent de plus en plus, et avec les deniers publics, une culture belliqueuse, ethnocentriste et ultranationaliste".
 
Toujours dans Ha’Aretz, Doron Rosenblum se demande quant à lui "où est passée l’israélianité". "Ce que ce sondage confirme, c’est que l’identité israélienne laïque est de plus en plus un mythe dans une société travaillée au corps par les nationalistes religieux et les ultraorthodoxes ; bientôt, cette société n’aura plus rien d’israélien, mais ne sera plus qu’une tribu juive nationaliste."
 
D’autres éditorialistes refusent de se focaliser sur ce sondage sujet à trop d’interprétations et préfèrent s’attarder sur des réalités qui fâchent. Ainsi, dans Maariv, la journaliste Saray Makover-Belikov rappelle que, "en dépit de réformes judiciaires, les tribunaux religieux, seuls habilités, comme ailleurs au Moyen-Orient, à célébrer les mariages et à prononcer les divorces, continuent à faire vivre un véritable enfer aux femmes croyantes et divorcées, un enfer que la plupart des laïcs qui n’y sont objectivement pas soumis préfèrent ignorer".
 
Pour sa part, sous le titre "La religion de la Shoah", Merav Michaëli s’inquiète dans Ha'Aretz d’une réponse que peu de chroniqueurs semblent avoir relevée : "pour 98 % des Juifs israéliens interrogés, le principe qui doit guider Israël et le judaïsme n’est ni plus ni moins que la ‘mémoire de la Shoah’. Bref, ce qui fait consensus en Israël, ce n’est pas le respect du précepte religieux ou de la règle démocratique, mais tout simplement la mémoire d’un génocide.
 
Outre cette culture traumatique, ce qui devrait nous faire paniquer, c’est que l’enseignement de la Shoah, selon d’autres enquêtes, n’encourage que 2,5 % des jeunes Juifs à reconnaître la primauté des principes démocratiques mais en encourage 12 % à s’engager ‘activement’ dans l’armée. Nos dirigeants ont réduit le judaïsme au rang de syndrome post-traumatique et nous engagent sur le chemin de l’autodestruction".
Note :* Cette enquete a été menée en 2009. Ses résultats viennent d'etre rendus publics.
Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 14:45
Faits & Documents n° 329 : le vote Marine Le Pen  
 

À 90 jours de l’élection présidentielle, jamais un candidat populiste n’a été donné aussi haut dans les sondages que Marine Le Pen (21 % dans le sondage Ifop-Fiducial/Paris Match du 20 janvier). Celle-ci a donc parfaitement réussi l’aggiornamento du Front national, aujourd’hui fort d’environ 50 000 adhérents, décidé avant même son accession à sa présidence (1). Talonnant désormais Nicolas Sarközy et avec un François Hollande inexistant, un Mélenchon et un Bayrou en pleine ascension, elle pourrait, comme son père en 2002, figurer au second tour de l’élection présidentielle, sans que l’on sache encore à qui elle pourrait être opposée. Il nous a donc paru utile de consacrer une étude synthétique à plusieurs récents sondages pour mieux déterminer, au premier tour, son électorat, ses forces, ses faiblesses et ses possibilités de développement (2). D’autant que cette présidentielle sera suivie par des élections législatives un mois après, qui, en cas de victoire à la présidentielle, du candidat socialiste, provoqueront plausiblement un changement d’attitude de certains députés UMP quant au FN.

1- Cf. notre dossier Le Nouveau Front national, F&D 308, publié juste après son élection à la tête du FN.
2 - Nous nous sommes appuyés, plus particulièrement, sur le Baromètre d’image du Front national (TNS-Sofres/Le Monde) de janvier 2012, sans nul doute l’étude la plus importante publiée depuis très longtemps, Les Intentions de vote à l’élection présidentielle : bilan de la pré-campagne (mai-décembre 2011) de l’IFOP, le baromètre CSA/Les Echos de janvier 2012, La Femme de l’année 2011 (CSA-Terra Femina, décembre 2011). Ces sondages figurent en intégralité sur le site www.fdesouche.com

« Je n’exclus pas qu’elle arrive en tête au soir du premier tour. »
Bastien Millot, expert en sondages et ancien conseiller en communication de Jean-François Copé (L’Express, 18 janvier 2012).

« Le risque n’est pas celui d’un 21 avril à l’envers (NDA : Le Pen/Hollande) mais d’un 21 avril bis (NDA : Le Pen/Sarközy). »
Patrick Buisson, conseiller politique privé de Nicolas Sarközy, (Mediapart, 4 janvier 2012).

« Le FN est une vraie menace pour la majorité. »
Bruno Le Maire, ministre UMP de l’Agriculture, en charge du projet législatif de l’UMP (Le Figaro, 14 janvier 2012).

« J’ai des capteurs, on entend des choses. Aujourd’hui, il y a une banalisation du vote Le Pen. »
François Hollande (Le Figaro, 13 janvier 2012).

Fin décembre 2011, tous les médias titraient sur Anne Sinclair « femme de l’année ». Il s’agissait en réalité de « la personnalité féminine qui vous a le plus marqué en 2011 », une personnalité choisie dans une liste de 10 femmes présélectionnées sur des critères pour le moins douteux (y figurait par exemple Tristane Banon, la jeune journaliste qui avait failli être violée par Dominique Strauss-Kahn…). Le plus intéressant était sans nul doute la présence de Marine Le Pen, qui arrivait en quatrième position, avec 18 %, derrière Anne Sinclair, Christine Lagarde et Martine Aubry. Elle était donc par exemple devant Carla Bruni-Sarközy (16 %). Certes, elle n’arrivait, chez les femmes interrogées, qu’avec 14 % dans la queue du peloton, loin derrière Anne Sinclair (31 %), Martine Aubry (24 %), Nolwenn Leroy (22 %), Christine Lagarde (21 %), Carla Bruni-Sarközy (19 %), ne dépassant que de peu Eva Joly (11 %). Il en était tout différemment chez les hommes, qui la plaçaient en seconde position (23 %), derrière Christine Lagarde (28 %) et devant Marine Aubry (21 %). Mieux, il était précisé que Marine Le Pen obtenait une cote de popularité de 42 % chez les hommes entre 18 et 24 ans (donc très largement en tête).

Ce soutien de la jeunesse, on le retrouve dans la ventilation des différents sondages. Marine Le Pen, qui est pourtant très loin d’avoir les signatures nécessaires pour se présenter, fait jeu égal avec Nicolas Sarközy, voire le dépasse, dans les intentions de vote des 18-24 ans (environ 20 % chacun), elle dépasse nettement Nicolas Sarközy chez les 25-34 ans (19 contre 17 dans le sondage Ifop du 14 novembre au 15 décembre), et encore plus nettement chez les

La suite dans Faits & Documents n°329 en vente à la librairie de Neuilly-Plaisance 93360.

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:34

                                                  

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:19

LE TABOU DU DROIT DE GREVE

 

L'année 2012 a très mal commencé : des milliers de voyageurs ont été privés de leurs droits légitimes de se déplacer. Elle continue de plus belle ; pilotes et personnel de bord annoncent une nouvelle grève des transports aériens du 6 au 9 février, pour protester contre la tentative d'installer un service minimum. Plusieurs milliers d'enseignants ont défilé mardi 31 janvier 2012 à Paris à l'appel de syndicats qui ont également lancé un mouvement de grève pour dénoncer les 14.000 suppressions de postes à la rentrée et exiger le retrait du projet de réforme de l'évaluation des professeurs. La grève a touché la province.

Rien ne change vraiment au fil des années. Rappelons-nous qu’une pénible galère avait été infligée aux 600 passagers du train de Strasbourg à Port-Bou dans la nuit de 26 au 27 décembre 2009, avec un retard de 13 heures. Indépendamment de dysfonctionnements, l'enquête avait révélé un odieux scandale, à savoir les grèves « réveillons ». Des préavis de grève sont déposés pour les soirs du 24 et du 31 décembre sous des prétextes divers et ont en réalité un seul objectif : permettre aux agents censés travailler les soirs de fête de rester chez eux ; ce sont les grèves « réveillons ». La « malchance », a voulu que justement ces grèves réveillons autour du jour de Noël à Dijon aient aggravé le calvaire des 600 passagers. Nul ne saura le nombre de grèves réveillons, le tout se perdant dans le puits sans fond d'un mammouth étatique en perdition.

Les grèves de dockers qui paralysent les ports sont récurrentes. Ces grèves sont particulièrement nocives pour l'activité des ports, les armateurs hésitant à y venir, au profit des grands ports étrangers, et au détriment des dockers français eux-mêmes. Il existe des « petites grèves » dont personne ne parle. Citons les grèves qui se passent ici ou là dans les centres de tri postaux. Pour les entreprises c'est une catastrophe : les chèques n'arrivent pas et les mettent en danger.

 

 

DES GREVES IMMORALES ET RUINEUSES

Le droit de grève est inscrit dans la constitution, on se demande pourquoi, et, en plus, il semble se situer dans l'opinion collective à un niveau supérieur à tous les autres droits comme le droit de consommer, le droit de travailler, le droit de circuler, le droit de se soigner, lesquels devraient lui être très supérieurs.

Sa justification repose historiquement sur l'idée que la grève aurait été la source de progrès sociaux considérables notamment au 19e siècle. Si le tabou n'existait pas, des recherches attentives montreraient que les progrès sociaux ont été bien davantage le résultat de progrès techniques sous l'aiguillon du marché, ces progrès ayant suscité l'amélioration rapide de la condition économique de toute la population.

La grève est immorale car c'est la rupture d'un contrat, à savoir le contrat de travail entre deux personnes, l'employeur et l'employé.

Dans une économie peu diversifiée, comme elle existait encore il y a de très nombreuses années, le conflit social ne touchait pratiquement que les patrons sans que le reste de la population n'en souffre. Dans l'économie extraordinairement enchevêtrée et diversifiée que nous connaissons actuellement, la grève, surtout quand elle est utilisée dans des nœuds économiques, touche des milliers ou des millions de personnes. Les grèves sont, très souvent, des grèves de riches, comme celles des pilotes ou des contrôleurs aériens.

Une remarque importante est que la grève a lieu principalement dans les structures publiques, donc à l'abri de la concurrence, ou dans de très grandes firmes privées. En revanche, dans les PME et les TPE, les grèves sont fort rares ; le personnel est solidaire des patrons et sait très bien que la richesse de l'entreprise conduit chacun à s’enrichir.

 

DES EFFETS DEVASTATEURS

Les effets de la « grèviculture » en France sont par nature dévastateurs. Les délocalisations en sont pour une part la conséquence. Aux dommages visibles, s'ajoutent une multitude de dommages invisibles que personne ne peut quantifier : voyage raté, nuit de galère, école sans maître, opération retardée parce que le personnel n'arrive pas à l'heure, marché raté, etc. La panne de croissance épouvantable, qui n'a aucune raison d'être en France, est accentuée par la « grèviculture ».

 
Il est certain que l'économie de marché implique la liberté des contrats et le respect de tous ces contrats y compris le contrat de travail. Ces deux aspects sont un élément essentiel de la richesse générale.

Les défenseurs du droit de grève le justifient en mettant en avant l'idée du service minimum évoqué plus haut. Or c'est une mauvaise réponse à un vrai problème. Quand il y a un organisme public ou quasi public, les « usagers » devraient, en bonne logique, bénéficier d'un service maximum qui fait partie de l'obligation de service public. Tout autre régime est inadmissible et porte atteinte à leur liberté.

 

D'AUTRES PAYS

Aujourd'hui les grèves en France sont bien plus nombreuses qu'au Royaume-Uni, qu’en Suède et qu’en Allemagne. En Suisse, les salaires sont plus élevés que dans les pays environnants et les syndicats se plaignent de la concurrence de Français qui viennent travailler en Suisse, notamment à Genève et à Lausanne, tout en vivant en France. Depuis 70 ans, la paix du travail est totale grâce, en particulier, à l'accord des partenaires sociaux. Au Japon, les grévistes mettent un brassard pour indiquer qu'ils sont en grève mais continuent à travailler. Ces pays, néanmoins, ont bénéficié des progrès sociaux aussi bien et même souvent mieux que les autres pays, ce qui condamne l’idée que les grèves étaient nécessaires à ces progrès sociaux.

Aux USA, dans beaucoup d'États, il existe un régime du syndicat unique dans les entreprises ce qui conduit à des conflits. L'Indiana vient de décider que les employés ne seraient plus obligés de cotiser au syndicat qui les représente dans l'entreprise. C'est le 23ème Etat à le faire. Les analystes observent que dans ces États les investisseurs sont attirés et les créations nettes d'emplois sont plus nombreuses qu'ailleurs.

En France, l'omnipotence des syndicats repose sur un financement abondant et opaque. Le cercle est particulièrement vicieux : prélèvements obscurs et injustes de ces syndicats, utilisation de ces quantités d'argent pour détruire les entreprises, seules créatrices de richesse, et, en conséquence, ruine de l'ensemble de la population y compris les grévistes. Seuls les chefs syndicalistes et leur entourage bénéficient de cette « grèviculture » et de la manne financière qu'elle diffuse.

La conclusion peut être finalement optimiste. Il y a bien d'autres tabous meurtriers en France. La chute d'un seul d'entre eux ouvrirait le bon chemin vers un cercle vertueux. Encore faut-il qu'un pouvoir capable et crédible veuille emprunter ce chemin.

 

Michel de Poncins

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:09

"Nazi,peste brune,fasciste,shoah,raciste" ETC...Les salauds sont de sortis,vivement leur grande manifestation contre la pensée extrémiste et pour la pensée unique,entre les deux tours.

Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, a profité du dîner annuel des parrains et marraines de l’association pour se livrer à une violente charge contre la présidente du Front national. « Je dis à Mme Le Pen qu’elle a un problème avec la Shoah et qu’elle n’a pas rompu avec les milieux néonazis », a dénoncé Dominique Sopo, accusant de nouveau la candidate à la présidentielle d’avoir assisté à un bal organisé par des associations estudiantines proches de l’extrême droite autrichienne. (…)

C’est la liberté de Dominique Sopo, lui, c’est un dirigeant d’une grande association.
François Hollande

Devant plusieurs personnalités de gauche, notamment le candidat PS à la présidentielle François Hollande, Dominique Sopo a poursuivi son réquisitoire : « Vous avez remarqué que Mme Le Pen, face à notre charge, a tonné, a menacé de poursuites judiciaires. Et donc, je dis à Marine Le Pen qu’elle appartient à une famille politique qui porte en elle le crime et qui fait qu’aujourd’hui, des dizaines d’adolescents ne sont plus là (…) pour construire la société en Norvège ». Une référence au massacre en juillet dernier de 77 personnes par Anders Beiring Breivik.

« Je dis à Mme Le Pen que son programme comprend les pires propositions formulées naguère par son père. Je dis à Mme Le Pen que son tournant étatiste constitue un rapprochement avec l’idéologie fasciste. Et je dis à Mme Le Pen que Lire la suite…

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement
 

 

 

 

Texte Libre