Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 14:34

L'avocat Gilles-William Goldnadel déclare à Atlantico sur la tuerie de Toulouse :

G"A ce stade, il est urgent d’attendre avant que de commencer à conjecturer. J’ai, malheureusement, une trop longue expérience des attentats antisémites de ces trente dernières années pour savoir que les premières pistes ont rarement été les bonnes et pour me méfier des déclarations à l’emporte-pièce du personnel politique - ou plus encore des associations antiracistes. Mais je ne sais si le drame de ce matin est en lien avec ce que s'est déjà passé... [...]

Une chose est certaine : de la Rue Copernic,  en passant par la fusillade de la rue des Rosiers, jusqu’à la triste affaire Halimi, il est clair que le sang juif qui a coulé depuis la Deuxième guerre mondiale ne l’a pas été des mains de l’extrême-droite mais davantage de l’antisémitisme new-age lié soit à l’islamisme soit au conflit moyen-oriental. C’est une certitude absolue. Le fond historique est indéniable.

Vous semblez oublier Carpentras et ses tombes juives profanées ?

Carpentras, c’est encore autre chose. On a plutôt agité dans les premiers jours la piste d’émules de Le Pen. Finalement, on a débouché sur des  voyous à demi-demeurés aux rites sataniques. Mais à chaque fois on a envoyé dans le mur la communauté juive et la communauté nationale à des fins idéologiques.

L’affaire Ilan Halimi est très claire sur ce plan. On a tenté de gommer la dimension antisémite précisément parce que Fofana ne cadrait pas avec le portrait-robot de l'antisémite détestable idéologiquement. Mais il n'est que de regarder les récentes vidéos postées pour constater que Youssouf Fofana se réclame de l’islamisme. Il n’est malheureusement pas douteux qu’Halimi ait été enlevé parce que juif et qu’il a aussi été torturé en tant que juif. Je le dis pour le passé. Mais ce n’est pas pour autant que j’en fais une règle sur l’avenir. La règle que je m’impose et que j’invite aussi les observateurs à épouser est -au-delà de la triste expérience historique que nous avons-, de ne pas instrumentaliser ce drame à des fins idéologiques."

Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 08:18

C’est à (ces jeunes) que je veux rendre hommage“, a-t-elle ajouté en évoquant aussi “les enfants belges qui ont perdu la vie dans une terrible tragédie” lors d’un accident d’autocar en Suisse la semaine dernière. Catherie Ashton a rendu hommage aux jeunes Palestiniens qui “contre toute attente, continuent à apprendre, à travailler, à rêver et aspirent à un meilleur avenir”. Un tireur, arrivé à moto ou à scooter, a tué un professeur de religion de 30 ans, ses enfants de 3 et 6 ans, et la fille de 10 ans du directeur d’un collège-lycée juif de Toulouse, avant de prendre la fuite. La fusillade a aussi fait un blessé grave, un adolescent de 17 ans, selon le procureur de la République.
Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 06:24

SOURCE:fdesouche.

Marine Le Pen n'est pas sûre que se rendre à Toulouse soit "la place d'un candidat" et déclare qu' "il n'y a plus de politique, plus de campagne". François Hollande témoigne d'une "réaction d'horreur". 

 

Toulouse réarme ses policiers municipaux !Tiens?

La ville de Toulouse a décidé de réarmer temporairement ses policiers municipaux pendant la journée après les attaques survenues à Toulouse et Montauban au cours des derniers jours, selon l’adjoint au maire à la sécurité, Jean-Pierre Havrin.

Le Figaro

————————–

Mélenchon, Aubry et Joly hués lors de la marche silencieuse organisée par l’UEJF.Significatif!

Le défilé, qui reliait la place de la République à la place de la Bastille est parti vers 20h30 et a réuni plusieurs milliers de personnes. Les manifestants, souvent jeunes, brandissaient des drapeaux français en signe d’unité. Les élus avaient revêtu leur écharpe tricolore.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, le MRAP et la Ligue des droits de l’homme ont aussi appelé à participer à cette marche. Parmi les manifestants, on pouvait apercevoir les socialistes Manuel Valls, Harlem Désir et Bertrand Delanoë, ainsi que le philosophe Bernard-Henry Levy. Jean-Luc Mélenchon a rejoint le cortège un moment mais a été hué. « J’ai mal« , a déclaré Fodé Sylla, ancien président de SOS Racisme qui défilait avec son successeur. « Il faudrait arrêter de dresser les Français les uns contre les autres« , a-t-il lâché. [...]

TF1 News

___________________________________

Canal+ Grand Journal Jakubovitch (Licra) Sopo (SOS racisme)

___________________________________

BHL,lui n'en rate pas une : « Avis aux pyromanes de la défense d’une « identité nationale » perçue comme une entité fermée, frileuse, nourrie au ressentiment et à la haine : c’est le contrat social que l’on assassine dans une tuerie de cette sorte ; c’est la base même du vivre-ensemble qui, quand se déchaîne pareille folie, et si la réponse collective n’est pas unanime et foudroyante, vacille et se dérobe ; il n’y a pas pire atteinte à notre culture, à l’âme de notre pays, à son Histoire et, au fond, à sa grandeur que le racisme et, ce matin, l’antisémitisme. »Lui il ne se rend pas compte que les pyromanes sont des gens comme lui qui n'ont que la haine à la bouche!

__________________________________

20h08 : Selon une source proche de l’enquête contactée par Atlantico, le tueur aurait été identifié.

___________________________________

Les victimes seront enterrées en Israël ,je croyais qu'ils étaient français?

___________________________________

Fusillade de Toulouse : les pistes islamistes et de l’ultra-droite privilégiées.

Les policiers en charge de l’enquête sur la tuerie perpétrée lundi matin dans une école juive de Toulouse privilégient l’hypothèse islamiste ou celle de l’ultra-droite, sans en écarter d’autres, a indiqué une source proche de l’enquête.

« On est sur deux pistes principales évidentes: la piste islamiste et l’ultra-droite », a dit cette source.

TF1 News

 _______________________________________

Hebergeur d'image_______________________________________

i>télé ‘Ménard en liberté’ Gilles William Goldnadel

_______________________________________

« Pas un pro » selon un expert en balistique

C’est avec du 9 mm que le tueur de Toulouse aurait commencé son tir sur les enfants de l’école toulousaine ce lundi. L’arme se serait ensuite enrayée et le tireur aurait poursuivi son agression avec son 11.43. «C’est étrange, commente un expert en balistique de la police, d’ordinaire les pros munis de deux armes utilisent le même calibre dans l’action, pour ne pas s’embêter avec deux types de munitions.» Au reste, dit-il, «un pro s’arrange pour que ses pistolets ne s’enraient pas, en les soignant dans le moindre détail». Pour lui, «le tueur de Toulouse n’est sans doute pas un pro».

Le Figaro

______________________________

Ivan Rioufol critique la réaction de SOS Racisme

Dans un communiqué, SOS Racisme suggère de « s’interroger sur l’affaissement dans notre pays de la parole politique, intellectuelle et médiatique envers les discours racistes et en faveur des discours de vivre ensemble ». Cette organisation, mise au service de la défense des minorités ethniques, pourrait aussi bien s’interroger sur sa propre responsabilité dans la mise en scène des concurrences victimaires et sur son aveuglement face aux dérives communautaristes encouragées par l’idéologie différentialiste. En 2000, les antiracistes professionnels n’avaient rien voulu voir de la montée du sentiment anti-juif dans les cités.  Se précipiter ainsi pour faire la leçon relève de l’indécence.

Le blog d’Ivan Rioufol

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 16:20

Paroles de la chanson de Boris Vian (1955)

J’ai vendu du mouron
Mais ça n’a pas marché
J’ai vendu des cravates
Les gens étaient fauchés
J’ai vendu des ciseaux
Et des lames de rasoir
Des peignes en corozo
Des limes et des hachoirs
J’ai essayé les fraises
J’ai tâté du muguet
J’ai rempaillé des chaises
Réparé des bidets
Je tirais ma charrette
Sur le mauvais pavé
J’allais perdre la tête
Mais j’ai enfin trouvé

Je roule en Cadillac dans les rues de Paris
Depuis que j’ai compris la vie
J’ai un petit hôtel, trois domestiques et un chauffeur
Et les flics me saluent comme un des leurs
Je vends des canons
Des courts et des longs
Des grands et des petits
J’en ai à tous les prix
Y a toujours amateur pour ces délicats instruments
Je suis marchand d’canons venez me voir pour vos enfants
Canons à vendre!

Avec votre ferraille
On forge ces engins
Qui foutront la pagaille
Parmi ceux du voisin
Ça donne de l’ouvrage
A tous bons ouvriers
Et chacun envisage
De fonder un foyer
Pour se faire des finances
On fabrique des lardons
On touche l’assurance
Et les allocations
Ça n’a pas d’importance
Car lorsqu’ils seront grands
Ils iront en cadence
Crever pour quelques francs

Je vendais des canons dans les rues de la terre
Mais mon commerce a trop marché
J’ai fait faire des affaires à tous les fabricants d’cimetières
Mais moi maint’nant je me retrouve à pied
Tous mes bons clients
Sont morts en chantant
Et seul dans la vie
Je vais sans soucis
Aux coins des vieilles rues, le cœur content, le pied léger
Je danse la carmagnole, y a plus personne sur le pavé
Canons en solde!

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 15:23

A Bordeaux.

 

Mais d'ou vient cette intolérance religieuse et même cette haine du religieux?Des partisans du choc des civilisations?

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 14:57

Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

 

La campagne pour l’élection présidentielle française 2012 est terminée. Enfin, la première des deux campagnes. Celle que doit remporter tel ou telle candidat(e) pour avoir le droit de concourir. Pour certain(e)s, ce n’est qu’une formalité. Pour d’autres, c’est une épreuve que la plupart ne remportent pas… ou s’épuisent à réussir.

Cette première campagne appelle deux remarques.

La première, étonnante, est de voir qui, au final, a réuni les 500 parrainages d’élus… et qui ne les a pas réunis.

Que Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou, Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly aient déposés les leurs – et même bien davantage pour certains, comme s’il s’agissait d’impressionner les adversaires, un peu à la manière des boxeurs qui font jouer leur musculature avantageuse au moment de la pesée en décochant des regards haineux et en laissant fuser, parfois, quelques insultes ou menaces bien sonnées –n’est guère surprenant.

Que Marine Le Pen ait peiné à le faire est une habitude pour son mouvement. Qu’elle ait bluffé un peu, beaucoup ou pas du tout, voire que les partis institutionnels l’aient aidée in fine pour éviter l’aberration électorale qu’aurait représenté son élimination, peu importe. La quasi-totalité de la classe politique admet désormais que cette procédure nuit gravellent à la crédibilité de la démocratie française.

Mais que la candidate d’un mouvement dont le représentant obtient depuis plus d’un quart de siècle des scores de 14 à 18 %, qui se qualifia même pour le second tour en 2002 et dont les sondages l’ait donnée et la donne toujours susceptible d’arriver première, deuxième ou troisième cette année, soit susceptible d’être empêché de concourir, ne fut pas, cette année, le plus stupéfiant.

C’est bien plus encore l’échec de Dominique Galouzeau de Villepin à se présenter aux suffrages des électeurs.

Qu’un ancien Première ministre de la France dont les déclarations publiques n’ont jamais été des plus sulfureuses, dont la réputation ne souffre guère de « casseroles » – si ce n’est une inculpation dans l’affaire Clearstream pour laquelle la Justice a reconnu son innocence – soit empêché de concourir « faute des parrainages requis » et qu’il en ait appelé jusqu’à la dernière seconde à un « miracle républicain », laisse songeur.

Car soit l’ex-protégé de Jacques Chirac est un farfelu et on frissonne à l’idée que celui-ci ait pu occuper les fonctions qui ont été siennes à Matignon, soit il a considéré que les parrainages ne seraient pour lui qu’une formalité et son échec prouve qu’il s’agit bel et vient d’un parcours d’obstacles destiné à éliminer des rivaux politiques… ou à les contraindre à rentrer dans le rang, tel le centriste Hervé Morin ou la chrétienne Christine Boutin…

Mais cette première campagne présidentielle désormais close appelle à une deuxième remarque qu’étrangement, ou plutôt « à l’évidence », aucun média ne se fait l’écho : que valent les sondages quasi-quotidiens dont les Français ont été abreuvés depuis des mois concernant une élection où l’on ne connaissait même pas les noms de tous les candidats ?

Car la présence ou l’absence d’une Marine Le Pen – un temps envisagé, tout de même – celle de l’écologiste Corinne Lepage à laquelle aurait manqué 40 signatures et bien évidemment celle de Dominique de Villepin, changeaient la finalité des scores de la plupart des autres candidats…  tout comme la présence ou l’absence d’un Carl Lang, ancien numéro 2 du Front national, qui affirme n’avoir manqué que d’une cinquantaine de parrainages pour disputer l’épreuve… et de Jean-Marc Governatori, dont beaucoup ont appris par le plus grand des hasards l’existence (entre autre à la lecture du quotidien Le Monde du 16 mars dernier), les velléïtés de candidature au nom d’une Alliance écologiste indépendante (si, si, ça doit exister !) et qui aurait obtenu, lui, 433 signatures…

À nouveau, deux hypothèses, soit ces candidats mentent sur le nombre de signatures en leur possession et il serait utile que le Conseil constitutionnel les oblige à prouver leur honnêteté en leur réclamant la preuve de celles-ci… soit la plupart d’entre eux disent la vérité et ont donc une crédibilité suffisante pour que plus de quatre centaines d’élus de la République leur apporte leur caution – à défaut de leur soutien – à se présenter à l’élection présidentielle.

Force est donc de constater que ni la démocratie française, ni les médias français, ne sortent véritablement grandis de l’affaire.

Mais si l’égalité républicaine et l’honnêteté médiatique étaient véritablement des préoccupations majeures de la vie politique française, cela se saurait. Évidemment.

 

 

© Philippe Randa est écrivain, chroniqueur politique et éditeur (www.francephi.com). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soit indiquée leurs origines, c’est-à-dire le site www.francephi.com, « Espace Philippe Randa ».

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 14:47

  AGRIF                                                             

                                                   Bernard Antony, président de l’AGRIF, communique :
Voici qu’aujourd’hui encore, à Toulouse, une municipalité négationniste de la vérité historique débaptise le pont Bayard sur le canal du Midi pour l’identifier avec la plaque du mensonge et de la honte : « 19 mars 1962 – Cessez-le-feu en Algérie ».
Cette date, nul ne peut le nier aujourd’hui, marqua en effet non seulement la plus mauvaise des solutions politiques possibles de la tragédie algérienne mais la décision cynique d’une interruption volontaire de solidarité avec nos compatriotes français d’Algérie, chrétiens, musulmans ou juifs. La présence française entre Maroc et Tunisie succédant à la cruelle domination ottomane, pirate et esclavagiste, n’avait certes pas été exempte de politiques contradictoires, d’erreurs jacobines et d’injustices. Mais elle avait néanmoins créé l’Algérie.
Dans cette Algérie, s’effectuait dans les années 50 de l’après-guerre un très important mouvement de rencontre et de fusion dans l’identité politique et culturelle française de toute une élite de plus en plus nombreuse, arabe ou kabyle. Si ce n’avait pas été le cas, il n’aurait pas été nécessaire au FLN pour s’imposer d’éliminer des milliers de personnes selon une politique de terreur dans la systématisation de l’atrocité. Dix-sept membres de la seule famille du Bachaga Boualem furent ainsi odieusement assassinés.
Le 19 mars 1962 fut marqué par l’immense déshonneur de l’ordre donné à notre armée de désarmer les supplétifs fidèles, de ne plus intervenir, de ne plus secourir tout un peuple dans ses diverses composantes d’origine européenne ou maghrébine.
Par dizaines de milliers, les harkis furent abandonnés, livrés aux pires sévices dont la cruauté humaine monstrueuse est capable ; des compatriotes chrétiens, juifs ou musulmans furent enlevés, massacrés à proximité des casernes et des camps d’une armée française puissante.
Par centaines, des femmes de nos compatriotes, d’Oranie surtout mais d’autres régions aussi, furent enlevées, violées, emportées vers les maisons d’abattage de la soldatesque fellagha. Dans l’indifférence complaisante du général Katz, le bourreau d’Oran, le très décoré complice de crimes contre l’humanité.
Le 19 mars signifiait aussi la mainmise par une nomenklatura socialiste corrompue et incapable sur un pays en plein développement, riche non seulement des infrastructures et de l’agriculture, fruits de l’œuvre française, mais encore de la manne gazière et pétrolière du Sahara qu’on lui abandonnait.
Et alors, par centaines de milliers, par millions, des Algériens immigreraient en France pour pouvoir faire survivre avec leurs salaires et secours sociaux leur riche pays livré à la gabegie de ceux qui en avaient chassé cette France où certains qui manquent de vergogne exigent de vivre mieux.
Commémorer le 19 mars 1962, c’est tout de même une belle ignominie, celle d’une continuité historique de non-repentance d’une grande abjection barbare.         
Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 14:38

LU SUR:http://www.atlantico.fr/

14h08 : "Je voudrais exprimer ma très grande émotion et ma condamnation face à ce qui s'est passé à Toulouse", a déclaré à la presse le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé,en visite dans un hôpital à Bordeaux.

14h00 : Le journal Le Point, restant très prudent, évoque sur son site internet une première piste dans l'enquête de la fusillade : Trois parachutistes de Montauban "proches de mouvements néonazis" avaient été dénoncés et renvoyés en 2008. Le portrait type de ces sinistres personnages correspond aux maigres signalements dont disposent les enquêteurs pour identifier le tueur fou de Toulouse", indique le site, qui rappelle par ailleurs que "les militaires abattus à Montauban et à Toulouse sont trois Français d'origine maghrébine tandis que le soldat blessé est d'origine antillaise".

13h58 : Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, est arrivé sur place.

13h50 : L'émission "Mots croisés" prévue ce soir sur France 2 avec Marine Le Pen, Arnaud Montebourg et Eva Joly est annulée. Le maire PS de Toulouse, Pierre Cohen, suspend toutes les festivités prévues dans les jours à venir, notamment le carnaval qui devait avoir lieu mercredi, selon France Télévision.

13h43 : Marine Le Pen n'est pas sûre que se rendre à Toulouse soit "la place d'un candidat" et déclare qu' "il n'y a plus de politique, plus de campagne". François Hollande témoigne d'une "réaction d'horreur". 

13H34 : "Je suis profondément choqué par cette attaque meurtrière, l'antisémitisme et les violences contre les institutions juives ou contre les gens de confession juive n'ont pas leur place en Europe et doivent être combattus avec conviction", a déclaré Guido Westerwelle, ministre allemand des Affaires étrangères, en réaction à la fusillade de ce matin.

13h30 : Le ministre de l’Éducation, Luc Chatel, a indiqué que la minute de silence en hommage aux victimes de la fusillade aurait lieu demain à 11 heures précises dans tous les établissements scolaires du pays.

13h21 : Marine Le Pen, appelant à "suspendre le temps politique", vient de demander l'annulation du débat qui devait l'opposer ce soir sur France 2 à Arnaud Montebourg et Eva Joly dans l'émission "Mots croisés". La rédaction de "Mots Croisés", contactée par France Télévision, déclare ne pas avoir encore décidé de la tenue ou non du débat de ce soir. Une décision sera officiellement prise aux alentours de 15 heures.

12h56 : François Hollande annonce qu'il se rend lui aussi à Toulouse pour témoigner "toute son émotion et sa solidarité" aux familles et à la communauté juive. François Bayrou fait de même.

12h48 : "J'appelle chacun d'entre vous au recueillement, à la solidarité, au calme, et à la confiance envers les institutions de la République. On va retrouver celui qui a fait cela", a déclaré Nicolas Sarkozy lors d'une allocution à Toulouse. "Ce sont des images que nous avions vu dans d'autres pays, et qui sont inédites dans le nôtre. Nous n'avons d'autre choix que d'affronter, de résister", a-t-il ajouté. Le président de la République a par ailleurs annoncé que le ministre de l'Intérieur Claude Guéant resterait à Toulouse "le temps qu'il faudra".

Qualifiant la fusillade de"tragédie nationale", Nicolas Sarkozy annonce qu'une minute de silence sera observée dans toutes les écoles mardi.


12h40 : D'après le site Pure Médias, François Hollande a décidé d'annuler sa participation au "Petit Journal" de Canal Plus prévue ce soir. Invité du "Grand Journal", de 19h05 à 20h, le candidat socialiste devait ensuite faire face à Yann Barthès. Cette partie de l'émission étant consacrée à des questions plus légères, François Hollande a estimé le moment mal choisi et préférer renoncer.  

12h30 : Le parquet anti-terroriste de Paris a été saisi sur les meurtres de Toulouse et Montauban, ainsi que la fusillade de lundi matin. Trois enquêtes distinctes sont ouvertes. Selon le procureur, le tueur "a tiré sur tout ce qu'il y avait en face de lui".

Le journal Sud Ouest recueille les témoignages d'enseignants et d'élèves du collège Ozar Hatorah. "Pour l'instant, je n'ai que les larmes. Je suis sous le choc", raconte un professeur. "Je ne pensais pas que des choses comme ça puissent arriver. Il y a encore quelques jours, je serrais une des victimes dans mes bras".

"S'il y a des gens qui veulent effrayer la communauté juive, notre réponse est que nous ne nous laisserons pas intimider", a réagi la Conférence européenne des rabbins.

Comme François Hollande, Nicolas Sarkozy a décidé de se rendre immédiatement à Toulouse."C'est une tragédie épouvantable", a-t-il déclaré.

Au Conseil de Paris, on a observé ce matin une minute de silence pour les victimes de la fusillade. De son côté, Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à la présidentielle, estime que "cela ajouterait l'ignominie au crime" si "la démence raciste des criminels" était prouvée. A l'heure du traditionnel point presse socialiste, Benoît Hamon a annoncé la suspension de "la campagne présidentielle" pour "saluer la mémoire des victimes."


 11h00 : D'après la police, le tueur a d'abord utilisé une arme, probablement de calibre 9 mm. L'arme s'étant enrayée, l'homme est entré dans le collège où il a utilisé une seconde arme, d'un calibre de 11,43 mm. D'après le dernier bilan officiel, quatre personnes sont décédées, dont trois enfants.

Le procureur de la République Michel Valet évoque "des éléments sérieux" à propos d'un lien entre la tuerie de Toulouse et les meurtres de militaires. 

François Hollande a annoncé qu'il se rendait immédiatement sur place, par "solidarité" avec la communauté juive. Premières réactions politiques : Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, parle d'un "crime monstrueux". Le président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet, se dit "épouvanté par la fusillade".

10h00 : La police confirme la mort d'au moins une personne, et évoque également cinq blessés graves. Le ministère de l'Intérieur demande aux "préfectures de toute la France, particulièrement dans le Sud-Ouest, de renforcer la surveillance et la vigilance autour des lieux d'enseignement israélites". De son côté, le grand rabbin de France s'est dit "horrifié". "Je suis terriblement bouleversé et je pars immédiatement à Toulouse", a déclaré Gilles Bernheim. 

9h00 : Une fusillade a eu lieu, lundi matin, devant le collège-lycée d'Ozar-Hatorah, à Toulouse. Dans le quartier de la Croix-Daurade, à Toulouse, un homme a ouvert le feu sur des gens qui patientaient à un point de ramassage scolaire informel. Il aurait fait, selon des témoins, au moins trois mort, un rabbin et deux enfants. Ce bilan n'a pas été confirmé de source policière. Il y aurait également au moins quatre blessés. Le pronostic vital d'un adolescent serait engagé.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 14:11

 A visiter ici.

Par ailleurs, le 16 mars, l'AGRIF a tenu son conseil d'administration et son assemblée générale. Le bureau a été reconduit à l'unanimité. Il est composé de Bernard Antony, président, de Jeanne Smits et Cécile Montmirail, vice-présidentes, de Pierre Soleil, secrétaire général et de Myriam Baeckroot, trésorière.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 08:14

LONDRES (NOVOpress) – Al Kanz, le blog qui milite pour une « éthique en matière de consommation : celle dictée par les canons du halal », est en émois. Les Jeux olympiques qui se dérouleront cet été à Londres, vont correspondre au début du ramadan 2012. Or, « 3 000 des 12 000 athlètes attendus sont musulmans et donc a priori jeûneurs », s’inquiète le site internet.

Ce rituel mahométan en plein JO risquerait donc de désavantager certaines délégations musulmanes. Al Kanz voit loin et pense déjà à « l’Euro 2016 qui tombera en plein ramadan » en France. Jeûne et sport de haut niveau, une question épineuse qui pourrait s’imposer aux nombreux joueurs musulmans chez les Bleus Faudra-t-il également envisager de décaler dans le temps cette compétition européenne pour ne pas froisser les musulmans ? Quand l’islam veut imposer sa loi partout et sur tout.

C'est drôle d'employer le mot de "jeûneur"car la consommation de "bouffe"pendant cette période explose,c'est la période ou ils s'empiffrent le plus, les musulmans!Rends t-on hommage à Dieu en se remplissant la panse?Il est est évident que de tels comportements ne sont pas compatibles avec le sport. 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement
 

 

 

 

Texte Libre