Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 15:29
Faits & Documents n° 334 : Richard Descoings  
 

« Chantre de l’égalité des chances », « révolutionnaire dans un monde figé », « agitateur d’idées », « haut fonctionnaire réformateur », « personnalité incontournable en matière d’éducation », « serviteur de l’État qui a eu plus d’influence que beaucoup de ministres », « infatigable acteur du rayonnement universitaire de notre pays dans le monde » (Nicolas Sarközy), etc. Vous l’ignoriez jusqu’alors, mais un véritable « saint laïc » est mort le 3 avril... Le décès du directeur de l’Institut d’études politiques de Paris, le 3 avril, aura été plus salué que celui de n’im- porte quel prix Nobel ou ancien Premier ministre français (1). Il aura eu droit à la « Une » et deux pleines pages rien que dans Le Monde. Les hommages ont donc été unanimes, de droite à gauche, pour celui qui était en réalité un « calculateur ambitieux » (Le Nouvel économiste du 7 novembre 2003), évidemment administrateur du Siècle, aux revenus scandaleux (40 000 euros par mois), à la mégalomanie revendiquée, aux mœurs particulières et à la gestion très critiquée. Celui qui est décédé dans des conditions étranges était à l’image de la sous-culture boboïsée et mondialisée des élites libérales moisies : un admirateur du social-libéralisme, un destructeur de la culture classique et de l’« égalitarisme républicain » (suppression des épreuves de culture générale, recrutement au choix), valeurs auxquelles il avait substitué la « tchatche » les paillettes et la « diversité multiculturelle ». Comme l’avait très bien résumé Éric Zemmour il y a quelques mois : « Il est à la fois le fossoyeur de l’élitisme républicain et l’idiot utile du capitalisme. »

1. Ce portrait est une version enrichie et mise à jour de la version parue dans F&D 269.

Descoings, surnommé “Ritchie-D”, “Monsieur Riches-Idées”. » Challenges, 4 décembre 2003.
Le Journal du dimanche, 22 janvier 2006.

(Je suis) « le premier pédé de Sciences-Po. »
Le Point, 9 mars 2007.

Il est « pour les uns, un visionnaire, pour les autres, un mégalomane ».
Le Monde, 22 septembre 2004.

« Un iconoclaste au pays des “technos”. Un pourfendeur de tabous à l’allure de dandy (qui) aime bien touiller la marmite universitaire avec de drôles d’idées très médiatiques. »
L’Express, 15 mai 2003.

« Pour lui, un Français d’origine étrangère, de préférence maghrébin ou africain, sera toujours préférable à un Français dit “de souche” quel que soit le milieu social des uns et des autres. »
Marianne 2.

« Barbe de trois jours, cheveux coiffés au gel, sourire qu’il déclenche sur commande, alliance en or à la main droite, anneau en argent à la main gauche, comme s’il ne fallait pas se laisser enfermer dans les choix et les convenances... À côté, l’étudiant qui distribue des tracts de la CNT dans le hall d’entrée a des airs de cadre d’IBM. »
Challenges, 4 décembre 2003.

« La réputation de Richard Descoings le précède : brutal, despotique, autoritaire. »
Le Nouvel économiste, 7 novembre 2003.

Tout d’abord, les faits tels qu’ils n’ont pas été présentés dans la presse française, sinon de manière pudique et amoindrie, à la différence de la presse anglo-saxonne. Le 3 avril, la police new-yorkaise a retrouvé, à 13 heures, le corps nu « ne portant pas de trace évidente de traumatisme » de Richard Descoings (du sang coulant de sa bouche) dans une chambre, en désordre, d’un hôtel huppé de la 51e rue, le Michelangelo. À proximité, de l’alcool et des antidépresseurs. Son ordinateur et son téléphone portable avaient été jetés quatre étages plus bas. L’examen de son ordinateur a permis de constater qu’il avait consulté des sites de rencontres homosexuelles. Plusieurs personnes « de sexe masculin », non encore identifiées, s’étaient retrouvées avec lui dans la chambre durant la nuit. Comme seul l’a écrit Rue89 (Descoings, homo pour les puissants, hétéro pour les autres, 8 avril 2012) : « N’importe quel gay, à l’annonce de ces quelques indices, sait très bien de quoi il en retourne. » Arrivé en urgence du Canada, son plus

La suite dans Faits & Documents n°334

Egalement au sommaire :
Politique : Bilan avant l'élection présidentielle

Partager cet article
Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 08:49

Atmosphère morose au parlement dans le groupe UMP. Les attachés parlementaires sont tous en train de faire leurs cartons en prévision de la défaite future qui s'annonce cuisante. En effet sous un optimisme de facade, une confiance affichée (avec de plus en plus d'efforts), l'UMP sait que la partie est jouée, et que le président sortant au terme de l'élection restera à l'entrée de l'Élysée, en songeant avec nostalgie aux moments heureux où il était Le président de l'État français. Mais, me direz-vous, il exprime encore une certaine pugnacité, c'est un battant, il continue à taper, et ma foi, il n'a pas encore capitulé. Oui, c'est vrai, mais quel est le but de cette volonté combative, qu'espère-t-il exactement ? La réponse à cette question nous permettra de donner une signification aux décisions et agissements de cette fin de campagne, et de dévoiler la stratégie de l'UMP et du PS face à leur ennemi commun qui est et qui reste Mélenchon et le FdG.La suite..... http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-appel-du-grand-air-114746                 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 06:37

La question: pourquoi ce niveau est-il catastrophique?

 

Le ministère de l’Education estime que les résultats en orthographe des élèves ne sont pas satisfaisants. Pis, ils sont en baisse constante avec plus de 14 fautes sur une dizaine de lignes. Le ministère va donc envoyer des exercices types aux enseignants.

Ah, cette bonne vieille dictée. Oui, elle existe toujours à l’école mais elle se révèle de plus en plus un cauchemar pour les élèves au vu des fautes qu’ils y commettent.

Selon le ministère de l’Education, le nombre d’erreurs en moyenne sur une dizaine de lignes est passé de 10,7 en 1987 à 14,7 en 2007*.

Dans le même temps, le pourcentage d’élèves qui faisaient plus de 15 fautes est passé de 26% à 46%.

Trop, beaucoup trop pour le gouvernement qui tire la sonnette d’alarme. Mot d’ordre : il faut renforcer l’enseignement de l’orthographe à l’école. (…)

*Une étude réalisée sur les performances des élèves de CM2 à vingt ans d’intervalle (1987-2007) a permis de constater une baisse significative du niveau en orthographe, souligne le ministère.

Tf1 news

Partager cet article
Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 06:30

lire cet article surréaliste:http://www.Médias Libres.com/tribune/post/2012/04/16/Le-vote-blanc-est-un-vote-raciste

Partager cet article
Repost0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 16:53
lu sur:http://www.voxnr.com/cc/politique/EFFuFFyklVJNAAWwEH.shtml
 
Alain Soral est sans conteste une figure intellectuelle de premier plan et, dix jours avant le premier tour de l’élection présidentielle française, nous ne pouvions faire l’économie de son point de vue. Entretien.

Pierre Hillard et Adrien Abauzit ont tous les deux affirmé que Marine Le Pen n’était pas la candidate de l’antimondialisme, comme elle le prétend. Pouvez-vous nous donner votre avis sur cette question ?

Si elle n’est pas la candidate de l’antimondialisme, alors dites moi qui l’est dans cette élection ?

Personne !

Marine Le Pen est sans conteste la candidate la plus antimondialiste, ou la moins mondialiste, de cette élection. En plus elle a une petite chance d’accéder au second tour. Il faudrait donc être irresponsable, immature, fataliste, mystique – ou alors suisse – pour ne pas aller voter pour elle, de ce point de vue, à cette élection nationale française.

Mais on peut aussi décider, comme certains de nos camarades, de ne plus voter du tout, de prendre le maquis ou d’attendre une intercession divine. Mais là c’est un autre sujet…

En admettant que Marine Le Pen accède à la fonction de présidente, comment pourrait-elle gouverner en l’absence d’une majorité à l’assemblée ? Une cohabitation immédiate ne l’obligerait-elle pas à revoir l’ensemble des mesures politiques qu’elle indique vouloir mettre en place ?

Les législatives suivant immédiatement la présidentielle, avec la dynamique du succès en cas de victoire, rien ne serait joué. Mais quoi qu’il en soit, elle serait obligée, c’est certain, compte tenu du fameux « mur de l’argent » de le « communauté internationale », de mettre de l’eau dans son vin. Mais ça serait déjà moins pire que si c’est Sarkozy ou Hollande qui gouvernent. Eux sont déjà à l’eau sans vin depuis longtemps !

La politique, je suis étonné de devoir vous le rappeler, ce n’est pas « tout ou rien », mais saisir la chance, quand elle se présente, de pouvoir freiner un peu de cour des choses, afin d’être en position de pouvoir l’inverser plus tard…

Le vote blanc n’étant pas pris en compte dans les résultats, si le deuxième tour devait consacrer un affrontement Sarkozy-Hollande, seriez-vous prêt à appeler à l’abstention, de sorte à donner le moins de légitimité possible au prochain locataire de l’Elysée ?

Il est certain que dans ce cas de figure, je n’appellerai à voter pour aucun de ces deux candidats.

L’appel à l’abstention sera, à défaut de mieux, le moins pire des mots d’ordre, et ça ne me coûtera pas beaucoup de m’y associer. Je pense même que c’est ce que fera aussi Marine Le Pen si elle n’est pas au second tour. C’est si elle donnait une autre consigne que je commencerais à m’inquiéter !

Dès le lendemain de l’élection présidentielle, la question crise de la dette va inévitablement ressurgir. Est-ce qu’il y a selon vous une autre solution à terme – et cela que la France sorte de la zone euro ou non – que, comme pour la Grèce, de renégocier la dette de la France et, par conséquent, de subir le cortège de privatisation des services de l’Etat – et en premier lieu la Sécurité sociale – que cette mesure entrainera ?

Il y a la solution argentine ou islandaise qui consiste, en gros, à dire merde aux banques. Mais quel Président français oserait lancer ce défi à l’oligarchie mondiale bancaire ?

Personnellement, je ne vois en France que Nicolas Dupont Aignan et Marine Le Pen. Et comme Marine Le Pen, des deux, est la seule à avoir une petite chance d’accéder au second tour, sans doute face au candidat du PS, ce qui redistribuerait les cartes (je ne vois pas le candidat de l’UMP appeler officiellement à voter PS dans le contexte actuel, sous peine de couler son parti), je m’accroche à ce petit espoir…

Compte tenu de la situation de dégradation générale en France, tant économique que sécuritaire, songez-vous à transformer votre mouvement, Egalité et Réconciliation, en un parti politique, ou du moins à vous présenter à une élection, parlementaire ou municipale ?

Du tout.

Etant assez peu diplomate et inapte au mensonge systématique, je sais n’avoir pas les qualités requises pour la politique politicienne. Je continuerai donc, tant que je le pourrai, à faire ce que je sais faire : de l’analyse, de la formation, de la diffusion et du réseau. Qu’il y ait au moins une élite prête à prendre la relève après le chaos qui s’annonce !

Merci pour vos questions.
Partager cet article
Repost0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 16:11
Moindre mal, moindre pire : Rémi Fontaine répond à Bernard Antony et aux autres.

C'est dans Présent d'aujourd'hui :

"(...) En distinguant ainsi entre moindre mal (Marine) et moindre pire (Sarkozy), il s’agit pourtant de récuser surtout une dialectique empoisonnée qu’on nous ressert à chaque élection, qui fait que des catholiques (...) préfèrent voter dès le premier tour pour ceux qui ont voté ostensiblement pour l’avortement (Giscard, Chirac, Sarkozy) plutôt qu’un(e) Le Pen par exemple, afin soi-disant d’éviter habilement le pire (Mitterrand, Royal, Hollande). Empêcher aujourd’hui « un 21 avril 2002 à l’envers » (Hollande-Marine au second tour au lieu de Chirac-Le Pen) supposé en l’occurrence donner la victoire au pire : Hollande ! Ces cathos pensent certes pouvoir sauver de la sorte leur confort (leurs biens) et différer la persécution et les lois contre-nature (de « deux ans », selon le dernier Daoudal-Hebdo !) mais en affaiblissant volontairement l’alternative et les chances d’un vrai moindre mal (arrêtant et inversant la progression perverse de ces lois). C’est comme si on optait pour l’euthanasie passive plutôt que l’euthanasie active en rejetant d’emblée la solution morale des soins palliatifs !

Sans trop spéculer sur des pronostics électoraux (...), il dépend de nous, si possible, d’alléger la douleur de la France en favorisant le meilleur candidat possible pour le bien commun national, selon ce principe politique de moindre mal et de tolérance civile (...). Mais il ne nous est pas autorisé de favoriser (dès le premier tour !) un candidat et un programme engagés dans l’aggravation des transgressions de la loi naturelle, au motif qu’ils le seraient un peu moins que d’autres (plus « à gauche ») dont on craint le succès. Entre un moralisme politique outrancièrement abstentionniste (...) et un machiavélisme sans scrupules (...) tout aussi condamnables, c’est ainsi, nous semble-t-il, qu’on peut faire chrétiennement un usage à la fois habile et honnête du vote républicain autant qu’on puisse en juger en cette matière prudentielle. N’est-ce pas aussi, d’ailleurs, la limite du fameux « compromis nationaliste » ?

Sans cette distinction entre moindre mal et moindre pire, fondée politiquement (par analogie) sur un principe de philosophie morale (...) qui n’est assurément pas le fruit d’un « débat pilpoul », on voit mal comment on pourrait donner tort à ces très pragmatiques sarko-cathos, comme l’a fait jusqu’à présent notre ami président de l’Institut du Pays libre qui n’entend pas cependant « chipoter » sur ces débats, tout en donnant sa notation aiguë sur les candidats. Le désarroi de son communiqué plutôt normand (...) ne justifie pas cette caricature trop facile d’une position raisonnable, plus tranchée en l’occurrence que la sienne.

Parmi les membres de « la famille » (...) qui rejettent (...) cette interprétation relative à Marine Le Pen (comme représentante légitime d’un moindre mal positif), j’observe simplement que la plupart évitent évidemment de donner des consignes de vote, mais anticipent en quelque sorte sur le second tour (ou le confondent indistinctement avec le premier) (...)"

Intégralité de l'article ci-dessous.

Lire la suite "Moindre mal, moindre pire : Rémi Fontaine répond à Bernard Antony"

Partager cet article
Repost0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 08:43

on peut aimer ou non l'humoriste,mais c'est une belle victoire contre la pensée unique.

http://www.fdesouche.com/293769-le-film-lantisemite-de-dieudonne-ne-sera-pas-interdit

                             

                                                          Dieudonné l'antisémite + message d'un juif

Partager cet article
Repost0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 07:52

Les élections présidentielles s’annoncent plutôt moroses pour la droite, et les législatives aussi. Mais que vont donc devenir tous ces politiciens de carrière ? Travailler 35 heures par an dans un comité Théodule ? Difficile si la gauche passe, ces comités étant justement réservés aux « copains » du pouvoir ayant perdu temporairement un mandat. Solution : un décret permettant aux perdants de devenir très facilement avocats ! Car avec un juteux carnet d’adresse constitué tout au long de ces années dans les allées du pouvoir, les politiciens battus et leurs cliques d’attachés parlementaires et autres pourront grassement monnayer leur collaboration dans des cabinets d’avocats. Autant leur faciliter la tâche en leur évitant de passer par le douloureux parcours par lequel l’avocat lambda doit passer…

C’est ainsi que le décret n° 2012-441 du 3 avril 2012 relatif aux conditions particulières d’accès à la profession d’avocat dispose que « les personnes justifiant de huit ans au moins d'exercice de responsabilités publiques les faisant directement participer à l'élaboration de la loi sont dispensées de la formation théorique et pratique et du certificat d'aptitude à la profession d'avocat. ».

Qu’un tel décret soit produit même pas trois semaines avant des échéances électorales permet d’écarter tout doute quant à son objectif.  Pour le bâtonnier de Paris Christiane Féral-Schuhl, la manipulation est claire : « Publié à quelques semaines seulement d’échéances électorales importantes, il apparaît aux yeux des avocats et des citoyens comme une brusque tentative de faire valoir, en passant en force, des intérêts catégoriels. Cela ne sert ni l’image des avocats, ni celle des femmes et des hommes politiques et c’est fortement regrettable. »

Le Conseil de l’Ordre des avocats de Paris avait déjà critiqué la manœuvre, votant lors de sa séance du 27 mars 2012 une résolution demandant à la Chancellerie un réexamen du projet de décret. Suite à la publication du décret en l'état, le bâtonnier de Paris a engagé le 10 avril un recours, mandaté par le Conseil de l’Ordre. Quelles que soient les suites de ce recours, l’Ordre des avocats de Paris déclare « qu’il est et restera maître de l’accès au barreau de Paris et qu’à ce titre il continuera à fixer les critères d’admission conformément à ses valeurs, à son niveau d’exigence et à l’intérêt des justiciables », ajoutant, de manière on ne peut plus claire, qu’il « veillera donc avec la rigueur la plus extrême, demain comme aujourd’hui, à ce que les conditions de compétences et d’acquisition des diplômes professionnels soient bien respectées par l’ensemble des candidats à la profession d’avocat, sans discrimination en fonction des parcours. »

Cet épisode en dit long sur le fonctionnement de la démocratie et sur la situation de l’état de droit en France : bienvenue dans la république des copains et des coquins. Comment espérer réformer la France corporatiste, la France des intérêts catégoriels, la France où l’on prône à tout bout de champ l’égalité pour produire exactement son contraire, la France de la défiance si bien décrite par Alain Peyrefitte ou plus récemment par Pierre Cahuc et Yann Algan – comment espérer réformer ce monstre de passe-droits et de privilèges si le gouvernement et les législateurs eux-mêmes nous donnent un tel exemple ?

On pourra rétorquer à cela que la profession d’avocat est précisément une corporation qu’il s’agit « d’ouvrir ». Elle est une corporation, mais n’est pas une profession fermée, au contraire des notaires par exemple, et est bien plus ouverte qu’on ne le croit. Et qu’un niveau de connaissances soit exigé de ses membres et sanctionné par une profession spécialisée dans le droit n’en fait pas une profession fermée. Ensuite, il est possible de discuter de l’ouverture de telle ou telle profession, mais sans doute pas à quinze jours d’échéances électorales dans la précipitation : la ficelle est un peu grosse.

L’équipe en place au gouvernement et la majorité à l’Assemblée ont évidemment tout intérêt à ce que cette affaire ne soit pas médiatisée avant les élections. Il faut pourtant que cela se sache. Non qu’il faille prendre ici la défense d’une gauche à mille lieues de la réalité et qui sait aussi produire des privilèges à la pelle – et sous couvert d’égalité ! Mais parce que notre démocratie française est gravement malade, des deux côtés. Il est temps que les français comprennent qu’on ne la soignera pas en élargissant, vers le bas, le cercle des privilégiés, mais en abolissant les privilèges. Ils avaient fait une révolution pour cela.

Emmanuel Martin, le 12 avril 2012. Emmanuel Martin est analyste sur www.UnMondeLibre.org.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 14:28

Extraits d’un article du 2 avril 2012 d’ «Aldo Sterone», blogger algérien résidant en Angleterre.

« Pour les Français le train de l’Histoire est arrivé à son terminus. C’est fini. Il faut ramasser ses bagages et se préparer à descendre. Quand la Seine Saint-Denis a commencé à pourrir, les Français de souche ont quitté la Seine Saint-Denis transformée depuis en coupe-gorge. De la même manière, ils quittent Lille, Marseille, Roubaix, les quartiers nord de Paris… Progressivement, viendra le jour où changer de ville ne résoudra pas le problème. Il faudra alors s’écraser ou bien quitter le pays. »

« Peu à peu, le Français de souche se fait remplacer et il est heureux. Il regarde béatement sa Nation partir dans le tout à l’égout mais il est content de n’avoir jamais voté pour le Front National. »

(…)

Dans l’océan, quand un animal est blessé, les rapaces viennent de partout. Chacun veut son petit morceau. La France est aujourd’hui cet animal mourant. Jusqu’au fond de l’Afrique, le dernier des somaliens accourt pour prendre son petit morceau.

Par leurs impôts, les Français financent les logements, la nourriture et les soins de ceux qui sont en train de les remplacer. Quand il n’y aura plus assez de travailleurs pour payer les parasites, ça sera le chaos et la violence.

Pour son immigration, la France a particulièrement choisi des populations incapables de gagner ou de produire ne serait-ce que leur pain quotidien. (…) Peu à peu, le Français de souche se fait remplacer et il est heureux. Il regarde béatement sa Nation partir dans le tout à l’égout mais il est content de n’avoir jamais voté pour le Front National. Pour lui, autant disparaitre que de voter pour le seul parti qui veut lui remonter son pantalon.

« Par leurs impôts, les Français financent les logements, la nourriture et les soins de ceux qui sont en train de les remplacer. »

Les Français ne souhaitent qu’une seule chose : disparaitre. Ils ont trop honte d’exister. Ils se sentent tellement coupables qu’ils traversent ce monde en s’excusant. Leurs ancêtres ont, pour diverses raisons, tué des gens. Si je remonte assez en arrière, les miens ont aussi tué des gens. Ca m’empêche de dormir la nuit ? Ca me donne envie de faire envahir mon pays par des crevards ? Probablement pas.

Lire l’article intégral

Partager cet article
Repost0
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 08:41
Si Hollande est élu,la Seine Saint-Denis ressemblera à Bruxelles.Nous voilà prévenu!D'ailleurs lire l'article suivant des élus du front de gauche..Le Hyaric (Front de Gauche) invite une association islamiste pro-burqa au siège de l'Humanité !

Communiqué de l'UAM93, fédération regroupant 30 associations islamiques en Seine-Saint-Denis : " Le mardi 20 mars 2012, le bureau de l’UAM-93 a rendu visite au siège de l'Humanité à Saint-Denis (93). Invités par Patrick Le Hyaric, le Directeur de publication, les membres du bureau de l’UAM-93 ont pu visiter les locaux de ce journal et échanger longuement sur l’histoire et le...

Cette note a été publiée le 13.04.2012

Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici

 

Campagnes électorales en langue turque, députés déjà voilés, haine prêché dans les mosquées très officielles, écoles secondaires islamiques financées par la région Wallonie, un reportage intéressant de la chaîne publique belge. Mais n'est-il déjà pas trop tard ? Bruxelles est en passe de devenir majoritairement musulmane sous 20 ans, même Le Point le dit.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement
 

 

 

 

Texte Libre