Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 09:04
Icône d'alerte
 
Icône d'alerte
  Mais c'est aussi cela.

.

 

 

(De son vrai nom Ovseï-Gerchen Aronovitch Radomyslski-Apfelbaum, révolutionnaire Juif bolchevik, 1883 - 1936)

 

Citation :

Des quelques cent millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner quatre-ving-dix à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer.

 

Déclaration du 17 septembre 1918.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 08:41

Tribune libre d’Alain Escada*

Dès que François Hollande a fait connaître son intention, s’il était élu à la tête de l’État français, de légaliser le « mariage » homosexuel et l’adoption d’enfants par les duos homosexuels, Civitas a annoncé qu’il mettrait tout en œuvre pour faire échec à ce projet contre-nature.

François Hollande élu, à peine Jean-Marc Ayrault était-il désigné comme premier ministre qu’il confirmait au lobby homosexuel son intention de faire respecter les promesses électorales en question. Faute d’être en mesure d’appliquer ses promesses économiques et sociales, le Parti socialiste va tenter de faire illusion en traitant de questions sociétales, toujours de façon antichrétienne, antifamiliale et antinaturelle.

Sans plus tarder, Civitas a donc fait imprimer en des dizaines de milliers d’exemplaires deux modèles d’autocollants. Il s’agit de la sorte de débuter la riposte. De Nice à Caen, de Lyon à Marseille en passant par Paris, dans chaque ville qui connaîtra prochainement l’indécence d’une gay pride, il est nécessaire de faire savoir que le bon sens n’a pas disparu, que les défenseurs de la famille n’ont pas capitulé.

Le premier de ces autocollants proclame : « Aujourd’hui le mariage homo, demain la polygamie… Stop ! Le mariage = 1 homme + 1 femme ».

Un tel slogan est loin d’être une caricature. Le mariage en France repose sur deux conditions essentielles. Qu’il s’agisse de l’union de deux personnes. Et que ces deux personnes soient un homme et une femme. Si l’on accepte de remettre en cause la seconde condition pour satisfaire une revendication communautariste homosexuelle, qu’est-ce qui empêcherait de remettre en cause la première condition pour satisfaire demain une revendication communautariste musulmane ou autre (des partisans de la polygamie existant par ailleurs au sein de la communauté homosexuelle) ?

Le second de ces autocollants est illustré d’une photographie de deux exhibitionnistes quasiment nus brandissant le drapeau arc-en-ciel des homosexuels. La photographie est barrée d’une question : « Confieriez-vous des enfants à ces gens-là ? ».

Il s’est immédiatement trouvé des homosexuels pour crier au scandale et rétorquer qu’il s’agit d’une photographie tirée de son contexte. L’imagerie que projette la gay pride dans le miroir de la communauté homosexuelle serait-elle difficile à assumer ? Il ne fait en tout cas nul doute que chaque gay pride offre ad nauseam de telles exhibitions à la vue du moindre passant, sans que les organisateurs aient jamais cherché à y mettre fin. Il ne fait non plus nul doute que la gay pride est bien un événement représentatif de la communauté homosexuelle. Sinon, François Hollande n’aurait pas jugé utile, l’année dernière, de participer à celle de Paris aux côtés de son ami Bertrand Delanoë.

Bien entendu, ces autocollants, ne sont que l’amorce d’une campagne qui ira crescendo. Fin juillet, au cours de la session d’été de Civitas, nous peaufinerons la stratégie qui sera mise en place dès le 1er septembre. Avec un souci pédagogique, nous chercherons à informer les Français des véritables enjeux. Que l’on parle d’anthropologie, que l’on se préoccupe de la conservation du modèle familial classique sur lequel repose l’équilibre de la société ou que l’on s’inquiète du bien-être de l’enfant, tout nous ramène à refuser ces revendications absurdes du lobby homosexuel.

Civitas fera connaître les résultats de différentes études menées à l’étranger au sujet des conséquences de « l’homoparentalité ». Civitas démontera la manipulation des chiffres avancés par le lobby homosexuel en matière d’homoparentalité.

Des réunions publiques seront organisées par Civitas à travers toute la France afin de contre-balancer la désinformation ambiante, de mettre fin à la pensée unique que l’on cherche à nous imposer en la matière. Nous entendons bien libérer les Français de la culpabilisation engendrée par un matraquage de propagande au nom d’une prétendue lutte contre « l’homophobie », vaste supercherie destinée à empêcher tout véritable débat.

Des brochures, des tracts, des affiches et des spots vidéos viendront renforcer cette campagne. Les réseaux sociaux et tous les moyens les plus modernes de communication seront utilisés.

Parallèlement, nous entamerons un travail personnalisé auprès des élus. Même à gauche, nous savons que certains sont loin d’approuver un tel bouleversement de société. D’autre part, nous chercherons à obtenir des évêques de France qu’ils prennent leurs responsabilités et fassent savoir publiquement la doctrine de l’Église en la matière.

Et lorsque nous approcherons de certaines échéances, nous organiserons des manifestations publiques dans différentes villes de France ainsi que des veillées de prières.

Tout cela va demander énormément de moyens. Nous allons essayer de coaliser toutes les bonnes volontés et de rassembler le budget colossal nécessaire à une telle mobilisation de grande envergure. C’est un moment crucial. À la grâce de Dieu !

*Alain Escada est lobbyiste. Il préside l’Institut Civitas, un lobby chrétien qui promeut les valeurs traditionnelles et lutte contre la christianophobie.

Lire aussi :
> Le « mariage » homosexuel ou le règne de l’impuissance, par Éric Martin

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 08:16

                                          

Valérie Laupies, candidate FN dans la 16e des Bouches-du-Rhône déclare à Minute après le retrait du candidat UMP Roland Chassain (que François Fillon veut exclure de l'UMP) :

"C’est le bon sens qui l’a emporté! Roland Chassain connaît le terrain, il est à l’écoute des gens, il sait que de nombreux électeurs de l’UMP ne lui auraient pas pardonné de faire élire un socialiste. Depuis le début, Roland Chassain a été clair: pour lui, c’était tout sauf Vauzelle! Il n’a pas dévié de l’objectif. En revanche, à Paris, les ténors de l’UMP ne veulent toujours pas comprendre. Dimanche soir, Jean-François Copé a encore appelé tous les candidats de l’UMP qualifiés pour le second tour à se maintenir pour faire barrage au FN! Il préfère offrir la victoire aux socialistes sur un plateau!

Cela dit, maintenant que Roland Chassain s’est retiré, il vous faut convaincre ses électeurs de voter pour vous!

Je suis confiante. Je pense que les électeurs de l’UMP sont prêts à faire l’union sacrée. Il faut ignorer les divisions et les polémiques alimentées par les élites parisiennes! Ici, sur le pays d’Arles, entre l’UMP et le FN, il n’y a pas de lézard. Tout nous réunit et on a un objectif commun: battre Michel Vauzelle, une figure emblématique du parti socialiste. C’est vraiment jouable. On a une chance extraordinaire de faire passer Vauzelle à la trappe. Il faut la saisir. [...]

J’ai appris que, durant la campagne, Roland Chassain avait fait constater par huissier que des associations, subventionnées par la région, avaient été sollicitées pour apporter leur soutien au candidat socialiste. Si ça se confirme, ce n’est pas très fair-play!

 

Interview de Robert Chassain:

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/13-06-2012/roland-chassain-jai-recu-environ-un-millier-de-messages-de-felicitations?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29

 

                                                                   

Le dessin du jour
La liberté d'expression vue par la gauche
Délit d'Im@ges | Archives                                               

 

La patronne du PS a dénoncé ce mardi l’attitude de l’UMP et « les passerelles » tendues vers le Front national. Elle cible notamment Nadine Morano et Christian Estrosi.

Martine Aubry a dénoncé ce mardi, à propos du « ni-ni » de l’UMP (ni PS, ni FN), les « passerelles » mises par ce parti de façon « de plus en plus claire » avec le FN.

Elle estime par ailleurs que l’hebdomadaire d’extrême-droite Minute devenait « le journal officiel de l’UMP » après l’entretien accordé par Nadine Morano cette semaine. Ces derniers mois, plusieurs figures de l’UMP dont Thierry Mariani et Gérard Longuet ont accordé comme elle une interview à Minute.

[...]

« La semaine dernière M. Chassain (candidat UMP dans les Bouches-du-Rhône, ndlr) s’exprimait dans Minute, il a retiré sa candidature hier pour soutenir le Front national contre Michel Vauzelle. Aujourd’hui c’est Mme Morano qui s’exprime aussi dans Minute pour en appeler aux voix du Front national comme elle l’a fait dès dimanche soir », a énuméré la patronne du PS.

« Puis c’est M. Estrosi qui dit qu’il n’y a aucune valeur commune avec le Parti socialiste.

Donc finalement nous sommes seuls aujourd’hui à défendre la République », a-t-elle ajouté. « C’est la raison pour laquelle il faut un rassemblement de toute la gauche, des Républicains, autour des candidats dimanche prochain de la majorité présidentielle, autour de François Hollande », selon elle. « La formule de l’UMP est ‘ni Front national, ni Front républicain’, ils auront et la défaite et le déshonneur », a-t-elle conclu.

L’Express

 

L’ancien Premier ministre François Fillon estime, dans une interview à paraître mercredi dans Ouest France, que Roland Chassain « doit être exclu » de l’UMP après avoir annoncé son désistement en faveur du FN dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône.

« Pour l’instant, un seul de nos candidats a annoncé son retrait en faveur du Front national, il doit être exclu », déclare M. Fillon au quotidien régional.

France 24

Jean-François Copé a « condamné » lundi la décision de l’UMP Roland Chassain, arrivé 3e dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône, de se « retirer » du second tour pour tenir sa « position » du « tous contre Michel Vauzelle » (PS) et de le laisser face à une candidate du FN.

« Je condamne naturellement la position de M. Chassain, cela va de soi. (…)

Elle donnera lieu à une (décision) qui reviendra au bureau politique le moment venu », a déclaré le secrétaire général de l’UMP lors d’une conférence de presse à l’issue d’un bureau politique extraordinaire du parti pour arrêter la stratégie en vue du second tour des législatives.

TF1

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 08:10
Euthanasie : la proposition de loi est déposée(via salonbeige). 

Au Sénat par Roland Courteau. Elle est "relative à l'assistance médicale pour mourir et à l'accès aux soins palliatifs".

"Toute personne, majeure non protégée, en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, quelle qu'en soit l'origine, lui causant des souffrances physiques ou psychiques qui ne peuvent être apaisées ou qu'elle juge insupportables, peut demander à bénéficier, dans les conditions prévues au présent titre, d'une assistance médicale pour mourir."

Les professionnels de santé ne sont pas tenus d'apporter leur concours à la mise en oeuvre d'une assistance médicale pour mourir.

Le cas échéant, le médecin saisi d'une demande d'assistance médicale pour mourir notifie sans délai son refus au demandeur et l'oriente immédiatement vers un autre praticien susceptible de déférer à sa demande."

Le reste est du même acabit. Quant aux soins palliatifs, ils sont tout justes mentionnés, pour la forme :

"Les conditions d'accès aux soins palliatifs mentionnés à l'article L. 1110-10 sont organisées par l'agence régionale de santé dans le respect d'exigences de proximité et de capacité d'accueil définies au niveau national."

 

Proposition de loi sur l'euthanasie : le devoir de combattre (1)

La proposition de loi déposée ce jour au Sénat par le sénateur socialiste de l'Aude, Roland Courteau, sonne si ce n'est le début de la bataille ouverte annoncée dans le programme de François Hollande, au moins la mobilisation générale. En effet, l'enseignement de l'Eglise est clair : l'euthanasie et sa légalisation doivent être empêchées et le cas échéant, combattues.

De plus, "aucune circonstance, aucune finalité, aucune loi au monde ne pourra jamais rendre licite un acte qui est intrinsèquement illicite, parce que contraire à la Loi de Dieu, écrite dans le cœur de tout homme, discernable par la raison elle-même et proclamée par l'Eglise" (EV; 63).

Aussi, si cette proposition de loi devait être votée, elle impliquerait, en plus du désordre et de la déchéance de notre société qu'elle induirait par le mal causé par ces meurtres délibérés, l'objection de conscience totale, sans retour ni concession, de tous les catholiques et des hommes de bonne volonté. Face à cette menace de mort s'impose donc le devoir de se battre.

Jp2 3C'est pourquoi, dans un premier temps, pour aider à comprendre à la fois la portée humaine et sociale de cette proposition de loi et les responsabilités qui incombent à tous les catholiques et aux hommes de bonne volonté, ce texte a été passé au crible de l'Evangile de la Vie, encyclique du bienheureux Jean-Paul II.

  • Définition de l'euthanasie : la proposition de loi rentre dans ce cadre. 
  • Contexte de cette proposition : utilitarisme, sentiments fourvoyés et propagande des médias. 
  • Les fondements de la proposition de loi dénoncés : vision prométhéenne, relativisme et déni de démocratie. 
  • L'euthanasie telle que définie dans la proposition de loi, fortement condamnée
  • L'euthanasie ne peut être légalisée car l'Etat a le devoir de se protéger et de protéger toute vie même contre elle-même. 
  • Une loi mortifère n'a pas force de loi : l'euthanasie ne peut être légalisée, car contraire aux devoirs de l’État garant du Bien commun et à ceux de la société au service de la personne. 
  • Objection de conscience avant, pendant et après le vote : proposition de loi ou loi votée, l'euthanasie doit se heurter à la conscience de tout homme.

Définition de l'euthanasie : la proposition de loi rentre dans ce cadre.

"La tentation de l'euthanasie se fait toujours plus forte, c'est-à-dire la tentation de se rendre maître de la mort en la provoquant par anticipation et en mettant fin ainsi « en douceur » à sa propre vie ou à la vie d'autrui. Cette attitude, qui pourrait paraître logique et humaine, se révèle en réalité absurde et inhumaine, si on la considère dans toute sa profondeur.
Nous sommes là devant l'un des symptômes les plus alarmants de la « culture de mort », laquelle progresse surtout dans les sociétés du bien-être, caractérisées par une mentalité utilitariste qui fait apparaître très lourd et insupportable le nombre croissant des personnes âgées et diminuées. Celles-ci sont très souvent séparées de leur famille et de la société, qui s'organisent presque exclusivement en fonction de critères d'efficacité productive, selon lesquels une incapacité irréversible prive une vie de toute valeur.

Pour porter un jugement moral correct sur l’euthanasie, il faut avant tout la définir clairement. Par euthanasie au sens strict, nous entendons une action ou une omission, qui, de soi ou dans l’intention, donne la mort afin de supprimer ainsi toute douleur. L’euthanasie se situe donc au niveau des intentions et à celui des procédés employés "(chapitre 64).


Contexte de cette proposition : utilitarisme, sentiments fourvoyés et propagande des médias.

"Nous trouvons une tragique expression de tout cela dans l'expansion de l'euthanasie, masquée et insidieuse, ou effectuée ouvertement et même légalisée. Mise à part une prétendue pitié face à la souffrance du malade, l'euthanasie est parfois justifiée par un motif de nature utilitaire, consistant à éviter des dépenses improductives trop lourdes pour la société. On envisage ainsi de supprimer des nouveaux-nés malformés, des personnes gravement handicapées ou incapables, des vieillards, surtout s'ils ne sont pas autonomes, et des malades en phase terminale.
Il ne nous est pas permis de nous taire face à d'autres formes d'euthanasie plus sournoises, mais non moins graves et réelles. Celles-ci pourraient se présenter, par exemple, si, pour obtenir davantage d'organes à transplanter, on procédait à l'extraction de ces organes sans respecter les critères objectifs appropriés pour vérifier la mort du donneur" (chapitre 15).

"Alors même que le motif n'est pas le refus égoïste de porter la charge de l'existence de celui qui souffre, on doit dire de l'euthanasie qu'elle est une fausse pitié, et plus encore une inquiétante « perversion » de la pitié: en effet, la vraie « compassion » rend solidaire de la souffrance d'autrui, mais elle ne supprime pas celui dont on ne peut supporter la souffrance. Le geste de l'euthanasie paraît d'autant plus une perversion qu'il est accompli par ceux qui — comme la famille — devraient assister leur proche avec patience et avec amour, ou par ceux qui, en raison de leur profession, comme les médecins, devraient précisément soigner le malade même dans les conditions de fin de vie les plus pénibles" (chapitre 66).

"On ne peut nier que les médias sont souvent complices de cette conjuration, en répandant dans l'opinion publique un état d'esprit qui présente le recours à la contraception, à la stérilisation, à l'avortement et même à l'euthanasie comme un signe de progrès et une conquête de la liberté, tandis qu'il dépeint comme des ennemis de la liberté et du progrès les positions inconditionnelles en faveur de la vie" (chapitre 17).


Les fondements de la proposition de loi dénoncés : vision prométhéenne, relativisme et déni de démocratie.

"Dans l'ensemble du contexte culturel, ne manque pas non plus de peser une sorte d'attitude prométhéenne de l'homme qui croit pouvoir ainsi s'ériger en maître de la vie et de la mort, parce qu'il en décide, tandis qu'en réalité il est vaincu et écrasé par une mort irrémédiablement fermée à toute perspective de sens et à toute espérance" (chapitre 15).

"C'est le résultat néfaste d'un relativisme qui règne sans rencontrer d'opposition : le « droit » cesse d'en être un parce qu'il n'est plus fermement fondé sur la dignité inviolable de la personne mais qu'on le fait dépendre de la volonté du plus fort.
Ainsi la démocratie, en dépit de ses principes, s'achemine vers un totalitarisme caractérisé. L’État n'est plus la « maison commune » où tous peuvent vivre selon les principes de l'égalité fondamentale, mais il se transforme en Etat tyran qui prétend pouvoir disposer de la vie des plus faibles et des êtres sans défense, depuis l'enfant non encore né jusqu'au vieillard, au nom d'une utilité publique qui n'est rien d'autre, en réalité, que l'intérêt de quelques-uns.
Tout semble se passer dans le plus ferme respect de la légalité, au moins lorsque les lois qui permettent l'avortement ou l'euthanasie sont votées selon les règles prétendument démocratiques. En réalité, nous ne sommes qu'en face d'une tragique apparence de légalité et l'idéal démocratique, qui n'est tel que s'il reconnaît et protège la dignité de toute personne humaine, est trahi dans ses fondements mêmes: « Comment peut-on parler encore de la dignité de toute personne humaine lorsqu'on se permet de tuer les plus faibles et les plus innocentes? Au nom de quelle justice pratique-t-on la plus injuste des discriminations entre les personnes en déclarant que certaines d'entre elles sont dignes d'être défendues tandis qu'à d'autres est déniée cette dignité? ». 16 Quand on constate de telles manières de faire, s'amorcent déjà les processus qui conduisent à la dissolution d'une convivialité humaine authentique et à la désagrégation de la réalité même de l'Etat.

Revendiquer le droit à l'avortement, à l'infanticide, à l'euthanasie, et le reconnaître légalement, cela revient à attribuer à la liberté humaine un sens pervers et injuste, celui d'un pouvoir absolu sur les autres et contre les autres. Mais c'est la mort de la vraie liberté: « En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave du péché » (Jn 8, 34) (chapitre 20).


L'euthanasie telle que définie dans la proposition de loi, fortement condamnée.

"Ces distinctions étant faites, en conformité avec le Magistère de mes Prédécesseurs et en communion avec les Evêques de l'Eglise catholique, je confirme que l'euthanasie est une grave violation de la Loi de Dieu, en tant que meurtre délibéré moralement inacceptable d'une personne humaine. Cette doctrine est fondée sur la loi naturelle et sur la Parole de Dieu écrite; elle est transmise par la Tradition de l'Eglise et enseignée par le Magistère ordinaire et universel" (chapitre 65).


L'euthanasie ne peut être légalisée car l'Etat a le devoir de se protéger et de protéger toute vie même contre elle-même.

"La tolérance légale de l'avortement et de l'euthanasie ne peut en aucun cas s'appuyer sur le respect de la conscience d'autrui, précisément parce que la société a le droit et le devoir de se protéger contre les abus qui peuvent intervenir au nom de la conscience et sous le prétexte de la liberté" (chapitre 71).


 Une loi mortifère n'a pas force de loi : l'euthanasie ne peut être légalisée, car contraire aux devoirs de l’État garant du Bien commun et à ceux de la société au service de la personne.

"Ainsi les lois qui, dans le cas de l'avortement et de l'euthanasie, légitiment la suppression directe d'êtres humains innocents sont en contradiction totale et insurmontable avec le droit inviolable à la vie propre à tous les hommes, et elles nient par conséquent l'égalité de tous devant la loi. On pourrait objecter que tel n'est pas le cas de l'euthanasie lorsqu'elle est demandée en pleine conscience par le sujet concerné. Mais un Etat qui légitimerait cette demande et qui en autoriserait l'exécution en arriverait à légaliser un cas de suicide-homicide, à l'encontre des principes fondamentaux de l'indisponibilité de la vie et de la protection de toute vie innocente.

De cette manière, on favorise l'amoindrissement du respect de la vie et l'on ouvre la voie à des comportements qui abolissent la confiance dans les rapports sociaux. Les lois qui autorisent et favorisent l'avortement et l'euthanasie s'opposent, non seulement au bien de l'individu, mais au bien commun et, par conséquent, elles sont entièrement dépourvues d'une authentique validité juridique.
En effet, la méconnaissance du droit à la vie, précisément parce qu'elle conduit à supprimer la personne que la société a pour raison d'être de servir, est ce qui s'oppose le plus directement et de manière irréparable à la possibilité de réaliser le bien commun. Il s'ensuit que, lorsqu'une loi civile légitime l'avortement ou l'euthanasie, du fait même, elle cesse d'être une vraie loi civile, qui oblige moralement" (chapitre 71) .


Objection de conscience avant, pendant et après le vote : proposition de loi ou loi votée, l'euthanasie doit se heurter à la conscience de tout homme.

"Des lois de cette nature, non seulement ne créent aucune obligation pour la conscience, mais elles entraînent une obligation grave et précise de s'y opposer par l'objection de conscience. Dès les origines de l'Eglise, la prédication apostolique a enseigné aux chrétiens le devoir d'obéir aux pouvoirs publics légitimement constitués (cf. Rm 13, 1-7; 1 P 2, 13-14), mais elle a donné en même temps le ferme avertissement qu'« il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes » (Ac 5, 29)" (chapitre 73). Dans le cas d'une loi intrinsèquement injuste, comme celle qui admet l'avortement ou l'euthanasie, il n'est donc jamais licite de s'y conformer, « ni ... participer à une campagne d'opinion en faveur d'une telle loi, ni ... donner à celle-ci son suffrage » (chapitre 71).

"Le respect absolu de toute vie humaine innocente exige aussi l'exercice de l'objection de conscience face à l'avortement provoqué et à l'euthanasie. « Faire mourir » ne peut jamais être considéré comme un soin médical, même si l'intention était seulement de répondre à une demande du patient : c'est au contraire la négation des professions de santé, qui se définissent comme un « oui » passionné et tenace à la vie" (chapitre 91).

JpII 1

Partager cet article
Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 18:55

INFO/INTOX?

 

Source

TRADUCTION : SALIM BOUTERFAS.

Transcription inédite des deux bandes fournies par l'avocate de Mohammed Merah.

 

 

1° La première bande : entre Mohammed Merah et un certain "Jossier," (Jussayer ?) capitaine dans le Renseignement français....

 

La bande débute avec une image de l'intérieur de la maison de Merah, avec des échanges de tirs très fournis, qui ont duré environs quatre minutes. Il portait des vêtements maculés de sang, notamment sur son épaule gauche. Ensuite, Mohammed se filmait en disant : "Il n'y a de dieu hormis Allah et Mohammed est son Prophète". Il s'écroule ensuite en larmes.

 

L'appelant : Allô, Mohammed, sors et rends-toi, personne ne te fera de mal, tu me connais et tu connais ma parole...

 

Mohammed : Va au diable espèce de traitre, pourquoi vous voulez me tuer aujourd'hui qu'ai-je fais ? je n'ai rien fait, je n'ai tué personne. C'est toi qui m'a amené dans cette situation et je ne te le pardonnerai pas".

 

L'appelant : Ca ne te servira à rien de rester longtemps ici, si tu ne m'écoutes pas, je ne pourrais plus gérer la situation demain et je ne pourrais plus t'aider, Alexandra mon chef a ton dossier et il promet qu'il sera avec toi jusqu'à la fin !

 

Mohammed : Comment tu peux m'aider alors que c'est toi qui est responsable de cette situation, Monsieur le capitaine Jossier, je connais ton vrai nom et toi qui nous trompais avec le nom de "Zouhir" (ou Z'hir), espèce de traître à sa propre religion et ses frères de sang !".

 

L'appelant : Mohammed, rends-toi, on t'aidera du mieux qu'on pourra, nous ne te laisserons pas tomber, tu comptes énormément pour nous. Comme gage de ma bonne foi, je rentre dans la maison et si tu veux on discute face à face.

 

Mohammed : Espèce de traître...

Des coups de feu se font entendre de la maison et en dehors, l'appel est interrompu.

 

Mohammed se filme en pleurant et en disant : "Il n'y a de force qu'en Allah, je croyais que ce traitre Zouhir était musulman et qu'il aime l'islam et la religion de Dieu, mais il semble qu'il travaille comme capitaine dans les renseignements français, ennemi de Dieu, mécréant"...en pleurant.

 

Le silence se répand et Mohammed perd du sang de son épaule gauche, il porte un turban et de temps à autre, il faisait une prière ("Il n'a y a de dieu hormis Allah... que Dieu détruise les associateurs") quatre fois.

Le téléphone sonne une fois encore, c'est une musique "jihadiste". ("nous rentrons ouvertement en guerre contre eux et reprendrons le droit qui a été volé").

 

L'appelant : Allô, Mohammed écoute ce que je dis, ce que tu fais menace ta vie et la vie de ta famille...ta mère, ton frère Abd El Kader et ceux que tu aimes. Écoute-moi et crois-moi, je ferai l'impossible pour régler ce problème et tu seras propre, comme avant. Tout va s'arranger, rends-toi ou sinon reste dans la maison et je rentre pour qu'on sorte ensemble pour que personne ne te fasse de mal. Tu es quelqu'un de sensé Mohammed, quel est l'intérêt de mourir de cette manière en laissant ta famille qui a souffert pour toi.

 

Mohammed : Tu veux me liquider et m'assassiner seul dans la maison... Ensuite, vous faites votre film.... Ceci ne sera pas....pour ma mère et ceux que j'aime, Dieu les protégera, Il est leur allié. Tu n'est qu'un ignoble qui a vendu sa foi et sa vie d'ici-bas pour les chrétiens haineux... et aujourd'hui vous voulez me tuer alors que je suis innocent, je n'ai rien fait ! Pourquoi vous voulez me tuer, je suis innocent...je suis innocent !

 

Mohammed : Pourquoi vous tirez avec des pistolet silencieux ? vous voulez me tuer, vous ne voulez pas que je vive, pourquoi faites-vous ça ? c'est contraire à ce que vous prétendez comme "droit de l'homme" et la clémence !

 

L'appelant : Mohammed, en agissant comme ça, tu laisses les choses empirer et d'autres vont intervenir... Tu seras peut être blessé, ainsi que ta famille...É coute mon conseil, rends-toi ou laisse moi venir te chercher, je prend ton arme... rien ne peut t'aider aujourd'hui...

 

Mohammed : C'est mal ce que tu fais "Zouhir", tu m'as envoyé en Irak, le Pakistan et la Syrie pour aider les musulmans et ensuite tu apparais comme un criminel et capitaine dans les renseignements, je ne te pensais pas comme ça, jamais !

 

 L'appelant : Mohammed, ce qui est fait est fait, le plus important maintenant est que tu sauves ta vie, je te sortirais de cette affaire....rends-toi ou permets-moi de rentrer chez toi et de prendre ton arme.

 

 Mohammed : Je ne sortirais d'ici que mort, vers le paradis de mon Seigneur...Dieu est grand ! (tirs)...

 

L'appel s'interrompt et un échange de tirs s'ensuivit, avec le bruit des balles et des armes silencieuses.

 

 Mohammed parle et se filme :

 

"Ne crois pas que ceux qui sont tué dans le sentier d'Allah sont mort, mais bel et bien vivant recevant les bienfaits de leur Seigneur. Heureux de ce que Dieu leur a octroyé"

 

"Ne dites pas nous avons perdu un martyr sous la terre, seul et apeuré...Je ne suis pas mort, les anges sont autours de moi..."

2° Deuxième enregistrement

 

L'appelant est Jean Daniel (ou John Daniel) des Renseignements français.

 

L'appelant : Mohammed, rends-toi c'est Jean Daniel avec toi, des RG. Personne ne te fera de mal si tu sors de la maison et que tu déposes les armes.

 

Mohammed : Qui garantit ce que vous dites ?

 

L'appelant : Tu veux qu'on ramène ta mère pour parler avec elle ? Ta fiancée ?

 

Mohammed : Je ne veux voir personne, je ne veux pas l'entendre et je ne veux entendre personne d'autre, vous voulez me mettre la pression en les ramenant.

 

L'appelant : Non, nous sommes des gens civilisés, tu connais la France, nous ne te ferons pas de mal, ni toi ni ta famille, rends-toi, ce qui s'est passé va être arrangé et tu ne seras pas poursuivi par la justice.

 

Mohammed : Qui garantit ça ?

 

L'appelant : J'ai des ordres de mes supérieurs, personne ne te fera de mal et personne ne te poursuivra en justice, toute l'opération est arrangée pour toi afin de te sortir de cette affaire...innocent.

 

Mohammed : Envoyez-moi une équipe de média pour qu'ils filment ce qui se passe en direct.

 

L'appelant : Je vais voir ce que je peux faire.

Mohammed, ne tire pas sur les deux personnes qui vont s'avancer vers la porte dans pas longtemps, ce sont deux journalistes.

Mohammed : Qui prouve qu'ils sont journaliste et pas des hommes à vous ?

 

L'appelant : Tu as notre parole qu'ils sont journalistes et ils vont transmettre tout ce que tu dis en direct.

 

Mohammed : Avant ça, je veux parler avec ma mère et mon frère Abd El Kader.

 

L'appelant : Quand tu sors tu pourras leur parler de vive voix. Nous changerons ton identité et ton adresse, tu vivras loin des projecteurs et des problèmes.

 

Mohammed : Ils ne s'approchent de la porte qu'avec des caméra sur la tête.

 

L'appelant : D'accord.

 

Mohammed : Pourquoi les journalistes portent des vestes, n'ai-je pas exigé qu'ils viennent en tricot ?

 

L'appelant : Il fait froid, il ne peuvent pas enlever leurs vêtements.

 

Mohammed : Vous voulez me tuer, ce sont des policiers qui portent des gilets pare-balles...Dieu est Grand... 

Des coups de feu sont tirés, le bruit d'un tir d'un sniper...

 

Mohammed prend le téléphone et se filme en parlant :

 

"Vous musulmans, ne laissez pas les chrétiens vous tuer, je suis par Dieu innocent, j'ai découvert que mon meilleur ami "Zouhir" travaille pour les renseignements français, lui en qui j'avais le plus confiance...Seigneur vers toi je me tourne, Seigneur, tue-moi dans ton sentier.

 

"Zouhir" m'a envoyé en Irak à Kirkuk et j'ai contacté les combattants, j'ai eu des bonnes relations avec eux. J'ai ensuite été en Syrie, à Alep, ensuite j'ai été à "Diar Bark" dans le Kurdistan, ensuite en Algérie à Boumerdes et Tizi Ouzou... j'ai contacté des combattants et eut de bonnes relations avec eux...Ce traitre m'a utilisé comme outil pour faire du mal aux musulmans combattants...que Dieu le maudisse, je ne lui pardonnerai jamais...

 

Peut être que ces mots que j'enregistre n'arriveront pas à ceux qui cherchent la vérité, peut être qu'ils me tueront et personne n'en entendra parler. Je ne sais pas ce qu'ils me préparent pour qu'il m'accusent d'assassiner les gens, je suis innocent, pourquoi ils veulent me tuer ?"

 

L'image devient noire (le téléphone tombe de sa main) et le Saint Coran retentit du téléphone, il (Merah) écoute le Chapite Al Anfal.

 

3° Dernière conversation à la fin de l'enregistrement :

L'appelant : Parlant en arabe..."Es'salamou alaykoum wa rahmatou'Allah wa barakatouhou" (Que la paix, la clémence et les bénédictions de Dieu soient sur toi) Mohammed, je suis le Sheikh Abou Is'haq "de Toulouse".

Mohammed : "Wa alaykoum essalam wa rahmatou'Allah wa barakatouhou" " (Que la paix, la clémence et les bénédictions de Dieu soient également sur toi)..Dis-leur Sheikh qu'ils me fasse pas de mal, par Dieu je suis innoncent, je n'ai rien fait. Ceux sont des chrétiens haineux qui veulent nous combattre et nous tuer.

 

L'appelant : Rends-toi mon fils, ils ne te ferons pas de mal, le monde entier suit ton affaire, ils ne te trahirons pas.

 

Après cela, des coups de feu sont entendus, on entend la récitation du Coran dans l'enregistrement jusqu'à sa fin.

 

Traduction effectuée par Salim Bouterfas et les arabophones du Clan des Vénitiens.

Publié par Le Clan des Vénitiens à l'adresse lundi, juin 11, 2012

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 14:24

Confirmation de l’authenticité du « Tweet »

Pendant plus d’une demi-heure, personne ni Mme Treirweiler, ni l’Elysée, n’a confirmé ni démenti ce tweet, avant qu’à 12 h 40, l’AFP annonce avoir eu une confirmation directe de cette dernière. Un conseiller de l’Elysée, joint par Le Monde au moment même de cette confirmation a réagi : « Je suis complètement scotché » « Je m’attendais à des crises gouvernementales, pas conjugales. C’est hallucinant. »

Le Monde

La compagne de François Hollande – qui a lui écrit un mot de soutien sur la profession de foi de Ségolène Royal (lire post de 10h20) – a publié ce message sur Twitter:

Valerie Trierweiler

@valtrier

Courage à Olivier Falorni qui n’a pas démérité, qui se bat aux côtés des rochelais depuis tant d’ années dans un engagement désintéressé.


20 Minutes

 

Hollande apporte son soutien à Royal

François Hollande a également apporté son soutien à Ségolène Royal sur la profession de foi de second tour de la candidate à la députation.

Dans un encadré assorti de la photographie qui figurait sur ses propres affiches de campagne, le président de la République indique :

« Dans cette circonscription de Charente-Maritime, Ségolène Royal est l’unique candidate de la majorité présidentielle qui peut se prévaloir de mon soutien et de mon appui ».

Le nouvel Observateur

Partager cet article
Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 07:59

 

La liste noire comporte huit noms, dont trois anciens ministres : les UMP Nathalie Kosciusko-Morizet et Xavier Bertrand, le PS Jack Lang. La présidente du Front national ne donne pas de consigne pour le second tour, où ses candidats sont présents dans 61 circonscriptions dont 31 triangulaires à ce jour.

Mais conformément à ce qu'elle avait annoncé avant le premier tour, Marine Le Pen a dressé ce lundi la liste des personnalités qu'elle appelle à faire battre dimanche prochain. Et a visiblement pris un malin plaisir à donner ses bons et mauvais points.

«Je trouve que ces attaques personnelles et ces listes noires, c'est de bien mauvais souvenirs. Et, bien entendu, je condamne ce genre de façon de faire de la politique», a réagi sur iTélé Bernard Accoyer, président UMP de l'Assemblée nationale, en référence à peine voilée aux purges commises durant la Seconde Guerre mondiale.

Au nom de «la moralisation de la vie politique», la patronne du parti d'extrême droite cible Xavier Bertrand, la présidente du FN a donné les noms des quatre responsables qu'elle souhaite voir battus, notamment au nom de la «moralisation de la vie politique» : François Pupponi, candidat PS à Sarcelles (Val-d'Oise), Manuel Aeschlimann député UMP sortant d'Asnières (Hauts-de-Seine), Georges Tron candidat UMP à Draveil (Essonne), Jack Lang candidat PS dans les Vosges, Xavier Bertrand, candidat UMP dans l'Aisne, Ségolène Neuville, candidate PS dans les Pyrénées-Orientales, et le candidat EELV investi par le PS Slimane Tir à Roubaix (Nord).

 


Nike Ka Mere dans le viseur

Nathalie Kosciusko-Morizet, ex-ministre de l'Ecologie, candidate UMP dans l'Essonne, a droit à un traitement particulier. «Concernant le cas spécifique» de NKM, coupable aux yeux du FN d'être l'auteur d'un pamphlet en 2011 intitulé «Le Front antinational» et d'avoir appelé aux cantonales de mars 2011 à voter PS contre le FN, Le Pen a pour la première fois appelé ses électeurs à «voter pour le Parti socialiste» afin de la faire battre. «Nous demandons à nos électeurs d'appliquer à Mme Kosciusko-Morizet la réciprocité», a-t-elle lancé, pourfendant les candidats qui ont eu «à l'égard de nos électeurs un comportement particulièrement méprisant, haineux, insultant et antidémocratique».

Quant aux 61 candidats présents au second tour, Marine Le Pen précise qu'ils se maintiendront partout à «une ou deux exceptions près», connues avant mardi soir.

.

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 06:53

CHOMAGE : JEREMIADES SUR JEREMIADES

 

Le prophète Jérémie pleurait sur le malheur des temps mais ne le créait pas lui-même. Les lamentos publics sur le chômage ne cessent pas et ne sont pas près de cesser à mesure que les mauvaises nouvelles déferlent. Ces lamentations sont d'autant plus fortes qu'elles proviennent de ceux-là mêmes qui créent le drame, tout en veillant avec soin à y échapper personnellement.

Les chiffres sont mauvais dans toute la zone euro. fin avril, 17,4 millions de personnes se trouvaient sans emploi soit 11 % de la population active et 110 000 personnes de plus qu'en mars. La France, comme souvent, est en pointe si l'on peut dire. Avril est le douzième mois de hausse consécutive aboutissant à un total de 2,75 millions de chômeurs ; toutes les catégories de la population sont touchées mais surtout les jeunes et les séniors.

Le phénomène n'est pas nouveau. Depuis longtemps et quelle que soit la couleur apparente ou réelle du gouvernement le problème s'aggrave. Or, ce n'est pas du tout une fatalité comme nous allons le voir.

En novembre 2011, il y eut trente mille demandeurs d'emploi supplémentaires les jeunes étaient particulièrement touchés. Le taux de chômage « officiel » était de 10 %. En fait ce pourcentage est faux, car les 10 % se rapportent à la population active laquelle comprend les fonctionnaires ou assimilés qui ne risquent pas le chômage ; rapporté aux salariés du privé, le pourcentage réel deviendrait de 20%. L'Allemagne de son côté affichait alors un taux officiel de 6,4 % et connaissait une pénurie de main d'œuvre.

Antérieurement, en avril 2009, le Président Sarkozy présentait un plan d'urgence destiné prétendument à atténuer le taux de chômage. Il visait à faciliter le recrutement de jeunes dans les entreprises par le biais de l'apprentissage et de contrats aidés. Il était promis 320 000 contrats d'apprentissage en un an, grâce à une exonération de charges et à une prime spéciale ; de l'argent fut déversé dans une campagne d'information sur l'apprentissage ; personne ne peut savoir si des contrats d'apprentissage supplémentaires ont été conclus. Des sortes de nouveaux fonctionnaires, sous le nom de « référents », devaient faire la promotion de l'alternance.

En remontant le temps, le 4 juillet 1977, Raymond Barre avait lancé le premier « pacte national pour l'emploi des jeunes », Ses successeurs à Matignon ont inventé une kyrielle de dispositifs : contrats de qualification, stages d'insertion dans la vie professionnelle, travaux d'utilité collective, contrats emploi-solidarité, emplois-jeunes, contrats jeunes en entreprise, contrats d'insertion dans la vie sociale, contrat de professionnalisation. Dominique de Villepin plus tard mit en œuvre un « plan d'urgence pour l'emploi des jeunes ».

 

POURQUOI LE CHOMAGE ?

Arrêtons ce désolant historique et voyons les causes. Cela conduira aux remèdes lesquels existent malgré la propagande officielle contraire.

Les explications le plus souvent citées sont nombreuses : désindustrialisation, atonie de l'investissement, chute des exportations, coût du travail excessif, nombre excédentaire des fonctionnaires, les 35 heures, immigration sauvage, Smic en accroissement constant, code du travail et son incroyable complexité, grèves permanentes chassant les investisseurs hors de France, nuée d'organismes publics souvent immortels et prétendant s'occuper de la calamité .

En fait cette énumération mélange les causes et les effets. Il y a trois causes majeures : la fiscalité en folie, le code du travail et l'immigration sauvage.

Dans le cadre restreint de ce flash, il n'est pas possible de tout traiter et nous allons parler uniquement de la fiscalité. Nous allons voir ainsi que François Hollande en héritant d'une catastrophe nationale s'est empressé de l'aggraver.

 

LA CREATION D'EMPLOIS

Seules les entreprises peuvent créer des emplois. Nous excluons les entreprises du Cac 40 ; celles-ci ont tout compris et gagnent leur argent à l'étranger. En plus, structurellement, les très grandes entreprises ne sont guère créatrices d'emplois.

L'immense tissu des autres entreprises est prêt à créer des emplois en grand nombre si on ne les en empêche pas par les lois fiscales et sociales. Cela peut concerner aussi bien des firmes de milliers de personnes que des PME ou des TPE.

Comment se prend la décision d'embaucher ou pas ? Le processus est le même qu'il y ait un décideur, le patron, ou un groupe de décideurs. Il faut légitimement que l'embauche maximise les profits. Chaque décision d'embauche répond à un challenge : produit nouveau, marché à l'extérieur, concurrent agressif, acquisition d'une licence, opportunité à saisir... .

Le risque est toujours important. Il est très grand pour l'entreprise personnelle ou familiale, car souvent le patrimoine du patron est dans la balance.

En clair et pour résumer, il faut que les risques et le coût de l'embauche soient largement inférieurs aux profits espérés, ceci si possible d'une façon pérenne. C'est là que la fiscalité intervient dans le cadre de la centaine d'impôts que paient les entreprises. Elle intervient aussi avec bien d'autres impôts : un impôt sur les super riches les chassent hors de France et crée du chômage en conséquence.

Si le décideur sait que le fisc le privera de la totalité ou de l'essentiel de ses efforts, il restera l'arme au pied en rongeant son frein. C'est ce qui s'est passé tant de fois avec les Chirac, Sarko et compagnie ; le résultat est connu avec la croissance désolante du chômage engendrant à son tour d'autres calamités.

 

L'INCERTITUDE DU CHATIMENT

Avec François Hollande un facteur nouveau apparaît, à savoir une incertitude maximum sur la punition réservée aux entrepreneurs. Cette longue incertitude dure depuis les primaires socialistes mais elle s'est durcie pendant la campagne officielle. Depuis l'élection elle s'envole dans le nuées. Tous les jours les médias parlent de la menace fiscale détaillant le menu des réjouissances avec toutes les variantes possibles. Dans ce menu les entreprises sont particulièrement visées !

Tout récemment Martine Aubry vient de lâcher une véritable bombe en disant que les impôts déjà prévus ne suffiront pas et elle a fait allusion à d'énormes marges de manœuvre fiscales (sic). C'est si grave qu'il est permis de s'interroger : la « Kamarade » ne fait-elle pas payer au président son ingratitude en lui savonnant par avance la planche ? Tout ce micmac se déroule sous l'œil goguenard de la CEE, elle-même source connue du chômage dans le continent.

Dans ce tintamarre aucune mesure d'économie réelle et immédiate n'est prévue alors que cela permettrait aux entreprises d'éviter le déluge fiscal. Le résultat immédiat est le freinage ou l'arrêt des embauches, avec le chômage en folie.

Il n'est pas possible que les polittiques au pouvoir ignorent le lien cruel entre la courbe du chômage et la chasse fiscale ouverte contre les entrepreneurs. Certes, manipulant l'opinion par médias interposés, ils répandent le gros mensonge d'une prétendue fatalité et finissent peut-être par y croire. A l'abri de ce mensonge, se trouve un problème de culture : la chasse aux entrepreneurs fait partie de la chasse aux riches, tous étant suspects par nature.

D'étranges souvenirs resurgissent en cette occurrence. Lors de la révolution dite française, Robespierre dut sa chute à l'incertitude qu'il laissa planer sur ses futures victimes qui se révoltèrent à temps ! D'âge en âge, l'idéologie révolutionnaire se transmet.

Ce flash attire principalement l'attention sur l'aspect fiscal évident du chômage avec l'adjonction dramatique de l'incertitude. Simultanément il montre que la voie pour l'atténuer, voire l'éradiquer, est largement ouverte surtout si on s'attaque aussi aux autre causes citées ci-dessus.

Un peu d'optimisme peut cependant apparaître. L'évidence est telle que les victimes peuvent se réveiller malgré la propagande.

Encore faut-il que leurs cris ne tombent pas dans l'oreille de sourds !

 

MICHEL de PONCINS

Partager cet article
Repost0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 15:57

Au lendemain du premier tour des élections législatives, le Front National y voit plus clair sur ses chances d’entrer au Parlement. Et les possibles élus ne sont pas forcément ceux auxquels on pensait.

 

Marine Le Pen

 

« Sûrement la meilleure chance du Front national », dixit Louis Aliot, le numéro 2 du parti. Avec un score au-delà de ses espérances dans la 11ème circonscription du Nord, la présidente frontiste s’impose comme une candidate de plus en plus crédible à l’éligibilité. Dimanche, à Hénin-Beaumont, Steeve Briois, son suppléant, débordait d’enthousiasme: « On nous donnait à 32%, et on fait 42%. Alors, étant donné qu’on nous donne à 47% au second tour, nous devrions nous approcher des 60% ! N’en déplaise à l’ « Iflop » ou autre… » Le candidat socialiste Philippe Kemel, lui, joue la prudence, et il semblerait bien qu’il n’ait pas tort. Car les électeurs de Jean-Luc Mélenchon pourraient être réticents à reporter leurs voix sur le PS, après une campagne sous haute tension entre les deux candidats.

 

Gilbert Collard

 

L’avocat médiatique arrive en tête dans la 2ème circonscription du Gard (34,57%) devant la candidate PS Katy Guyot (32,9%) et l’UMP Etienne Mourrut (23,9%). Ce dernier pourrait se retirer: « On hésite, on réfléchit. Ce sera une décision collective prise avec les militants et sympathisants, à la base. » Si tel était le cas, Gilbert Collard aurait devant lui un boulevard jusqu’à l’Assemblée.

Valérie Laupies

Même cas de figure dans les Bouches-du-Rhône, où cette inconnue du grand public pourrait bien créer la surprise. En arrivant en seconde position derrière le socialiste Michel Vauzelle (29% contre 38,4%), elle devance l’UMP Roland Chassain, qui déclarait il y a quelques jours qu’il allait « étudier la possibilité de (se) retirer ».

 

Florian Philippot

 

Dans la 6ème circonscription de Moselle, le jeune directeur de campagne de Marine Le Pen affrontera en duel son adversaire socialiste, Laurent Kalinowski. Le candidat UMP est, lui, éliminé. Toutefois, pas sûr que la droite puisse rassembler assez de voix pour lui permettre d’entrer au Parlement. Tout dépendra des reports de voix, qui laissent plâner le doute sur l’issue de ce second tour.

 

Marion Maréchal-Le Pen

 

La nièce de Marine Le Pen arrive assez largement en tête dans la 3ème circonscription du Vaucluse, avec 34,6% des voix. Elle se retrouve ainsi en duel avec le seul candidat UMP, le PS ayant décidé de se retirer au nom du « front républicain ». Dans cette configuration, la tâche s’annonce difficile pour celle qui, en cas de surprise, pourrait devenir la plus jeune députée de la Ve République, à seulement 22 ans.

L’Express

Partager cet article
Repost0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 14:59

Dans son dernier livre, le psychologue américain Philip Zimbardo s’appuie sur une étude menée sur 20.000 hommes pour arriver à cette conclusion.

Dans son dernier livre, le psychologue américain Philip Zimbardo critique sévèrement les jeux vidéo. Écrit en collaboration avec la psychologue et artiste Nikita Duncan, le livre s’intitule « La disparition des hommes : pourquoi les garçons ont des difficultés et comment nous pouvons les aider » (The Demise of Guys : Why Boys Are Struggling and What We Can Do About It). Il s’appuie sur une étude menée par le psychologue en 2011 sur 20.000 hommes.

 

Selon Philip Zimbardo, les jeux vidéo et la pornographie incitent les jeunes garçons à rechercher une satisfaction instantanée. Et cette recherche de gratification, les empêcherait, selon lui, d’avancer  et de se développer. Ces satisfactions s’apparentent à une addiction qui empêcherait les jeunes hommes d’avancer dans leur maturité. Les garçons pourraient ainsi avoir tendance, plus tard, à éviter toute situation de la vie un peu risquée : dans leur relation de couple, leurs études ou leur vie professionnelle.

Lire la suite

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement
 

 

 

 

Texte Libre