Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 08:49
JO : la toute puissance des lobbies

Un article au vitriol sur le vertigineux diktat imposé à tous, même vous et moi, par le CIO et ses sponsors. Vous l'ignoriez aussi?via le salonbeige.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 08:33

Lu sur les 4verites.com cet article de Christian Lambert:

La France est sans doute le pays qui, au monde, possède le plus beau patrimoine. Il a été construit au cours des siècles par la monarchie et l’Église catholique. Le palais de Versailles, la cathédrale de Reims, en témoignent, et bien d’autres monuments historiques, ainsi que les quelque 40000 châteaux qui, malgré les destructions criminelles de la Révolution de 1789, sont encore dans nos provinces.

Le malheur, aujourd’hui, veut que la gouvernance de la France conduise à la disparition de ce patrimoine par abandon et aliénation. Le « Figaro » dans sa livraison du 7 juillet, l’explique fort bien: ce sont les étrangers qui désormais peuvent acheter des parts du patrimoine national: des Arabes, des Russes, des rois noirs, des Chinois, car les Français n’ont plus les moyens d’acheter ni d’entretenir leurs biens.

On cite le cas de l’hôtel de Lambert du XVIIe siècle, sur l’île Saint-Louis, acheté par un Arabe, frère de l’émir du Qatar, qui voulait percer les plafonds peints voici trois siècles pour installer des ascenseurs. Des associations de sauvegarde du patrimoine ont réussi à l’interdire, mais pas les saignées dans les parquets d’époque… On cite aussi le château de Bridaire, en Dordogne, acheté par « l’empereur » Bokassa (fervent gaulliste, régnant sur le peuple le plus pauvre du monde, dont le sacre, aussi ridicule que scandaleux, fut payé par le contribuable français), puis laissé à l’abandon, lorsque l’empereur de cette comédie grotesque fut déchu.

En réalité, cette destruction du patrimoine s’explique parfaitement. Le gouvernement, depuis des décennies, écrase, par l’impôt (et notamment l’ISF, marteau-piqueur qui détruit le patrimoine et l’esprit d’entreprise), les propriétaires de ces biens d’exception, qui, parfois, ont consacré leur existence et leur fortune à les entretenir. Et cela au profit des acheteurs non français qui, eux – c’est un comble –, sont souvent dispensés de l’impôt. « Au-delà de 4 millions d’euros, plus de la moitié des acheteurs sont étrangers.

Au-delà de 10 millions, ils le sont à 85 % (pour ne pas dire en totalité) », vient de déclarer le président du groupe immobilier Daniel Féau. Certains propriétaires de ces demeures historiques sollicitent alors le conseil général, pour qu’il accepte de recevoir en don ces propriétés qu’ils ne peuvent plus entretenir. Mais, souvent, le département refuse et préfère, dit un châtelain vendeur,
subventionner « les couillons qui jouent aux boules ». Il va sans dire que ce qui est vrai pour les demeures historiques l’est également pour les appartements, à Paris notamment, habités naguère par la classe bourgeoise moyenne : médecins, notaires, avocats, hauts fonctionnaires, aujourd’hui offerts à la vente de 3 à 5 millions d’euros. Ils sont aussi, peu à peu, acquis par les étrangers. Dans le 16e arrondissement, une avenue est de plus en plus peuplée de Libanais !

On a, en revanche, les barres hideuses des logements sociaux des banlieues habitées par des locataires aux 80 nationalités différentes, tous assistés et payés par le contribuable dans un esprit de « solidarité citoyenne ». Or, aussitôt construites, ces cages à lapins, sont vandalisées. L’immeuble est tagué dans tous les sens et, généralement, d’une saleté repoussante, où les cages d’escalier servent de toilettes communes.

On cite le cas d’un ménage de Français âgés qui n’ayant pas les moyens de s’enfuir, et de peur d’être insultés et molestés par la « diversité » et les dealers de cocaïne, issus eux aussi de la « diversité », était ravitaillé par un panier titré par une corde depuis le 10e étage, comme en Chine, au Moyen Âge. Vous exagérez, me dira-t-on. Eh bien, lisez le rapport que vient de publier, le 17 juillet, la Cour des comptes,
qui explique que la « politique de la ville » est un échec total. Des douzaines de milliards d’euros ont été englouties dans ce scandale de l’affairisme, de l’humanitaire « diversifié », et de la stupidité.

S’ajoute aussi au patrimoine national, pour le dénaturer et le défigurer, la construction de mosquées, comme celle de Cergy, à côté de Paris, avec son minaret de 20 mètres et sa coupole verte, couleur de l’islam, dotée de salles de cours pour enseigner la parole du Prophète et le djihad. On retiendra que la mairie de Cergy a apporté sa garantie à l’emprunt contracté par les musulmans pour financer la mosquée. Mais on a vu mieux: 
à Saint-Étienne, le Maroc a payé directement la nouvelle mosquée en apportant 8 millions d’euros et, dans le lot, a fourni l’imam rétribué directement par Rabat. Au total, ce sont 200 constructions islamiques qui sont en cours, alors que bien des églises sont mal entretenues faute de moyens. En ruinant la France par l’impôt, la gouvernance française tue la France, son patrimoine, et bien sûr aussi son industrie. C’est qu’ils sont nombreux les élus marxistes, animés par la lutte des classes et une utopie haineuse, dans un pays de 65 millions d’habitants, dont 50 millions de Français environ. Dans 50 ans,

ce qui est très peu, à l’échelle de l’histoire, les Français en France seront moins nombreux encore. Ce qui fait dire à certains qu’à long terme, ce qu’on appelle la France ne sera plus qu’un espace afro-maghrébin islamisé, livré à la guerre des ethnies et des clans, comme aujourd’hui dans presque tous les pays d’islam.

Un mot pour terminer. N’étant pas prince africain pétrolier, roulant Rolls ou Bentley à deux millions d’euros pièce, je circule à Paris par le métro. Or, hier, le chef de train (ligne 9), à deux reprises, a averti les usagers que des « pickpockets » venaient de monter dans une voiture de la rame : 
« Faites attention à vos effets personnels… » C’étaient de toutes jeunes Tsiganes (on doit dire Roumaines), immigrées voleuses professionnelles. De toute façon, pas de problème, elles sont assurées de l’impunité et elles pourront ainsi continuer indéfiniment à détrousser Français et touristes !

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 08:52

lu sur voxn.fr

Une officine antisémite montée de toutes pièces par un voyou de la LDJ,ils sont capables de tout pour entretenir le "mythe".

lire,http://www.delire-des-livres.com/article-la-rafle-du-vel-d-hiv-surtout-entretenir-la-memoire-pour-ne-pas-oublier-pour-les-jeunes-pour-les-108230461.html

La presse et internet faisaient grand cas mercredi 25 juillet de l’interpellation d’un jeune homme responsable, à lui seul, de plus de 1.000 appels téléphoniques tantôt menaçants, tantôt injurieux, passés à l’école juive de Toulouse Ozar Hatorah, autrement dit l’établissement où Mohammed Merah avait perpétré l’un de ses attentats sanglants en mars dernier.


L’article consacré à cette affaire par le quotidien local La Dépêche du Midi a ainsi rapidement fait le tour du net, des sites de propagande israélienne, tels celui du CRIF, se jetant dessus telles des mouches attirées par le miel.

Le journaliste de la Dépêche du Midi nous apprend d’abord que les auteurs identifiés de ces appels et messages antisémites, dont certains « incroyablement violents » à en croire la police, sont notamment « deux personnes fragiles psychologiquement et qui depuis des établissements de soins spécialisés de Pau et la région parisienne » ont envoyé leurs délires antisémites.

L’enquête policière a été longue et minutieuse, poursuit La Dépêche du Midi, et elle a abouti pour le moment à la mise en examen et placement sous contrôle judiciaire d’un jeune homme de 20 ans.

L’article précise ensuite que cette bande de provocateurs, dont plusieurs mineurs, s’est formée sur le net sous l’enseigne du site « violvocal.com ».

Mais le journaliste n’a pas été d’une curiosité excessive, et ses sources policières se sont apparemment bien gardées de lui dire qui était derrière ce site violvocal.com

Et pour cause : car le site violvocal, qui incite depuis des mois à la violence et à la haine raciale, a été créé par un délinquant notoire de la Ligue de Défense Juive (LDJ), Grégory Chelli. La fermeture, apparemment précipitée, du site violvocal.com au cours de la journée de mercredi, n’y change rien : les données le concernant ont bien été enregistrées.

Grégory Chelli était notamment le chef du commando de la LDJ qui avait saccagé la Librairie Résistances en juillet 2009 à Paris. Défendu par le sioniste de choc Goldnadel, il s’en était tiré avec une peine de prison assortie du sursis et d’une « mise à l’épreuve » qui n’a nullement dissuadé ce voyou âgé d’une trentaine d’années de poursuivre ses agissements, proférant menaces et injures sous le nom de « Ulcan ».

Mais la police, tout comme son nouveau chef Manuel Valls, n’ont pas donné ces éléments d’information aux journalistes. Et force est donc de constater qu’ils continuent de couvrir ce dangereux individu, comme le reste de la bande.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 08:37

Kamel Ben Arfa, le père d’Hatem, et Michel Ouazine, le conseiller du joueur, en sont venus aux mains lors d’un échange violent devant la FFF.

Le père du Magpie a poussé le conseiller en lui criant : « Tu as volé mon fils, tu as volé mon fils ! Pendant trois ans, tu me l’as volé, ça fait des années que tu me le voles ! » Le conseiller du joueur n’a pas répondu aux propos du père d’Hatem Ben Arfa.

 

 

RMC

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 18:06

imagesCA173ZKU.jpgPar Arnaud Raffard de Brienne

 

Nous voici sauvés : le mensuel l’Expansion semblerait avoir découvert un ensemble de recettes destinées à sauver les Sécurité Sociale de son déficit endémique en lui proposant de réaliser plusieurs milliards d’économies, assez simplement semble-t-il. On se demande même, un peu honteux, à la lecture d’un long article au titre prometteur « Sécu, des milliards d’économies possibles » paru dans la livraison de juillet-août, comment personne n’y avait songé auparavant.

 

Mieux gérer les médicaments des pensionnaires d’une maison de retraite, donner la priorité aux génériques en occultant, bien entendu, le rapport critique publié par l’Académie de médecine sur lesdites molécules à petits prix, ne pas systématiquement prescrire de nouvelles molécules lorsque de plus anciennes conviendraient amplement. Tout semble passé en revue par l’opiniâtre journaliste jusqu’à l’inutilité de certaines hospitalisations abusives, les transports de malades et les frais de la gestion de la Sécurité Sociale, suspecte de manque d’enthousiasme dans la dématérialisation de ses documents.

 

Tout y passe même une supposée économie de 65 millions d’euros qu’il serait, nous affirme-t-on, possible d’économiser sur les pathologies du canal carpien… Ce doit être un clin d’œil aux pêcheurs, nous ne savons.

 

Un léger oubli cependant, trois fois rien, une broutille, une paille pour tout dire : l’article de six pages ne mentionne pas une seule fois le mot immigration, encore moins le regroupement familial et pas davantage, évidemment, le tourisme sanitaire. Rien non plus sur la fraude aux prestations sociales dont la seule évocation fait trembler les autorités au plus haut niveau du ministère de la Santé et de l’Etat. Un rapport de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) révélait cependant il y a quelques années l’existence d’une dizaine de millions de Cartes Vitale surnuméraires en circulation. Oui, vous avez bien lu : 10 millions de Cartes Vitale plus ou moins frauduleuses et en tout cas injustifiées, génératrices de droits et surtout de remboursements de soins, hospitalisations et opérations pour quelques milliards d’euros.

 

A ce sujet, un article du Monde.fr paru le 20 juillet dernier, observait benoîtement que « Supprimer les cartes frauduleuses permettrait d’économiser les consommations de soins illégales qu’elles engendrent. De la même manière, l’utilisation des Cartes Vitale légales doit être contrôlée afin que ne l’utilisent que les ayant-droits et non des personnes (amis, famille lointaine (sic) venant uniquement en France pour se faire soigner ». Si c’est Le Monde qui le dit… On observera néanmoins la sagesse du ton et la pondération du propos. Le Monde sait être beaucoup plus virulent quand le sujet s’avère plus politiquement correct. Ne surtout pas réveiller le contribuable-cotisant qui n’en finit plus de sommeiller.

 

L’article de l’Expansion ne nous soufflera pas mot non plus de l’AME, ce dispositif unique au monde destiné à assurer une entière gratuité de soins aux immigrés illégaux qui constituent donc, de fait, la seule catégorie de patients en France dispensés du moindre centime de cotisation pour leur protection de base comme pour la mutuelle santé complémentaire. Pour les autres, cotisations en hausse et prestations à la baisse demeurent garanties à perpète.

 

Un fois encore, la grande presse se trouve prise en flagrant délit de désinformation. Existe-t-il encore en France un seul naïf pour donner crédit à un article consacré à la réduction du déficit de la Sécurité sociale n’évoquant, pas même succinctement, le coût sanitaire de l’immigration légale ou non ? Il ne faudra jamais se lasser de répéter que les titres de la presse à gros tirage sont tous, sans exception, concentrés entre les mains de financiers puissants dont la vision du monde et les intérêts n’ont rien de commun avec les nôtres.

 

L’Expansion ne fait pas exception puisque ce titre appartient au puissant groupe Express-Roularta, filiale de Roularta Media Group racheté en 2006 par Marcel Dassault. Le groupe publie des dizaines de titres dont l’Express, l’Entreprise, l’Etudiant, Lireet quantité de revues spécialisée dans l’habitat et la décoration.

 

Avionneur, grands industriels et banquiers détiennent l’ensemble des grands titres de la presse écrite au travers desquels ils véhiculent plus ou moins subrepticement leurs orientations européistes et mondialistes irrémédiablement contraires aux intérêts des peuples.

 

Raison de plus pour favoriser les journaux d’opinion réellement indépendants, riches de l’essentiel, riches de leur seule liberté d’expression.

 

Réédition du dernier livre d'A. Raffard de Brienne cliquez là



Partager cet article
Repost0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 11:38

« Vous croyiez tout savoir, sinon tout au moins presque tout sur Jaurès, icône républicaine, laîque et obligatoire ?   Oubliez tout !. »  et lisez ce JAURES !

Ecoutez l’émission de La Réplique de Bernard ANTONY, sur Radio Courtoisie,

 le 8 août de 18 h à 21 h,  avec Jeanne Smits et Alain Sanders

 

9782357910430_1.jpg  DE  Antony.jpg   SUR  pub-radio-courtoisie-antenne-2f7c87.png   AVEC smits.jpg  ET Sanders.jpg .

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 09:24

 

Danger d’une loi boomerang

Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

 

Un projet de loi de plus vient d’être voté. Il propose l’inscription dans le code pénal d’une nouvelle définition du harcèlement sexuel. Le vote a été acquis à l’unanimité et à main levée. On imagine l’inconscient(e) député(e) qui se serait abstenu(e) et on n’imagine même pas un vote contre. À moins d’avoir affaire à un kamikaze et ils sont rares parmi les élus de la République.

On ne sait d’ailleurs même pas si l’un(e) de nos élu(e)s a émis(e) la moindre réserve sur ce projet de loi… En revanche, le plus large écho a été donné à toutes celles et à tous ceux qui regrettent que les peines encourues ne soient pas plus lourdes encore et les cas de définition du harcèlement sexuel plus nombreux, plus détaillés, plus-ci ou plus ça suivant affinités…

Et j’arrête immédiatement là mes propres réserves sur ce « nouveau texte, qui vient combler le vide laissé par l'abrogation du précédent par le Conseil constitutionnel », afin qu’on ne suppose pas un instant que je puisse accorder quelques circonstances atténuantes au harcèlement sexuel ou moral sous quelque forme que ce soit. Qui le pourrait d’ailleurs ? À l’exception des saligauds (sexuels) ou pervers (dominateurs) concernés…

Et qui pourrait également affirmer ou supposer que le harcèlement – sexuel ou moral – n’existe pas… ou seulement très exceptionnellement ? Qui n’a pas entendu femme ou homme, mais plus généralement les femmes, raconter qu’untel, voisin ou employeur, voir simple collègue de travail, était « lourd », voir même « très lourd » et qu’elle  avait eu plus ou moins de mal à le « remettre à sa place », à ce « qu’il se tienne tranquille »… voire à lui signifier de la façon la plus explicite qu’il arrête sur le champs ses allusions salaces ou gestes déplacés à son encontre ?

Et qui pourrait ne pas avoir le plus grand mépris pour le minable qui utilise sa position dominante pour contraindre de fait, de quelque manière que ce soit, un autre être humain à satisfaire ses volontés ?

Aucun gentilhomme, certes… ni aucune gente dame, insistons pour éviter toute ambiguïté.

Ceci posé, et ce fameux projet de loi voté, s’est-on posé la question de savoir comment celui-ci pourra être appliqué et s’il est tout simplement… applicable ? Dans l’absolu, et suivant les quelques lignes qui précèdent, sans doute… Mais dans la réalité ?

Car les bonnes intentions, non seulement ne suffisent pas toujours, mais peuvent également engendrer des conséquences ubuesques, sinon dramatiques… Soit le contraire du but recherché.

Dans bien des cas, le chantage exercé sera difficile à prouver… Sauf à avoir affaire à un imbécile, tellement imbu de sa supériorité, pour, au vu de tous, flatter la croupe ou le corsage d’une dame d’une main baladeuse, lui tenir des propos salaces ou s’enfermer avec elle dans une pièce en ne prenant même pas soin d’accrocher une pancarte « Do not disturb » à la porte… Ce sera alors « parole contre parole »… Et si le gougnafier a déjà tenté d’en contraindre d’autres et que celles-ci s’entendent pour témoigner qu’il est coutumier du fait, ne pourra-t-il pas prétexter d’une cabale à son encontre ? Et les accuser à son tour de harcèlement, non pas sexuel, mais d’une quelconque promotion refusée ?

Aux juges de décider… à pile ou face ?

Les récentes affaires politico-sexuelles de l’année 2011 ayant notamment mis en cause Dominique Strauss-Kahn et Georges Tron en témoignent. Les avis sont partagés. Et pas seulement ceux des justices françaises ou américaines.

Car le harcèlement peut très bien s’appliquer dans un sens comme dans un autre… Tel employé indélicat désirant une augmentation, un nouveau poste ou un aménagement quelconque de son temps de travail, pourra utiliser cette loi pour exercer un vil chantage… Sans compter les simples cas de jalousie si le cœur du supérieur hiérarchique bat pour un(e) autre créature…

Et imaginons un(e) harceleur(leuse)  homosexuel(le), n’aurait-il(elle) pas tout loisir d’arguer de sa sexualité différente pour s’offusquer de toute accusation, faire pleurer les éternels autant que sourcilleux contempteurs de toute homophobie, supposée ou réelle, et opposer ainsi une fin de non recevoir à toute accusation à son encontre ? Certes, imaginer qu’un(e) homosexuel(le) puisse être un(e) salopard(salope) comme le(la)  premier(e) hétéro venu(e) n’est certes pas concevable par tous dans notre actuelle société politiquement correcte… Hypothèse non recevable, pour beaucoup  !

Il est donc à craindre que ce projet de loi, pavé de bonnes intentions, soit dans les faits parfaitement inutiles, et n’ait pour funestes conséquences que d’engorger davantage encore les tribunaux.

Il était tout de même plus simple, plus radical et plus efficace pour une dame importunée de ramener l’importun à un juste respect de son anatomie et à une plus grande considération de son honneur, au moyen d’une salutaire paire de beignes.

La dame avait alors rarement à démontrer deux fois de suite l’efficacité du procédé, la tranquillité de sa vertu était assurée, tout le monde y gagnait du temps…

Ça ne résolvait pas tous les cas, bien évidemment, le monde restait imparfait, hélas ! Mais cela ne s’avérait probablement pas moins efficace que ne le sera le projet de loi voté à l’unanimité de nos élus…

 

 

© Philippe Randa est écrivain, chroniqueur politique et éditeur (www.francephi.com). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soit indiquée leurs origines, c’est-à-dire le site www.francephi.com, « Espace Philippe Randa ».

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 07:37

LA CROISSANCE ASSASSINEE

 

Les politiques dans le monde occidental versent des larmes sur la croissance perdue. Tout en pleurant, ils font  le nécessaire pour la tuer. En France, cette situation ubuesque se traduit par le  Tsunami fiscal en préparation, comme si le nouveau pouvoir voulait se tirer une balle dans le pied.

Les détails remplissent les journaux : la chasse contre les riches, les entreprises et, aussi, les pauvres est ouverte perpétuellement, avec 7 milliards et sans doute bien plus. La destruction de l'économie est aggravée par deux faits. Cela dure depuis de longs mois ; le candidat Hollande, suivant d'ailleurs en cela  les pratiques du  président Sarkozy, n'a pas caché sa volonté super taxative. Il s'est ajouté un autre fait : l'évolution permanente  de la menace ; dans les médias, tous les jours cela bouge  ; l'idée de taxer les entreprises qui auraient l'audace de verser des dividendes a été lancée ! La bougeotte fiscale détruit l'économie depuis longtemps, il vient maintenant s'ajouter la bougeotte dans les idées, le tout annonçant de formidables usines à gaz administratives.

Nous affirmons tranquillement qu'il y a une solution que nous  nommons : le gel fiscal total (GFT).

Le plus tôt possible, le président annoncerait que la fiscalité française est gelée en l'état, quel qu'il soit, pour tout impôt quel qu'il soit, provenant de toute autorité que ce soit. Plus rien ne devrait bouger. Ceci pour  un an et peut-être davantage. 

Le terme de « total » a beaucoup d'importance. Très nombreux sont ceux qui veulent réformer la fiscalité comme s'il existait de  bons et de mauvais impôts et  comme si cette forêt vierge était réformable ; tous les impôts sont mauvais : si  l'on touche au moindre détail, sous la pression d'untel ou d'untel, on rencontre une tâche impossible.

 

 LES EFFETS 

Le premier résultat immédiat et fulgurant serait le démarrage   de la croissance. Cette croissance que l'on prétend à tort chercher puisqu'on l'assassine, apparaîtrait enfin.

 Les entreprises qui stoppaient toute évolution dans l'attente terrifiée du Tsunami pourraient recommencer à investir et à embaucher. Certes, elles devraient supporter encore le poids de la fiscalité antérieure et des charges sociales et s'accommoder des multiples entraves des kilos de papier du code du travail. L'observation permet de penser que les entreprises qui n'ont pas été détruites par les pouvoirs précédents ou chassées hors de France ont montré leurs qualités intrinsèques. Il est plus que probable que le GFT sera un moyen fabuleux de reprendre leur ascension dans la stabilité  du côté  de la fiscalité 

 L'effet s'étendrait inévitablement aux personnes privées,  paralysées aussi par le Tsunami approchant qui les menace cruellement dans leurs futurs investissements et leurs successions. Certes, les plus riches ne reviendront pas. Toutefois le mouvement qui, depuis des mois, fait le délice des paradis fiscaux  serait considérablement freiné et peut-être inversé. Les jeunes talentueux qui, trop souvent, ont tendance à partir n'auraient plus de raison  de le faire.

Sur le plan international, le nouveau pouvoir, hormis de belles photos, a été accueilli avec perplexité. Alors que tant de pays se réforment, il n'a pas caché son intention de gaspiller l'argent qu'il n'a pas : les voisins rient sous cap en attendant qu'il se plante d'une façon ridicule. Si, malgré toutes les difficultés que nous allons évoquer, il proclamait et réalisait le GFT, il atteindrait  d'un coup la stature internationale qui lui manque à présent.

 

LES OPPOSANTS

Ils seront nombreux, tant le sont les personnes droguées à la dépense publique et aux impôts qu'elle implique. Dans cette occurrence, le président, indépendamment de ses qualités  propres qui sont grandes, a une  arme de dissuasion massive: il dispose de la totalité des pouvoirs, ce qui est très rare. Il faudrait aussi expliquer que la croissance vigoureuse attendue serait telle qu'elle pourrait parvenir à payer les folies habituelles, comme le train de vie fastueux des 38 ministres et de leur suite. 

Il est une catégorie d'opposants sur lesquels il faut nous attarder,  ce sont les dirigeants de la CEE.  Cette bureaucratie est devenue non par vocation mais dans les faits, une machinerie gigantesque orientée uniquement vers la satisfaction matérielle de ses membres. Elle a créé au fil du temps un carcan juridique capable de stopper tout ce qui déplaît aux dirigeants.  Les arguments aussi ne manqueront pas pour la faire fléchir car l'échec économique de la CEE est patent et tragique pour les populations.

 

 LES ECONOMIES

Pas question évidemment de proclamer le GFT sans faire des économies.

Saluons pourtant au passage l'effet Laffer, du nom de cet économiste qui avait remarqué que trop d'impôt tue l'impôt. Toutefois,  il serait déraisonnable  de compter uniquement sur  lui. Remarquons cependant que l'observation de l'effet Laffer est une confirmation de ce qui pourrait se nommer l'effet GFT : tout allègement d'impôt crée de la richesse laquelle améliore les recettes fiscales des impôts restants.

Il importe  donc bien que le pouvoir engage des économies. Celles-ci doivent être massives et  auront des conséquences positives et immédiates sur la trésorerie de l’État.

Par les soins successifs des gouvernements depuis décennies, l’État remplit 70% de la sphère économique. Ils ont créé d'innombrables administrations inutiles et amplement subventionnées.  Si le  pouvoir manque d'idées pour inverser totalement la tendance, il existe dans la sphère privée de nombreux experts à ce sujet.

L'urgence est telle qu'il n'est jamais trop tard pour éviter la catastrophe inévitable et qui commence à se mettre en place. Le capitaine a voulu et obtenu étonnamment la totalité du pouvoir.  Il est seul à la barre. Saura-t-il se hisser à un niveau supérieur ce qui veut dire en fait, saura-t-il échapper à la pensée unique et tout miser sur les entreprises seules capables de créer un ouragan de richesses pour tous  ? Le proche avenir nous le dira.

 

Michel de Poncins
________________________________________________________

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 16:50

                                   

 Alors même qu’on commémore les 70 ans de la rafle du Vel d’hiv, voici les messages pour le moins menaçants et nauséabonds qui viennent d’être postés sur le compte twitter officiel de SOS Racisme :


Sur celui de Tristan Rouquier, Président de SOS Racisme Paris, on peut lire :

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 09:17

PARIS (NOVopress) — La nouvelle idée reçue concernant la télévision, serait que depuis l’avènement d’internet, les gens la regarderaient de moins en moins pour consacrer plus de temps à surfer sur la toile. Or, la dernière étude réalisée par Médiamétrie montre exactement le contraire : pour l’année 2011, un nouveau record vient d’être établi : les Français regardent en moyenne la télévision 3h47 par jour. Ce qui est beaucoup. Ce chiffre est en augmentation constante chaque année. En 1993, la moyenne était de 2h56 « seulement ». Les plus « accrocs » sont les personnes âgées qui passent en moyenne 4h59 par jour devant la télé, mais les plus jeunes ne sont pas en reste : les jeunes adultes (15-35 ans) y consacrent une moyenne quotidienne de 2h45 et les enfants (4-14 ans) 2h18 par jour. Ces chiffres ne comptent pas les visionnages de DVD, mais si l’on comptabilise tout, il s’avère qu’un enfant, en 2012, passe plus de temps annuel devant la télévision que dans une salle de classe. Les Français passent donc 11 années de leur vie à regarder la télévision : cela ne peut pas être sans conséquences.

C’est ce qu’a voulu montrer Michel Desmurget dans son livre « TV Lobotomie » (Ed. Max Milo). Directeur de recherche en neurosciences à l’INSERM, Michel Desmurget a compilé dans son livre les résultats des études scientifiques existantes sur les effets de la télévision sur l’être humain. Et le constat est bien plus effrayant qu’on ne l’aurait cru de prime abord, les effets de la télévision aussi bien sur la cognition et l’apprentissage, la santé ou la sociabilité se révélant hautement nocifs.

La première conclusion que l’on peut tirer de « TV Lobotomie » est que regarder trop la télévision rend idiot et provoque d’énormes retards de développement chez les enfants. Détaillons l’étendue du désastre. Une étude des pédopsychiatres allemands Peter Winterstein et Robert. J. Jungwirth a montré sans appel que l’abus de télévision éteignait la créativité chez l’enfant. C’est le « test du bonhomme » : on fait dessiner un bonhomme à deux groupes d’enfants de cinq ans, les premiers ne regardent presque pas la télé, les autres 3 heures par jour en moyenne. Le résultat parle de lui même :

test du bonhomme télévision

D’autres études ont montré qu’une heure de télévision par jour en primaire accroissait de 43% les chances de sortir de l’école sans diplôme. Le lien entre l’échec scolaire et le temps passé devant l’écran est corrélé par une autre étude qui a suivi des adolescents pendant trois ans : ceux qui au cours de la période ont diminué leur « consommation », ont vu leur risque d’échec scolaire diminuer de 50% ; à l’inverse si la consommation augmente, le risque d’échec scolaire double.

La télévision détruit également le mécanisme cérébral qui permet l’attention et la concentration. Explication : il existe deux sortes d’attention, l’attention captée et l’attention dirigée. L’attention captée est innée, elle existe chez les animaux aussi, elle relève du réflexe : quand quelque chose apparaît dans l’environnement l’attention se porte dessus. C’est ce type de réflexe attentionnel que la télévision capte chez l’enfant avec des images rapides et colorées. Mais il faut savoir qu’un réflexe, si il est constamment sollicité, use le potentiel cérébral. Hormis le fait qu’à court terme, il est très difficile pour un enfant de se concentrer sur une autre tâche après avoir regardé la télévision, la mobilisation constante de l’attention captée empêche le développement du circuit cérébral de l’attention dirigée, qui elle doit s’apprendre. Ce mécanisme se développe tout au long de la vie , il permet la concentration, et pour parler clairement, le développement de l’intelligence (hiérarchisation et ordonnancement des informations dans le cerveau). Or une étude a mesuré les effets de la télévision sur l’attention dirigée. Ces effets sont cumulatifs : 1 heure par jour de télévision à trois ans induit une multiplication par deux de probabilités de troubles attentionnels à 8ans ; 1 heure par jour à 8 ans augmente de 50% cette probabilité ; 1 heure par jour à 14 ans augmente ce risque de 44%. Et si un enfant montre des troubles attentionnels à 16 ans, son risque d’échec scolaire est multiplié par 4.

Une autre étude réalisée sur des enfants de 0 à 3 ans a montré que le fait de simplement placer un enfant dans un environnement dans lequel une télévision est allumée (même si il ne la regarde pas), provoque chez l’enfant tous les symptômes de ce que les pédopsychiatres considèrent comme un retard de développement (changement fréquent de jouet, schémas ludiques moins riches, plages de jeu raccourcies, manque de concentration pendant les plages de jeu).

La télévision se révèle également hautement nuisible pour l’acquisition du langage. Le lien entre les troubles du langage et la télévision a été réalisé par une étude aux Etats-Unis. Elle se base sur la moyenne obtenue au test SAT (entrée à l’université) concernant l’épreuve du langage depuis les années 60. Avant l’arrivée de la télévision dans les foyers américains, la moyenne au test était de 550. A la fin des années 60, 30% des foyers sont équipés, la moyenne chute à 540. Vers le milieu des années 70, 93% des foyers possèdent une télévision, la moyenne tombe à 510. Depuis le milieu des années 80, quasiment 100% des foyers sont équipés, la moyenne est tombée à moins de 500. Depuis, elle ne bouge plus.

L’effet nocif des écrans sur l’acquisition du langage concerne également les DVD ou les émissions dites éducatives. Cela a été démontré de la façon suivante. On a pris trois groupes de foyers avec des enfants entre 12 et 18 mois : au premier groupe, on n’a donné aucune consigne, au deuxième on a demandé au parents d’apprendre à l’enfant une liste de 25 mots, au troisième groupe on a donné un DVD éducatif contenant les mêmes mots qui devaient être visionné cinq fois par semaine pendant un mois. Résultat édifiant : les plus performants sont ceux du deuxième groupe qui ont appris par une interaction avec les parents, les enfants qui ont regardé le DVD ont appris moins de mots encore que le groupe témoin, qui pourtant n’a rien fait de particulier. En effet, une autre étude a montré que les programmes éducatifs appauvrissaient le champ lexical de l’enfant d’environ 10%. Car sans interaction avec les parents, un enfant entend 25% de mots en moins chaque jour. Ce retard se cumule pour devenir par la suite impossible à rattraper.

La télévision ne se contente pas de rendre idiot, elle rend aussi agressif

Toutes les publications scientifiques sur la question montrent une corrélation entre la consommation d’images violentes et l’agressivité d’un individu. Il est bon de savoir que 60% des émissions de télévision contiennent des actes de violence. Un téléspectateur moyen voit environ 2600 crimes et 13 000 actes violents par an. Ceux qui veulent minimiser l’effet induit de la violence à l’écran mettent en avant un soit-disant effet catharsis. Les images violentes nous purgeraient des pulsions agressives. Or il n’en est rien. Non seulement aucune étude dans le monde, sur les 3500 réalisées sur la question, ne prouve l’existence de cet effet catharsis mais toutes les études prouvent un lien direct entre ce qui est reçu via l’écran et le développement des pulsions agressives. Il est démontré que le visionnage de programmes violents 1 heure par jour multiplie par quatre les probabilités de comportement asociaux chez l’enfant (mentir, tricher, indiscipline, vandalisme, etc.). L’étude Centerwall a, quant à elle, montré le lien direct et indiscutable entre la violence à la télévision et le taux de criminalité (même si la télévision n’est bien entendu pas le seul facteur à prendre en compte, mais son rôle est réel) : « Si la technologie télévisuelle n’avait jamais été développée, il y aurait aujourd’hui aux USA chaque année, 10 000 homicides de moins, 70 000 viols de moins et 700 000 agressions avec blessures de moins. ».
De plus, visionner quotidiennement des images violentes facilite le passage à l’acte. La zone qui inhibe le passage à l’acte violent se trouve dans le cortex orbito-frontal. Cette zone se développe tardivement, à partir de l’adolescence. Or les enfants qui ont été exposés de manière continue à des images violentes, ont cette zone du cerveau complètement atrophiée. Il n’existe quasiment plus d’inhibiteur cérébral au passage à l’acte.

Bêtisme, langage pauvre, agressivité… Le tableau de l’homme moderne gavé de télévision n’est pas brillant. Heureusement il n’aura pas à subir cela très longtemps. Il est en effet également prouvé que la télévision regardée trop souvent diminue l’espérance de vie. Tout d’abord par des effets périphériques : obésité (la télévision inhibe les mécanismes de satiété), tabagisme (malgré l’interdiction de la publicité, la répétition de scènes dans lesquelles la consommation de tabac est vue de manière positive a pour conséquence que la moitié des adolescents qui fument l’ont fait par un effet à long terme de la télévision), sexualité (comme pour le tabac, la répétition affecte les mécanismes neuronaux du choix, l’abus de télévision multiplie par trois les risques de grossesse précoce chez les adolescentes, et les chances de contracter des MST selon nombre d’études épidémiologiques). Cela paraît exagéré ? On croit toujours avoir son libre choix. Et pourtant…

Une étude réalisée aux îles Fidji est très parlante. On a introduit la télévision sur une île de l’archipel. Avant cela, les rondeurs (des femmes) étaient vues positivement, personne n’était au régime, les troubles du comportement alimentaires n’existaient pas. Au bout de trois ans, les chercheurs ont constaté que 70% des adolescentes étaient au régime et 11% présentaient des troubles graves du comportement alimentaire (boulimie, anorexie…). Mais mieux encore. Une étude épidémiologique australienne très sérieuse montre que par ses effets nocifs en terme de sédentarité, regarder la télé coûte entre 2,5 et 3 ans d’espérance de vie. Regarder la télévision pendant une heure, soit à peu près la durée d’un épisode de série, diminue la vie de 22 minutes. Prouvé scientifiquement, la télé tue ? Littéralement. Toujours envie de regarder Game of Thrones ?

Spoutnik, pour Novopress

A LIRE/http://www.delire-des-livres.com/article-tv-lobotomie-de-michel-desmurget-67338409.html

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement
 

 

 

 

Texte Libre