Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 16:28

reconquete-002.jpgreconquete-001-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 09:27

Napoléon et Louis XIV virés des programmes scolaires ?

Article de l’historien Dimitri Casali publié sur le blogue d’Eric Brunet, écrivain et journaliste à France Télévisions :

La lecture des 116 pages des nouvelles instructions officielles pour les programmes scolaires est surréaliste pour ne pas dire affligeante !

François Ier, Henri IV, Louis XIV et Napoléon vont être réduit à leur plus simple expression dans les programmes de l’année prochaine au profit des empires africains Songhaï et du Monomotapa ! Cette décision officielle a été prise cette année au nom de « l’ouverture aux autres civilisations de notre monde » et n’a pour l’instant était que très peu ébruitée. Cette nouvelle ahurissante bouleverse les grands repères et les bases de l’enseignement des jeunes Français et laisse les historiens sans voix…

L’étude de la Révolution et l’Empire sont sacrifiés pour mieux pouvoir étudier les grands courants d’échanges commerciaux au XVIIIe et XIXe comprenant les traites négrières et l’esclavage.

Le nouveau programme de 4e revient donc une nouvelle fois sur les traites négrières auxquelles il propose de consacrer 3 heures alors que toute l’histoire de la Révolution et l’Empire est expédiée en moins de 8 heures… contre 12 heures auparavant.

Pire encore, le programme donne la possibilité de traiter la période de la Révolution uniquement jusqu’en 1799. Libre alors au professeur de s’abstenir totalement d’évoquer le Consulat et l’Empire de 1799 à 1815, éludant ainsi de nombreux évènements fondamentaux de notre histoire ! [...]

Autre exemple édifiant, Louis XIV qui constituait un temps fort du 1er trimestre de 4e est remplacée par un thème appelé l’ « Emergence du roi absolu ». Le Roi Soleil est désormais renvoyé en 5e à la fin du mois de juin, au terme d’un énorme programme sur lequel on se sera longuement attardé sur les civilisations africaines du Monomotapa et Songhaï et sur la traite orientale. Le risque pour Louis XIV d’être totalement passé sous silence est donc évident !

On voudrait faire disparaître Louis XIV et Napoléon dans les oubliettes de l’Histoire que l’on ne s’y prendrait pas autrement. [...]

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 08:41
PRIX:15,00 EUROS
Partager cet article
Repost0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 08:34

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 16:15

DEMAIN LA GUERRE CIVILE !

 

 

Dès le début de cet article, je tiens à faire remarquer à mes lecteurs qu’en ce qui concerne le titre, je n’ai pas mis un point d’interrogation.

J’ai toujours prié pour que notre pays ne connaisse pas de troubles internes graves... Aujourd’hui, je pense que les crétins sans foi qui nous gouvernent, ou qui essaient de nous gouverner, nous emmènent vers un désastre sanglant !

Tout a été fait ces dernières décennies pour que les forces de l’ordre aient... petit à petit... les mains liées. Les voyous ont toujours raison et la police, quoi qu’elle dise, quoi qu’elle fasse... TOUJOURS TORT !

Un état d’esprit nauséeux a été mis en place et les “anars” de tous les médias s’en donnent à cœur joie. Il est vrai que M. Sarkozy a généreusement distribué des bâtons pour se faire battre. Avec ses airs de petit loubard de banlieue, ses éternelles promesses... la main sur le cœur... n’ont pas, non plus, arrangé les choses.

Mais cet homme est le Président de notre République et la façon dont il est caricaturé, ridiculisé, chaque jour par l’ensemble des médias, fait qu’il a perdu toute crédibilité.

Le marxisme est mort... un beau jour... derrière feu le mur de Berlin... qui est vendu aujourd’hui en morceaux dans les échoppes... mais la vérole marxiste, elle, se porte bien, puisqu’une grande partie de nos journalistes en reste imprégnée, comme par une sorte de pandémie mentale à gonocoques rouges... dont on ne guérit jamais.

Les peuples du monde dit libre avaient réussi à ne plus croire “aux lendemains qui devaient chanter”. Ils avaient compris que Karl Marx, Mao, Staline et compagnie, n’étaient que des criminels, des charlatans sanglants !

Il faudra expliquer à nos descendants pourquoi les adeptes du “libéralisme libéral” d’aujourd’hui, auront réussi à faire encore plus de mal aux populations de la planète

Certes, sans avoir recours aux assassinats programmés et généralisés qui laissaient des traces, mais par des mensonges éhontés, une dictature “douce”, une falsification de l’histoire et un bourrage de crâne, auprès duquel celui du sieur Goebbels peut passer aujourd’hui pour un travail d’amateur.

Ce dernier 14 juillet a été l’objet de plusieurs opérations malveillantes envers la France et ce, encore, de la part de scribouillards dont une grande majorité est politiquement nulle, pour ne pas dire composée d’ignares malfaisants et sans patrie.

Je ne sais sur proposition de qui la France de M. Sarkozy a décidé d’inviter à Paris les chefs d’État de ces ex-colonies qui, voici cinquante ans, accédèrent à l’indépendance ? Mais ce que je sais, c’est que ces chefs d’État étaient donc nos hôtes officiels, et que la moindre des choses était de ne les considérer que comme tels ! Pourtant, aussitôt, la quasi-totalité de notre presse et de nos médias entra en transe... Tous les marxistes aux mains rouges de sang, tous les justiciers de banlieue, les guillotineurs du dimanche, les droits-de-l’hommiste, se déchaînèrent sans aucune retenue, avec d’autant plus d’aisance qu’ils savaient ne rien risquer.

A entendre tous ces Fouquier-Tinville au petit pied... ces dirigeants venus d’Afrique n’étaient pas démocrates ! L’étaient-ils donc hier, quand ils étaient marxistessocialos scientifiques ? Quand, grâce à Moscou, une grande partie de ces états avaient basculé dans la terreur et, copiant la maison mère... installaient des goulags locaux, dont les leaders ne régnaient que par le meurtre organisé et les tueries de masse... s’en prenant partout aux ethnies minoritaires que la France avait sauvegardées.

Le peuple français est-il donc devenu tellement “abruti” qu’il ignore que ce sont les mêmes, ou leurs pères, qui, hier, poussaient à l’indépendance immédiate... même pour les territoires les moins avancés où la France aurait dû, ne serait-ce que par charité humaine, rester quelques décennies de plus.

Une grande partie de ces colonies ne voulaient pas de l’indépendance immédiate. Aimé Césaire, lui-même, l’a dit et écrit vingt fois !

Quant aux Français connaissant et aimant l’Afrique (il y en eu beaucoup), ils sonnaient le tocsin pour alerter les populations métropolitaines abusées par des marchands de vent... Attention... à notre départ, c’est le tribalisme qui règnera sans partage ! Ce fut le cas presque partout ! Dans le même temps où ils insultaient nos hôtes, les “anticolonialistes de salon” trouvaient nécessaire d’en remettre une couche sur la France... ses forfaits... ses crimes... mélangeant allègrement, une fois encore, esclavage et colonisation, alors que le premier fut stoppé net... par la seconde!

De nouveau, la légende des tirailleurs... chair à canon, fit la une de certains journaux et permit aux “petits marquis” de la télévision de traîner une fois encore leur pays, dont ils se foutent... dans la boue.

Tout le rituel antifrançais était bon en ce jour de fête nationale... “Nous les avons exploités”... “Nous les avons pillés”... Dans quel marbre faudra-t-il donc graver la vérité, à savoir... qu’à notre départ, la forêt était intacte... la faune aussi... Il restait 1 800 000 éléphants... Quant au pétrole, nous ne l’avions nulle part exploité... sauf en Algérie, ce qui nous valut les problèmes que l’on connaît.

Faut-il constamment, à titre d’exemple, rappeler qu’à notre départ la forêt recouvrait encore la quasi-totalité de Madagascar, et que l’île exportait de la viande de zébu dans le monde entier ?

Et que dire de cet acharnement à vouloir supprimer nos liens avec ces États. A entendre ces “raisonneurs”... Il faut mettre fin à la France-Afrique ! Ces gens qui savent tout (c’est ce qu’ils prétendent), ignorent que ce qu’il y avait à reprocher à cette coopération entre nos anciennes colonies et Paris, c’étaient les trafics en tout genre, initiés par les réseaux gaullistes, mais qui perdurèrent ensuite avec autant d’assiduité... Ces magouilles d’ailleurs ne coûtaient rien à ces États, puisque... avant que des mallettes de billets quittent ces capitales africaines “indépendantes”, il fallait déjà que Paris ait envoyé les fonds sous forme de prêts ; ce n’est que la ristourne qui revenait dans les caisses des partis.

Ce sont les concussionnaires... qu’il fallait mettre en prison... mais il fallait aussi protéger les intérêts de la France et, par ricochet, ceux des nouveaux États, en préservant notre pré carré nécessaire pour nos grandes industries... et nos PME... au travers de contacts humains souhaitables, facilités par une langue commune et un passé commun qui ne fut pas ce que raconte les affabulateurs.

Les plus abrutis de nos concitoyens se laissent même aller à dire... “D’ailleurs, ils ont la Chine !” Voilà une bonne nouvelle ! En 1945, quand les Chinois occupaient le Tonkin, Ho Chi Minh qui souhaitait leur départ déclara dans un discours célèbre, à l’adresse de ses partisans... « Croyez-moi, il vaut mieux sentir la crotte des Français pendant quelques temps... que de manger la merde des Chinois pour l’éternité... »

Que font donc les Chinois en Afrique ? Ils commencent par se désintéresser totalement des droits de l’homme... Ils soutiennent tous les régimes, fussent-ils totalement corrompus... et ils achètent tout... métaux précieux, pétrole, bois tropicaux... quitte à raser des forêts entières... le cobalt, l’uranium...

Ils accaparent tous les chantiers d’infrastructure, voies ferrées, ponts, routes, immeubles... Leurs prix sont imbattables par le fait qu’ils imposent leur propre main-d’œuvre, payée à  la chinoise et logée de même. De plus, ne reculant devant rien, en plus de mépriser les “locaux”, dans leur sillage arrivent des commerçants pour qui tout est bon... y compris les petites échoppes tenues jusqu’alors par des ressortissants du pays.

Aux dernières nouvelles, ils implantent même leurs prostituées, au grand dam des “filles de joie locales” dont elles cassent les tarifs. Sans oublier le trafic d’ivoire et de cornes de rhinocéros, vendues chez eux comme aphrodisiaque !

Il est sûr et certain que les peuples d’Afrique n’accepteront pas cette mainmise encore longtemps !

Déjà, des contremaîtres Chinois, tenus par des plannings très serrés et des objectifs drastiques, très précis... en temps et en argent... s’énervent... et en sont arrivés à frapper des adjoints locaux... ce qui ne “s’arrange” que grâce à des versements... sonnants et trébuchants !

Pendant ce temps, chez nous, feignant d’ignorer tout ce qui les dérange... décrivant le monde tel qu’ils le voient avec leurs lunettes déformantes... nos intellectuels de gauche, et la racaille antifrançaise, ayant annihilé tout sentiment national ; s’alignent sur la “pétroleuse verte”, Dominique Voynet, qui déclarait récemment, « Tout cela est à mettre à la poubelle ! » Elle avait bien raison, puisqu’au moment de l’enquête sur la nationalité, un ministre de M. Sarkozy s’est rendu en banlieue pour expliquer à une soixantaine de dirigeants d’associations... que la France... ce n’était... ni un pays... ni une langue... ni une race... en fait, ce n’était rien !

Si l’on fait correctement un état des lieux, on s’aperçoit que ces nihilistes vont finir par avoir raison, car la double nationalité, le fait que beaucoup de ces jeunes aillent faire leur service militaire outre Méditerranée, voire en Israël... tout cela ne peut que renforcer le communautarisme qui est un poison mortel pour nos nations d’origine chrétienne.

Le dénigrement systématique de nos valeurs qui ont fait la France, la complaisance sordide, allouée jour et nuit dans tous nos médias à ceux qui prônent une politique antinationale, donnent les résultats que nous pouvons constater chaque jour dans nos banlieues.

A cela s’ajoute bien sûr, tous les racontars sur la guerre d’Algérie, et que, malgré le fait que nous ayons gagné cette guerre, des “spécialistes de l’on ne sait quoi”, racontent aux lascars inassimilables de nos banlieues, que l’armée française n’était composée que d’un ramassis d’assassins qui ne pensaient qu’à violer leurs grand-mères, avant d’être écrasée par les héros du FLN !

L’islamisation actuelle de notre pays, même avec l’immigration-invasion mise en place par nos dirigeants, n’aurait jamais été possible...

— Si la nation s’était tenue debout.

— Si nous nous étions fait respecter ;

— Si nous n’avions jamais permis que notre Pape fut roulé dans la fange...

— Si nos évêques avaient fait respecter la « Fille aînée de l’Église » et n’avaient pas confondu les slogans syndicaux avec les Évangiles...

Quoi qu’il se passe dans les banlieues, et il s’y passe des choses de plus en plus graves, les micros et les caméras arrivent aussitôt et propagent les déclarations des voyous, des loubards et trafiquants qui devraient être en prison.

Seuls les journalistes d’aujourd’hui ignorent quelles étaient les consignes données aux tueurs du FLN par leurs avocats français....

  Premièrement, niez ! Niez tout ! y compris l’invraisemblable !

  Deuxièmement, déclarez jusqu’à plus soif que vous avez été torturés !

Voilà, c’est cela la guerre psychologique à laquelle le général De Gaulle ne croyait soi-disant pas, quand il fallait l’appliquer au FLN.

Lui-même et ses successeurs, tous ses successeurs, de droite comme de gauche, ont trouvé préférable de l’appliquer aux Français... en  faisant taire les ... “Desouche”... en changeant la population par l’immigration de substitution.

Le résultat est que, abasourdis, les Français qui aiment encore leur pays, qui ne veulent pas le voir disparaître... se taisent, muselés par des lois liberticides, un peu étonnés quand même en apprenant que des soirées “pinard-cochon” sont interdites... et que des individus se glorifient en placardant des photos où l’on voit des “ordures” se torcher l’arrière-train avec notre drapeau national !

Qui peut nier aujourd’hui, quelle loi nouvelle pourrait nous interdire de dire... que la préférence nationale voulue par une majorité de Français, est devenue une préférence étrangère... à tel point que devant la rigueur annoncée, peut-être nécessaire, les réfractaires auraient moult raisons plus ou moins valables de se plaindre... mais n’attaquent jamais les sorties d’argent du peuple au profit exclusif d’étrangers (logements en hôtels, polygamie, etc, etc...)

Au temps de la guerre d’Indochine, le général Giap, chef de l’armée viêt, disait, après des combats perdus face aux soldats français, qui jamais ne perdirent l’espoir... « Quand j’avais des doutes sur l’issue de nos combats... je lisais la presse parisienne... j’étais rassuré »

C’est exactement le même raisonnement que faisaient les dirigeants du FLN battus durant la bataille d’Alger... battus dans les djebels... écrasés par le courage de nos troupes, qu’elles fussent composées d’engagés ou d’appelés du contingent qui, n’en déplaise à la FNACA, ont, dans leur écrasante majorité, fait leur devoir de citoyens français, sans oublier nos soldats musulmans abandonnés aux couteaux des égorgeurs.

Que le Dieu des soldats les garde en son paradis... et que, par compassion, Il se penche sur notre patrie, la France... qui ne veut pa— s mourir... et qui ne mourra pas : Car, ceux qui pensent (quels qu’ils soient) qu’ils peuvent disposer de notre patrie à leur guise... se trompent ! S’il le faut, nous nous battrons ! Et nous aurons à nos côtés beaucoup de Français venus d’ailleurs, qui ne pensent pas... eux... que la France leur doit tout... mais qui savent qu’être Français, cela correspond à des droits... certes... mais aussi à des DEVOIRS !

Roger HOLEINDRE

Président du Cercle National des Combattants

Premier Vice-président du Front national

                               Article extrait du n° 7142 de Présent, du Samedi 24 juillet 2010

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 10:42

Photo-001.jpg

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 10:36

Photo-002.jpg

 

LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE

15,AVENUE FOCH

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 18:39

LETTRE OUVERTE DES MEMBRES DU C.N.C.

Á M. SARKOZY, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

 

 

 

Monsieur le Président de la République,

 

 

Le Cercle National des Combattants, que je dirige, est composé d’anciens soldats toujours mobilisés pour la défense du pays. Se refusant à aboyer avec les loups, ils n’interviennent pas dans la cacophonie actuelle qui voit les élus socialistes attaquer votre gouvernement pour des choses, certes non négligeables, mais minimes par rapport aux dégâts que causent à notre nation l’immigration invasion... et l’islamisation accélérée de la France. Sur ces sujets mortels, ils ont la même ligne politique que vous et vos affidés, et tout cela nous mène au désastre.

Dans les médias qui diffusent un peu de vérité sur la scandaleuse conduite de notre équipe nationale au Mondial de football, il ressort que le racisme et l’islamisme sont à la base de cette conduite suicidaire. Un mail arrivé sur mon adresse courriel, dit ceci... « La mutinerie a été préméditée. Le samedi soir, l’avocat de l’un des joueurs (Evra) rédigeait le fameux communiqué lu par Domenech, sous menace d’un forfait de l’équipe, ce qui nous aurait valu une suspension de toutes compétitions internationales pendant 2 ans... Ces fameux mutins, qui refusent de chanter La Marseillaise, ont agi en tant que musulmans. Ainsi, outre l’exigence de repas halal, ils ont sciemment expulsé du vestiaire avec violence, en particulier la veille de France-Mexique, les “infidèles”, les chassant même des douches pour pouvoir faire leur prière. Le climat, à partir de là, fut très lourd dans cette pseudo “équipe nationale”... Bref, rapidement un groupe composé d’Abidal, Gallas, Anelka, Evra, Henry et le crétin Ribery, a voulu imposer sa loi. Comme par hasard, il s’agit des convertis à l’Islam ou de musulmans d’origine.... L’éviction d’Anelka a été le détonateur médiatique, les musulmans montant au créneau pour tenter de faire réintégrer leur frère en religion. Ainsi est arrivé l’épisode du bus. Les réfractaires à cette action étaient physiquement menacés (Lloris, Gourcuff, Sagna, Toulalan). »

La réalité... la vérité... c’est que ces “grévistes millionnaires” ont voulu imposer la charia. Et ceci, comme le font les islamistes dans les quartiers où ils sont majoritaires, et où votre police ne va plus... sur ordre !

Mais cette info sera étouffée, car il n’est pas bon que le “populo” découvre l’ampleur du problème, et sache désormais que ce ne sont plus seulement quelques quartiers abandonnés par l’État qui sont touchés, mais des institutions emblématiques de notre pays.

Comme par hasard, le même jour apparaissaient les déclarations d’un dénommé Mohamed Sabaoui qui n’est rien de moins que... sociologue à l’Université catholique de Lille, d’origine algérienne et naturalisé Français.

Lui au moins parle clair... net... précis ! Je cite :

« Notre invasion pacifique au niveau européen n’est pas encore parvenue à son terme. Nous entendons agir dans tous les pays simultanément. Comme vous nous faites de plus en plus de place, il serait stupide de notre part de ne pas en profiter. Les droits de l’homme dont vous vous réclamez, vous en êtes devenus les otages...

« Vous autres Français, n’êtes pas en mesure d’imposer le respect à nos jeunes.

« Pourquoi respecteraient-ils un pays qui capitule devant eux ? On ne respecte que ce qu’on craint !

« Lorsque nous aurons le pouvoir, vous ne verrez plus un seul de nos jeunes mettre le feu à une voiture ou braquer un magasin...

« Les Arabes savent que la punition inexorable que mérite chez nous le voleur, c’est l’amputation d’une main...

« Les lois de votre République ne sont pas conformes à celles du Coran et ne doivent pas être imposées aux musulmans, qui ne peuvent être gouvernés que par la Charia.

« Nous allons donc œuvrer pour prendre ce pouvoir qui nous est dû. Nous allons commencer pour les élections municipales par Roubaix, qui est actuellement une ville musulmane à plus de   60 %...

« Nous imposerons la Charia (loi de Dieu) à l’ensemble des habitants.

« La minorité chrétienne aura le statut de Dhimmi.

« Ce sera une catégorie à part qui pourra racheter ses libertés et droits par un impôt spécial.

« En outre, nous ferons ce qu’il faut pour les amener par la persuasion dans notre giron. Des dizaines de milliers de Français ont déjà embrassé l’Islam de plein gré, comme Frank Ribery, Garaudy et d’autres. Pourquoi pas les chrétiens de Roubaix ?

« ... Actuellement, à l’Université de Lille, nous mettons sur pied des brigades de la foi, chargées de convertir les Roubaisiens récalcitrants, chrétiens ou juifs, pour les faire rentrer dans notre religion, car c’est Dieu qui le veut !

« Si nous sommes les plus forts, c’est que Dieu l’a voulu... »

Monsieur le Président de la République... tout ceci n’est pas une “grosse blague”... C’est la vérité de ce qui nous attend !

Dès ce jour, nous appelons tous les Français encore dignes de ce nom, à la vigilance, et demain à l’action, pour que la France dont vous avez la charge... reste une terre chrétienne, ce qu’elle est depuis deux millénaires.

 

Roger HOLEINDRE

Président du Cercle National des Combattants

Premier Vice-président du Front National

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 09:53

VERS L’ABRUTISSEMENT FINAL !  

  La France est malade... notre pays est tombé aux mains de falsificateurs...M. Chirac, élu sur un programme de droite... était en fait un homme de gauche, et l’a amplement prouvé.M. Sarkozy, lui, a carrément fait main basse sur le programme du Front national pour, finalement, faire une politique à l’exact opposé de ce que désirent depuis 40 ans les électeurs de Jean-Marie Le Pen et tous les Français qui ont la tripe patriotique !Oui, notre pays est malade, notre patrie est moribonde, et ce mot de PATRIE ne signifie d’ailleurs plus rien pour une majorité de Français. Les avatars honteux de notre équipe de football en sont un exemple frappant... Ces mauvais mercenaires... qui se refusent à chanter notre hymne national... et... n’ont pas hésité à se mettre en grève lors d’un Mondial, pour finalement en être exclus, honteusement, sont le reflet exact de notre société de geignards, de râleurs, voire de fainéants, car (certes à des degrés moindres) les choses sont identiques dans la fonction publique, voire dans l’armée... Tout cela est le fait d’un immense laxisme, d’un manque de “chefs”, d’une immigration invasion, du communautarisme et de la possibilité pour un nombre de plus en plus élevé d’individus, de posséder le droit d’avoir deux, voire trois nationalités.M. Sarkozy et ses affidés porteront à jamais la tare d’être ceux qui auront porté le coup fatal à la France... bien aidés, en outre, par les hommes de gauche aux idéaux irréalistes, et anti nationaux.Le 70e anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940, aura été l’occasion d’un rassemblement hétéroclite de menteurs... de falsificateurs... de résistants de la 25e heure qui, de façon assez bizarre, auront tous été d’accord pour falsifier définitivement notre Histoire, et pour, au nom soi-disant de la “vraie vérité”... inculquer aux enfants de France leur “histoire politiquement correct”... en fait, l’abrutissement final !Pendant une longue semaine d’affabulations, ces messieurs ont tout simplement oublié l’essentiel... à savoir.... Dès le 16 avril 1922, des accords secrets avaient été signés entre l’Allemagne nazie et la Russie des Soviets, accords dits de Rapallo. L’URSS s’engageait à livrer à Hitler des centaines de milliers de tonnes de matières premières nécessaires à son industrie de guerre, des minerais stratégiques, des marchandises manufacturées, et lui allouait secrètement de grands espaces pour entraîner ses armées terrestres et aériennes.La pièce maîtresse de ces accords secrets était un réseau de fournitures de produits pétroliers, dénommé D.E.R.O.P. « Deutsch-Russische Petroleumgesellschaft » qui permettait aux bolcheviques de fournir tous les carburants nécessaires aux divisions motorisées et blindées teutonnes, et ce, jusqu’à l’occupation de Paris... ce qui valut les félicitations de Staline au Führer.Le 23 août 1939 Molotov pour Staline, et Ribbentrop pour Hitler, signent un pacte de non-agression. Immédiatement, tous les partis communistes du monde s’alignent sur La Mecque bolchevique et prônent l’entente avec l’Allemagne nazie.Devant le défaitisme du Parti communiste dit français, qui organise des sabotages dans nos usines d’armement... le 20 février 1940, l’Assemblée nationale, issue du Front populaire, vote la déchéance de 60 députés communistes sur 67. Elle interdit la parution de « Ce Soir » et de « L’Humanité », puis dissout le parti lui-même. Maurice Thorez, son secrétaire général, déserte ... Il passera toute la guerre tranquillement près de Moscou, sous le nom d’Ivanov (Sic).Lors de l’offensive suivant la « drôle de guerre », Hitler ménage le corps expéditionnaire anglais, à deux doigts d’être anéanti à Dunkerque et pour cela, le 24 mai 1940, donne ordre à ses troupes de lever le pied.Le 14 juin 1940, les troupes allemandes entrent dans Paris, déclarée ville ouverte depuis le 11 juin.Dès le 15 juin 1940, des émissaires du “PCF clandestin” réfugiés en Belgique, arrivent à Paris en voitures diplomatiques avec toutes les autorisations de circulation nécessaires leur permettant ainsi de traverser toutes les lignes allemandes.Il s’agit de Jacques Duclos, chef de la direction du PCF, caché en Belgique depuis le 26 septembre 1939 ; de Maurice Tréand, chef de l’organisation clandestine du PCF, et d’Eugen Fried, représentant officiel de Staline en France. Ils sont logés le soir même à l’Ambassade soviétique de Paris.Le 18 juin 1940, le jour même de l’appel de De Gaulle à la continuation de la guerre, nos trois compères entament des pourparlers avec les Allemands pour faire reparaître L’Humanité. Ils s’engagent à soutenir la politique de collaboration russo-allemande, et prônent une entente Allemagne-Russie-France.Pour ce faire, ils envoient une délégation de trois militants, dont Maurice Tréand et Denise Ginollin, à la toute récente Kommandantur avec ordre d’y rencontrer le lieutenant Weber, chargé de la presse pour la Wehrmacht... Pendant ce temps, L’Humanité clandestine appelle la population française à faire bon accueil aux soldats allemands... « Prolétaires en uniforme ».Les 21 et 22 juin 1940, la France et l’Allemagne signent l’armistice à Rethondes. Hitler ne demande ni l’Empire, ni la flotte, ni même aucune base navale ou aérienne outre-mer, car il savait que Pétain n’aurait pas accepté.L’histoire, la vraie, retiendra que les premiers à rejoindre De Gaulle à Londres furent des hommes qui aujourd’hui seraient classés à l’extrême droite.Par la suite, les principaux ténors de la collaboration pure et dure... furent des hommes de gauche, Doriot, ancien secrétaire général du parti communiste ; Déat, ancien secrétaire général du parti socialiste... A des échelons bien moindres, apparaissent les noms du père de Jospin... du père de Giscard d’Estaing, sans parler de Georges Pompidou, et le plus malin, qui deviendra le “patron” des socialistes, François Mitterrand, qui sera même décoré de la Francisque.Le 27 juin 1940, une nouvelle délégation communiste se rend à l’Ambassade d’Allemagne à Paris, pour rencontrer Otto Abetz, représentant personnel d’Hitler en France. C’est uniquement sur instruction de la police française, encore aux ordres de Vichy, que les communistes, un moment arrêtés, mais libérés par les Allemands, ne réussiront pas à faire reparaître légalement leur presse. L’Humanité, de moins en moins clandestine, continuera pourtant à paraître, attaquant De Gaulle comme Pétain, exhortant les peuples coloniaux à se soulever aussi bien contre la France libre que contre Vichy. Les plus virulents sont les membres des Jeunesses communistes, dont fait partie le “héros” de M. Sarkozy, le jeune Guy Môquet.Un peu partout, les militants communistes qui ne goûtent pas l’entente Joseph-Adolf, et veulent résister à l’occupant, sont abattus par les hommes des TP (Travaux Spéciaux) qui deviendront par la suite des FTP (Francs Tireurs et Partisans).Les communistes jouaient très sérieusement le jeu de l’entente germano-soviétique et les murs de France se couvraient d’une affiche reproduisant un appel de Marcel Cachin, doyen des communistes et directeur de L’Humanité de 1918 à 1939, disant... « ... Les attentats individuels se retournent contre le but que prétendent atteindre leurs auteurs. Je ne les ai jamais, ni préconisés, ni suscités. J’en ai toujours détourné mes camarades.Le 3 juillet 1940, c’est MERS-EL-KEBIR. Parmi tous les faits, toutes les dates cachées par les “résistants de 2010, cet oubli est le plus criminel, car Mers el Kebir... c’est la destruction d’une grande partie de notre flotte... l’assassinat de 1 300 de nos marins ! C’est surtout un évènement qui donna à réfléchir à tous ceux qui désiraient continuer la lutte aux côtés des Anglais. Le même jour d’ailleurs, Churchill faisait attaquer et saisir tous les bâtiments de guerre français qui s’étaient rendus très nombreux, dans les ports anglais... faisant des morts et des blessés parmi nos équipages qui, presque tous furent emprisonnés avant que la plupart d’entre eux ne demandent à revenir en France.Précisions elles aussi oubliées, à Vichy, les 9 et 10 juillet 1940 les deux Chambres réunies avaient voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.Article unique – L’Assemblée nationale donne tous pouvoirs au gouvernement de la République, sous l’autorité et la signature du maréchal Pétain, à l’effet de promulguer par un ou plusieurs actes, une nouvelle constitution de l’Etat français.Cette constitution devra garantir les droits du travail, de la famille et de la patrie.Elle sera ratifiée par la Nation et appliquée par les Assemblées qu’elle aura crées.Ce texte a été voté par 569 voix contre 80.Se sont abstenus, 17.Le 9 juillet 1940, la Chambre et le Sénat avaient voté séparément, une « résolution tendant à réviser la constitution ». Cette résolution qui constitue, en fait, le texte décisif, a obtenu :A la Chambre  Pour : 395 / Contre : 3Au Sénat  Pour : 229 / Contre : 1Dès le 9 juillet 1940, la quasi-unanimité de la Chambre et la quasi-unanimité du Sénat estimaient nécessaire la réforme constitutionnelle. Chacun savait que cette réforme constitutionnelle était liée à l’attribution de pleins pouvoirs au maréchal Pétain.Quelle était, en effet, la situation en ce début de juillet 1940 ?Plus de 100 000 hommes tués au combat en trois semaines. Des millions de civils errant sur les routes, mêlés à des soldats ayant abandonné tout équipement et tout espoir avec, dans certaines unités, une indiscipline et une anarchie héritées du mauvais esprit propagé par les communistes.L’Angleterre : Son armée avait été également détruite. Ce n’est d’ailleurs, on l’a vu, que sur ordre du « Furher » que les troupes allemandes avaient levé le pied... l’Allemagne espérant une entente avec Londres. Accord qui aurait laissé toute l’Europe au Reich allemand et toutes les colonies européennes à l’Angleterre et à la France.La Russie : Elle était liée à l’Allemagne par le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, et participait à la curée avec les nazis.L’Amérique : Le 13 juin 1940, M Paul Reynaud avait adressé au président Roosevelt un appel désespéré. Mais la réponse du président ne fut qu’une... “manifestation de sympathie”.Le 16 juin 1940, à Bordeaux, M. Paul Reynaud remet à M. Albert Lebrun, Président de la République, la démission du Cabinet.Le président de la République charge le maréchal Pétain de constituer un gouvernement.Dans ce gouvernement, entrent deux députés socialistes. Ces deux députés y sont avec l’acquiescement de Léon Blum.Le 9 juillet, à Vichy, a lieu la séance de la Chambre pour travailler sur la résolution tendant à « la révision de la constitution ». Le principe de cette révision est décidé à la quasi-unanimité (3 voix contre).Cette réunion donne lieu à une allocution élevée et émouvante de M. le Président Herriot, “adoubant” le maréchal Pétain.Au même moment, le Sénat se réunissait sous la présidence de M. Jules Jeanneney, qui passait pour le guide éclairé et le conseiller éminent de la IIIe République. Il sera à la Libération, ministre d’Etat du général De Gaulle.Or, on trouve dans son discours la plupart des arguments et des slogans que la propagande de l’Etat français emploiera à profusion au service du nouveau gouvernement : « Le sort de la France semble être de se régénérer dans le malheur. En aucun temps, son malheur ne fut plus grand. A la besogne pour forger à notre Pays une âme nouvelle, pour y faire croître force créatrice et foi, la muscler fortement aussi, y rétablir enfin, avec l’autorité des valeurs morales, l’autorité tout court ! » C’est lui qui, dans toutes ses interventions, emploiera les mots Travail-Famille-Patrie !Le gouvernement des Etats-Unis et le gouvernement de l’Union soviétique, n’ont fait aucune difficulté pour reconnaître « de jure » le gouvernement de Vichy, et ont, d’une part accrédité auprès du maréchal Pétain des ambassadeurs ; d’autre part ils ont accepté les représentants diplomatiques de ce dernier.Le 22 mars 1941, le gouvernement soviétique a élevé à la dignité d’ambassadeur M. Bogomolof, son chargé d’Affaires auprès du maréchal Pétain.Toute cette activité politique légale... découlait du fait que le 16 juin 1940, à Bordeaux, M. Paul Reynaud, Président du Conseil, avait remis démocratiquement à M. Albert Lebrun, Président de la République, la démission du Cabinet. M. Albert Lebrun, tout aussi démocratiquement, chargea alors le maréchal Pétain de constituer le gouvernement.Ce nouveau gouvernement, comme prévu, demande aussitôt l’armistice. Cet armistice est signé avec l’Allemagne le 22 juin 1940, avec l’Italie le 24 juin 1940. Il n’y eut donc jamais de capitulation !¡ Le 9 juillet 1940, la Chambre des députés et le Sénat se réunissent séparément pour examiner le projet qui leur était soumis par le gouvernement. Les présidents des deux assemblées, M. Herriot à la Chambre, M. Jeanneney pour le Sénat, prononcèrent à nouveau des discours émouvants qui eurent une influence décisive sur le vote.Aussi, par 395 voix contre 3 à la Chambre, par 229 contre 1 au Sénat, le projet du gouvernement fut adopté.Les parlementaires comptés comme n’ayant pas pris part au vote, sont ceux qui ne se trouvaient pas à Vichy ce jour-là. Soit parce qu’ils n’avaient pu s’y rendre en raison des difficultés de transport, soit parce qu’ils étaient retenus comme prisonniers par les troupes allemandes, soit parce qu’ils avaient trouvé plus habile de ne prendre aucune responsabilité, soit pour tout autre raison.Aussi, le 9 juillet 1940, la Chambre et le Sénat, à la quasi unanimité, font droit à la demande du gouvernement et ainsi que cela leur est demandé dans l’exposé des motifs, manifestent leur confiance au maréchal Pétain, président du Conseil. Il n’y a que quatre opposants.L’histoire... veut que... aucun chef de groupe ou de parti ne demanda la parole pour faire connaître son opinion. Nulle voix ne s’éleva pour combattre le projet. Nulle critique ne fut ouvertement prononcée contre le texte présenté. Personne ne “mit en garde” les députés et les sénateurs contre l’attribution des pleins pouvoirs au maréchal Pétain.Le projet de Loi constitutionnelle est le suivant :Article unique – l’Assemblée nationale donne tous pouvoirs au gouvernement de la République, sous l’autorité et la signature du maréchal Pétain, à l’effet de promulguer par un ou plusieurs actes une nouvelle constitution de l’Etat français. Cette constitution devra garantir les droits du travail, de la famille et de la Patrie.Elle sera ratifiée par la Nation et appliquée par les assemblées qu’elle aura crées.Fait à Vichy, le 10 juillet 1940 Par le Président de la République : Albert LebrunLe Maréchal de France, Président du Conseil : Philippe Pétain.Ce texte fut voté par 569 voix contre 80Se sont abstenus : 17Le nouveau Président du Conseil... Philippe Pétain, était en retraite au début de la guerre de 1914. En juillet 1940, l’écrasante majorité de l’Assemblée nationale (Chambre des députés et Sénat réunis) lui remet les pleins pouvoirs... Il a... 84 ans.Il est de bonne guerre de classer tous ceux qui auraient soi-disant refusé de voter pour... Pétain, parmi les résistants. Ce qui est certain, c’est que personne... personne... jamais... ! n’a entendu aucun éclat de voix, n’a vu un homme se lever et hurler son indignation ou son refus... Toute la Chambre, l’écrasante majorité des députés et des sénateurs, majoritairement à gauche et pour les députés, issus du Front populaire... ont voté comme un seul homme refusant de prendre en charge la situation réelle du pays, préférant « refiler le bébé » à un vieillard.Car la situation du pays, répétons le, était dramatique ! La moitié de la France était sur les routes, mêlée aux Belges, aux Luxembourgeois, aux soldats... et pour couronner le tout, nos Alliés de la veille faisaient un carnage à Mers el-Kébir. De Gaulle, qui avait sauté le Rubicon, pouvait dès lors pour se couvrir, dire n’importe quoi ! Il ne pouvait pas déclarer le gouvernement du Maréchal d’“illégal” ! Mensonge que nous payons encore aujourd’hui, car, dès lors, les “gaullistes politiques” firent uniquement la guerre à Vichy... et, d’Alger à Paris, ne pensèrent qu’à l’“épuration”, justifiée peut-être par quelques rares salauds, mais qui frappa aussi des hommes qui n’avaient fait que leur devoir... sanctions qui firent jurisprudence dans la haute administration, et se font sentir encore aujourd’hui... où chacun ouvre le parapluie.A l’époque, il fallut attendre le 21 juin 1941, et un coup de tonnerre énorme, démentiel... Hitler lance ses troupes à la conquête d’ l’Union Soviétique. Immédiatement, les communistes, dits français, virent à 180 degrés... Ils n’ont qu’une hâte... Faire oublier qu’ils ont trahi... qu’ils ont collaboré. Ils s’emploient dès lors à supprimer tous ceux qui savent ! Tous ceux qui ont vu ou entendu certaines choses !Au pays des Soviets, le « Petit père des peuples » en appelle à la Sainte Russie et réhabilite toutes les valeurs chrétiennes et monarchiques pour sauver son régime.En août 1942, il y a un os et de taille... STALINGRAD ! En novembre 1942, les Allemands, sans aucun préavis, occupent la zone libre. A Toulon, comme promis, la flotte se saborde. Les amiraux ont tenu parole !L’armée française, sauvée par Weygand, rentre à nouveau en force dans la guerre. Les pieds-noirs sont mobilisés au maximum : 17 classes, du jamais vu ! Les troupes indigènes restées fidèles sont là aussi en nombre et en qualité. C’est l’Armée d’Afrique, celle qu’a réussi à préserver Vichy, qui fera le poids auprès des Alliés... avec ou sans De Gaulle la France serait repartie en guerre... Au moment où à travers ce 70e anniversaire de 1940, tout et le contraire de tout est raconté... parfois avec naïveté, souvent avec haine... parlant du maréchal Pétain comme d’un traître.C’est encore une possibilité de réconciliation nationale qui est jetée aux poubelles de l’Histoire ! Pour quels intérêts politiques sordides ?J’aimerais quand même signaler que : en 1942, Churchill qui était plus qu’excédé contre De Gaulle (ce dernier devant se rendre en Afrique), fit parvenir à Vichy... pour Pétain, l’immatriculation de l’avion du « Chef de la France libre », l’itinéraire prévu et les escales envisagées... Pétain fit détruire ces documents et déclara... « Je ne mange pas de ce pain là ».A côté des mensonges du « politiquement correct », il y a l’Histoire... Un jour viendra où elle jugera ! 

 

 Roger HOLEINDRE 

  Premier Vice-président du Front national  

  Président du Cercle National des Combattants


>

Partager cet article
Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 17:19

Trésors secrets des Papes

  • Trésors secrets des Papes
  • Prix : 8.90 €
 
Ils furent les plus fabuleux mécènes de tous les temps. Leur quête de la beauté, leur désir de concilier la foi et la raison, de manifester la puissance civilisatrice de la religion dont ils étaient les chefs, les propagateurs et les interprètes, se traduisirent par une profusion de commandes comme on n’en avait jamais vu sous le ciel. Ils firent peindre à fresque les murs de leur palais, de leurs appartements, de leurs chapelles par une pléiade d’artistes comme il ne s’en rencontre pas deux fois par siècle : Fra Angelico, Mantegna, Botticelli, Pérugin, Ghirlandaio, Rosselli, Pinturicchio, Raphaël, Michel-Ange. Ils collectionnèrent les statues d’époque hellénistique et les portraits romains, les dieux fleuve et les sarcophages paléochrétiens, les manuscrits, les tapisseries, les mosaïques, les gemmes, les camées, les papyrus, les inscriptions. Peinture, sculpture, architecture, dessins, gravures, arts décoratifs ; archéologie grecque, romaine, égyptienne, étrusque ; géographie, astronomie, géométrie ; art sacré, art profane : leur curiosité ne se satisfit ni de l’antiquité classique à la redécouverte de laquelle leur époque allait devoir son nom, ni des chefs-d’œuvre de la production artistique qui leur était contemporaine. Elle s’étendit jusqu’aux trouvailles exotiques des plus aventureux de leurs missionnaires.

Michel De Jaeghere
Directeur de la Rédaction

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement
 

 

 

 

Texte Libre