À des parents d’élèves qui lui demandaient pourquoi on servait à leurs enfants des menus « halal » dans les cantines scolaires de Strasbourg et pas de repas maigre par exemple avec du poisson le vendredi, le maire de Strasbourg Roland Ries a répondu par cette sublime, cette incandescente déclaration digne de passer à la postérité, car illustrant génialement l’admirable synthèse dialectique de l’islam et de la laïcité, désormais appelée « Allahicité ! ».

« Nous servons de la viande halal par respect pour la diversité, mais pas de poisson par respect pour la laïcité ».

En une phrase est ainsi sublimement résumé le principe de préférence islamique et de mépris antichrétien des fanatiques laïques.

Le bureau directeur de l’AGRIF réuni ce jour a décidé de lui décerner le premier grand prix qui récompensera désormais chaque année un grand penseur ou poète de l’Allahicité. Bernard Antony viendra ce printemps à Strasbourg pour remettre le prix au maire Roland Ries.