Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 16:18

France, la faillite ? Les scénarios de crise de la dette.

                                                                               PRIX:14,00 euros -5%

Présentation de l'éditeur

Où nous mène cette fuite en avant ? A la fois enquête de fond et guide pratique, France, la faillite ? explique comment on en est arrivé à un tel niveau d'endettement, évalue les risques de faillite de l'Etat, et donne les indicateurs à surveiller. Sans imposer une lecture ou un point de vue, Philippe Herlin examine 10 scénarios de " krach de la dette " et les solutions qui pourraient être apportées. Pour la première fois, un livre se penche sur les conséquences concrètes d'une faillite de l'Etat sur la vie quotidienne des Français : quel cataclysme nous attend ? Aurons-nous encore accès à nos comptes bancaires ? Comment protéger son patrimoine, autant que faire se peut ? Car personne ne serait épargné...

Biographie de l'auteur

Philippe Herlin est le responsable du premier blog d'information sur la dette de la France, ladettedelafrance. fr. Il est par ailleurs chercheur en finance et chargé de cours au Conservatoire national des arts et métiers. Il vient de publier Finance : le nouveau paradigme (Editions d'Organisation, 2010).
LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE
15,AVENUE FOCH
Repost 0
Published by over - dans ECONOMIE
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 16:13

L'autre Jérusalem

                                                                                  prix:22,00 euros -5%

Présentation de l'éditeur

L'histoire que je raconte dans ces pages est plus précisément celle des communautés ashkénazes de Russie, Ukraine, Pologne Lituanie, Galicie et Moldavie. Elle court de l'époque napoléonienne et jusqu'à ce que, vers 1970, s achève l'intégration de la troisième génération de descendants des immigrants en Amérique du début du siècle.
Immigrés aux États-Unis leur sort changea du tout au tout. Dans une société en développement économique rapide où ils jouissaient des droits civiques et n'étaient victimes que de relativement peu de discriminations, ils libéralisèrent leur religion et firent tomber leurs propres préventions et interdits. Ils s'intégrèrent avec enthousiasme à la civilisation de ce pays, véritable Eldorado plus encore que nouvelle Jérusalem, et réussirent une ascension sociale et intellectuelle fulgurante. Les descendants de misérables immigrés obtinrent des dizaines de prix Nobel et formèrent, à l'aube des années 1970, le groupe ethnique le plus prospère des États-Unis. Le dernier chapitre de cet ouvrage donne l'explication de ce véritable miracle.
Cette explication fait appel à la sociologie et à l'économie et repose sur les recherches les plus récentes dans ces domaines. Elle est donc hautement originale et se différencie clairement de l abondante littérature traitant des Juifs et de l'argent ou décrivant les pérégrinations du peuple élu. Elle invoque indirectement la religion qui, en obligeant les pères à enseigner la lecture de la Torah à leurs fils, a fait des Juifs, depuis des temps fort reculés, des lettrés.
Leur lettrisme a constitué pour les Juifs un atout économique considérable dont ils ont tiré avantage en s'urbanisant et en se spécialisant dans des métiers d'intermédiation et d'artisanat. Arrivés dans une Amérique en forte croissance économique et en pleine urbanisation et où, de surcroît, la production de vêtements, l'une de leurs spécialisations traditionnelles, connaissait un développement sans précédent.

Biographie de l'auteur

Florin Aftalion, professeur émérite à l'ESSEC a également enseigné aux Universités de New York, Northwestern et Tel-Aviv.
LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE
15,AVENUE FOCH
Repost 0
Published by over - dans Histoire
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 15:55

Tara Duncan, Tome 8 :l'impératrice maléfique

                                                                                PRIX:19,90 euros -5%

 

Présentation de l'éditeur

Bannie sur Terre pour avoir failli détruire AutreMonde, Tara est coupée de toute sa vie passée. Aucune nouvelle de ses amis, Robin l elfe aux beaux yeux, Cal le Voleur Patenté ni Moineau la douce... Loin de son MagicGang, le temps paraît bien long à la jeune fille.
Mais le jour de ses seize ans, des nouvelles terribles lui parviennent dans son exil : sur AutreMonde, les sangraves de Magister mènent une attaque simultanée contre les dirigeants des États et les membres du MagicGang. Il y a des blessés, on est encore sans nouvelles de certains...
La jeune fille comprend avec terreur que Magister veut anéantir ses proches.
Sans ses amis, elle n est rien, et il le sait. Quand il les aura neutralisés, il aura le pouvoir à portée de main.
Sauf que le coupable n est pas Magister. La réalité que va découvrir Tara est bien pire. Folle d angoisse et de rage, elle se décide à passer dans la clandestinité : elle va entrer illégalement sur le territoire magique pour aller au secours d AutreMonde. Même si le seul moyen d y parvenir est de traverser les dangereuses Limbes démoniaques...


Aventure, amour, humour, magie : on retrouve ici avec bonheur les ingrédients qui ont fait l immense succès de la sortcelière préférée des jeunes lecteurs !
A l'automne 2010, la diffusion du dessin animé Tara Duncan, sur M6, va faire grand bruit dans le monde de la jeunesse...
Repost 0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 15:46

Philippe Noiret de père en filles

                                                                                  PRIX:17,95 euros -5%

Résumé

Un livre de souvenirs familial où Frédérique Noiret, sa fille, et Déborah Grall, sa petite-fille, dévoilent la personnalité de l'acteur Philippe Noiret.

Quatrième de couverture

«J'ai faim !» Quand il rentrait à la maison après une journée de tournage ou une chevauchée dans les bois, mieux valait se précipiter pour le servir.

Un doux tyran, Philippe Noiret. Mais surtout un seigneur, qui couvrait son épouse et sa fille de cadeaux somptueux. Un mari fou d'amour, un papa tendresse mais pudique, qui ne savait pas comment s'y prendre avec un enfant. Frédérique pense chaque jour à ce gentleman élégant et baroque qui aimait la campagne, les chevaux, collectionnait les pulls en cachemire, les chaussures sur mesure, les grenouilles miniatures et... les tables ! Il pouvait s'en offrir : 150 films, dont il partageait les anecdotes de coulisses avec Jean-Pierre Marielle, Michel Boujenah ou Jean Rochefort, l'ami.

À la naissance de Deborah, sa petite-fille, le miracle a eu lieu. Muet d'émotion pendant dix jours, Philippe Noiret s'est enfin familiarisé avec sa descendance. Et là, ils ne se sont plus quittés, tous les trois.

De leurs souvenirs, Frédérique et Deborah ont fait un livre de sourires embués d'émotion, où le talent de l'acteur, qui se voulait simple «artisan», se trouve presque supplanté par le charme de l'homme.

 

http://www.youtube.com/watch?v=ifMxOgYRiFI


 LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE

15,AVENUE FOCH

Repost 0
Published by over - dans Mondanité
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 15:24

 

 

En ce début d'année 2005, deux conversations convainquent définitivement Steve EISMAN, obscur gestionnaire américain de hedge fund (fonds spéculatif), de l'implosion imminente du système financier.

D'abord quand sa femme de ménage sud-américaine lui raconte qu'elle s'est vu proposer un emprunt pour une maison à New-York sans le moindre apport. Ensuite, quand il apprend que la nourrice jamaïcaine de ses jumeaux est devenue d'un coup propriétaire de six maisons avec sa soeur dans le Queens. Ces deux exemples confortent son intuition : il faut "shorter" - c'est-à-dire parier à la baisse, dans le jargon de Wall-Street les produits financiers liés aux subprimes, ces emprunts immobiliers accordés en rafale à des Américains peu solvables et à l'origine de la crise de 2008.

 
 
 

Dans The Big-Short, énorme succès aux Etats-Unis et titré Le Casse du siècle dans sa traduction française, le journaliste américain , lui-même ancien trader, raconte comment un tout petit groupe d'investisseurs a anticipé bien avant tout le monde l'explosion de la bulle immobilière. Et a tiré profit cet aveuglement généralisé pour faire fortune.

Presque des personnages de roman, à mille lieues des hommes traditionnellement en cour à Wall Street : un ex-interne en neurologie, borgne et obsessionnel, qui a monté son propre hedge fund sans aucune formation financière ; un trader de la Deutshe-Bank incontrôlable et traversant les Etats-Unis avec sa méthode ""shorter" les tranches les plus risquées des obligations subprimes" ; trois jeunes installés dans un garage californien pour lancer leur "hedge fund d'amateurs" avec seulement 110 000 dollars...

A travers ces visionnaires, Michael Lewis offre une plongée vertigineuse dans l'incurie et le cynisme de Wall Street : "Le marché aurait pu apprendre une leçon simple : "ne prêtez pas aux gens qui ne peuvent pas rembourser". Mais à la place, il avait appris une leçon compliquée : vous pouvez toujours accorder ces prêts, faites-les juste disparaître de votre book. Accordez les prêts, puis revendez-les aux départements obligataires des grandes banques d'investissement de Wall Street, qui les assembleront à leur tour sous forme d'obligations hypothécaires qu'elles revendront aux investisseurs." Et chacun de s'en aller refiler ces produits pourris à d'autres, en engrangeant au passage de plantureux gains.

Cécité

Les pythies de Michael Lewis, elles, cherchent à comprendre ce qui se cache dans ces produits financiers de plus en plus complexes et barbares : CDO, CDO synthétiques, CDO au carré... Et de s'apercevoir très rapidement que presque plus personne ne comprenait réellement ce qu'ils achetaient, vendaient, assuraient ou notaient. Et qu'ils s'en fichaient éperdument. Steve Eisman sort ainsi estomaqué d'un entretien avec le tout-puissant patron de Bank of America de l'époque,Ken Lewis : "Oh mon dieu, il est idiot !"

Jusqu'au jour où des grands noms de la finance américaine -Goldman-Sachs en tête - s'apercevront de l'imminence du krach, adopteront des stratégies semblables à celles des "héros" de Michael Lewis et profiteront de la cécité de leurs concurrents. Car c'est une règle d'or à Wall Street : ne jamais craindre la volte-face. The Big Short vient d'ailleurs d'être nominé pour le prix du livre économique de l'année, décerné par le Financial Times et... Goldman Sachs.

prix:20,00 euros -5%

 

 

LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE

15,AVENUE FOCH 


Repost 0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 14:48

Editorial – Islamisation : l’aveuglement politique (revue Civitas)

Par Alain Escada

 

« Tout le monde doit devenir musulman. (…) Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qui attestent qu’Allah nous accordera une grande victoire en Europe : sans épées, sans fusils, sans conquêtes. Les 50 millions de musulmans d’Europe feront de cette dernière un continent musulman. Il y aura alors 150 millions de musulmans en Europe. L’Europe subit notre prosélytisme, tout comme l’Amérique. Elle a le choix de devenir musulmane ou de déclarer la guerre aux musulmans. »

Cet avertissement prononcé par Kadhafi à Tombouctou le 10 juin 2006 n’a été suivi d’aucune réaction d’un dirigeant politique européen.

 

Comme un nouvel écho à la déclaration de Jacques Chirac affirmant que « les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes », le 26 janvier de cette année 2010, le journal Libération publiait un cahier spécial intitulé « L‘islam, une religion française ». Le même jour, une mission parlementaire remettait à l’Elysée un rapport proposant notamment un effort accru « en faveur de l’enseignement de la langue arabe », une aide directe au financement des mosquées et la reconnaissance de l’Aïd el-Kébir au même titre que Pâques, comme l’exige d’ailleurs Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) créé par un ministre de l’Intérieur nommé Sarkozy.

 

Oui, les musulmans ont un allié en Sarkozy qui « reconnaît à l’islam le droit d’être compté comme une des grandes religions de France », « au nom de l’idéal républicain ».

Républicains, les musulmans le sont à géométrie variable. Ils pratiquent la taqia, qui signifie « visière » en arabe. La taqia consiste à faire le gros dos quand on est en situation de faiblesse, et tenir le langage de celui que l’on a en face de soi pour mieux avancer ses pions. Mais derrière, il y a une véritable stratégie de conquête, remarquablement expliquée dans un livre intitulé Un cheval de Troie moderne : la doctrine islamique de l’immigration (1). D’abord, faire accepter des activités caractéristiques de l’islam et banaliser sa présence physique visible (mosquées, écoles coraniques, centres culturels musulmans,…). Ensuite, décourager toute intégration des musulmans et promouvoir l’islamisation de la société d’accueil en l’incitant à accepter des accommodements aux particularismes des musulmans (voyez l’Angleterre où la revendication de tribunaux islamiques pour juger les justiciables musulmans s’est déjà traduite par la coexistence de deux systèmes de jurisprudence). Simultanément, au nom de la lutte contre les discriminations, obtenir pour des musulmans des fonctions visibles en politique, dans les médias, dans les grands corps de l’Etat. Enfin, lorsque la communauté musulmane est assez solide et puissante, commence la bataille pour obtenir un statut spécial et l’application de la charia. Ainsi, aux Pays-Bas en janvier 2009, Ahmed Marcouch, le maire d’un arrondissement d’Amsterdam, a réclamé qu’une partie d’Amsterdam soit déclarée enclave musulmane dans la capitale néerlandaise. Les revendications musulmanes se durcissent au fur et à mesure que les musulmans développent leur poids démographique. Selon l’expression de l’écrivain iranien Chahdortt Djavann (2), il s’agit bien d’une stratégie de « colonisation », si l’on songe que, là où vivent les musulmans, là est pour eux la terre d’islam, et que l’islam est naturellement expansionniste.

Il y a chez beaucoup un véritable aveuglement idéologique qui empêche de comprendre l’ampleur du phénomène, de mesurer ses conséquences et de prendre les remèdes qui s’imposent.

Mais il faut aussi être conscient du piège des intérêts économiques dans lequel se sont laissés enfermer nos dirigeants. En 2004, Tarek Ramadan, auquel Sarkozy avait imprudemment offert une tribune à la télévision, avait répliqué adroitement : « Puisque celui qui défend la lapidation est un « déséquilibré », oserez-vous dire que le roi Fahd d’Arabie Saoudite, qui non seulement la défend mais impose son application, est un « déséquilibré » profond ?» Et Ramadan fustigea, ce qui ne manque pas de sel, le « double discours » de Sarkozy. Et, au-delà de la question des contrats avec des pays comme l’Arabie Saoudite, il serait intéressant d’analyser également le phénomène des banques islamiques, leur propagation en Europe et les conséquences de celle-ci. La finance islamique pesait en 2009 plus de 800 milliards de dollars dans le monde. En 2020, les analystes en espèrent au moins le double. De quoi faire rêver certains milieux financiers avides et sans scrupule. Le Crédit Agricole a ouvert la voie avec la CAAM Islamic, sa première SICAV « Charia compatible » « respectueuse des grands principes fondateurs de l’Islam » et pour lequel il s’est « entouré d’un aréopage d’érudits musulmans, réunis dans un comité de conformité Charia, pour homologuer une forme innovante de financement ».

Face à cette angoissante réalité, prions et agissons avec CIVITAS pour que notre pays dispose rapidement de décideurs politiques qui, comme le ministre italien Roberto Calderoli, oseront fièrement proclamer : « Oui aux clochers, non aux minarets ! ».

 

 

 

(1)   par Sam Solomon, ancien professeur de droit musulman converti au christianisme, et Elias Al Maqdisi, spécialiste de l’islam.

(2)   Auteur du livre Que pense Allah de l’Europe ? (Gallimard)

 

Que pense Allah de l'Europe ?

L'Europe, un laboratoire idéal pour les islamistes ?
En analysant, jusque dans ses plus récentes évolutions, le discours des islamistes et ses stratégies, l'auteur nous révèle leur objectif : peser politiquement sur l'Europe de demain. 

PRIX:3,00 euros

 

LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE

15,AVENUE FOCH 

Repost 0
Published by over - dans Société
commenter cet article
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 07:52

 La réconciliation impossible

                                                                             prix:15,00 euros -5%

                                                                         

LA RÉCONCILIATION IMPOSSIBLE
Par Franck Abed
[21/15 cm 98 p.]

Ce livre expose de manière véritable les déchirements vécus en France depuis 1789 à travers le dialogue de deux personnes que tout oppose.
La scène se déroule à Paris en 1802, le pays semblait retrouver son calme d’antan avec à sa tête, un général soupçonné de sympathies jacobines. Cela lui avait valu d’ailleurs quelques jours de prison à Antibes en 1794. Le 9 novembre 1799 un coup d’Etat lui permit de devenir le premier homme de la France. Conscient des divisions qui régnaient dans le pays, il déclara par la suite : “Ni bonnet rouge, ni talon rouge, je suis national”. Voulant se placer au-dessus des partis, le nouvel homme fort du pays entendait réconcilier l’ancienne et la nouvelle France. Ce dialogue que vous lirez dévoile les enjeux parfois insoupçonnés et cruciaux qui dominèrent en ce début de siècle. Tout le monde se fend actuellement de commentaires sur cette période et les discussions s’animent souvent très promptement à l’évocation de la Révolution de 1789. La blessure provoquée par la période révolutionnaire ne paraît pas être cicatrisée dans notre pays, loin s‘en faut. L’échange qui suit expose donc clairement les disputes survenues au tout début du dix-neuvième siècle et par la suite. Souvent, vous ressentirez une impression très familière en lisant ce dialogue qui pourra s’avérer à la fois très ancien et contemporain car les problématiques politiques, sociales, religieuses et culturelles soulevées par la tragédie révolutionnaire restent vivaces dans notre début de vingt-et-unième siècle.

 

LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE

15,AVENUE FOCH

Repost 0
Published by over - dans Société
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 16:40

Sortie du livre “Ces maires qui courtisent l’Islam”, le 17 octobre 2010

Alain Juppé dit avoir « d’excellentes relations » avec les « principaux leaders » de la communauté musulmane de Bordeaux.Tareq Oubrou, futur imâm de la Grande Mosquée de Bordeaux est pourtant un laudateur des Frères musulmans pour qui « la frontière est une méprisable hérésie », réclamant la dissolution de la France dans un Califat mondial.

Jean-Claude Gaudin ménage lui toutes les composantes de l’islamisme marseillais, sa mairie allant jusqu’à réaliser les dossiers de presse du mouvement Tabligh.

A Paris, Bertrand Delanoë offre 20 millions d’euros pour un Institut musulman, dont le site officiel Paris.fr nous informe comporter des salles de culte, c’est-à-dire une mosquée.

A Strasbourg, la nouvelle mosquée – financée par les collectivités locales – entretient des liens étroits avec l’islam radical.

Certains élus UMP demandent une loi punissant l’« injure au fondement d’une religion », soit le délit de blasphème prévu par la charia, suite à l’affaire des caricatures de Mahomet. Etc. etc. etc.

Après avoir dressé la longue liste des courtisans de l’islamisme, l’auteur s’interroge sur la capacité de nos démocraties modernes à endiguer les totalitarismes.

 

Joachim Veliocas sur le congrès d'extrémistes à Montréal le 25 septembre

Le Français Joachim Veliocas dirige l'Observatoire de l'islamisation. Il est l'auteur du livre L'islamisation de la France. Dans cette entrevue à l'émission de Benoît Dutrizac sur radio corus, il parle des Frères musulmans, leur histoire, leur stratégie et les valeurs qu'ils promeuvent.

Il a aussi annoncé en avant première la sortie imminente de son enquête Ces Maires qui courtisent l'islamisme (éditions Tatamis, octobre 2010) sur "ce qu'il faut appeller une nouvelle collaboration entre des grands élus et un totalitarisme", qui sera en librairie en France le 1er octobre. 

Les Frères musulmans sont des extrémistes qui oeuvrent à l'établissement d'états islamiquies régis par la charia, une loi incompatible avec les principes démocratiques et les libertés fondamentales. Un groupe lié à cette organisation séditieuse et subversive tiendra le 25 septembre à Montréal ce qu'ils appellent "la plus grande conférence islamique de l'histoire de Montréal".  Cette conférence se déroulera au Palais des congrès de Montréal, propriété du gouvernement du Québec. Les contribuables québécois se trouvent bien malgré eux à faciliter la propagation d'une idéologie suprémaciste abjecte et à collaborer au recrutement d'adeptes. Pour des renseignements additionnels et pour protester contre cet usage odieux d'un édifice public, écrire aux personnes mentionnées ici.   

Selon le rapport sur la charia d'un groupe d'experts américains de haut niveau publié il y a quelques jours, les extrémistes ne sont pas seulement les musulmans qui ont recours au terrorisme. Pour ces experts, la ligne de démarcation entre musulmans "modérés" et "extrémistes"  est la charia. Ceux qui promeuvent la charia sont des extrémistes : la seule chose qui les distingue des terroristes est le fait qu'ils utilisent des moyens non-violents. Ils poursuivent les mêmes objectifs fondés sur la même doctrine. Lire les conclusions du rapport ici.
Dutrizac interroge Joachim Veliocas:
 
LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE
15,AVENUE FOCH 
Repost 0
Published by over - dans Société
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 16:06

 

Jean Raspail, miroir d'une oeuvre

                                    PRIX:10,00 euros

Présentation de l'éditeur

Dans la " morne plaine " du monde littéraire contemporain, Raspail fait partie des très rares romanciers qui émergent de la médiocrité. Pour le dire sans détours, il y a chez lui du génie : faute impardonnable aujourd'hui... Pire encore pour beaucoup : sa haine de tout consensus mou et son amour ardent de la civilisation occidentale. Chantre des épopées qui échouent, il pourrait passer pour pessimiste, mais chacun de ses livres est une invitation pour le lecteur à réussir sa propre aventure individuelle. Si l'on ne peut toujours changer LA vie, il reste possible de changer DE vie. Une cause noblement défendue grandit celui qui se bat pour elle. Elle enrichit le monde d'un peu de " panache " et de ce " supplément d'âme " qui seul peut l'empêcher de mourir tout à fait. Dans son petit essai, Madeleine Roussel nous promène à travers l'oeuvre de Raspail " avec exactitude topographique et véritable compréhension du "terrain" : virtuosité et intelligence " (lettre de Jean Raspail à l'auteur). C'est de fait une magnifique analyse littéraire conduite avec ordre et logique, qui donne au lecteur l'agréable impression d'être intelligent...
LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE
15,AVENUE FOCH
Repost 0
Published by over - dans biographie
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 16:04

Les veuves de Santiago

Les veuves de Santiago

 

 

UN CHEF D’ŒUVRE DE JEAN RASPAIL
RELIÉ ET ENTIÈREMENT ILLUSTRÉ EN COULEUR

 

 AU PRIX EXCEPTIONNEL DE 28 € PORT OFFERT

 

   Les Veuves de Santiago vous emportent au galop en terre indienne, sur l’altiplano du Pérou, face à l’irruption de la société moderne.
   Outre la vie, les traditions, la déchéance des grands féodaux propriétaires d’haciendas, Jean Raspail met en scène la lutte acharnée, mais aussi les joies, les peines, les amours de femmes altières et séductrices qui vont entraîner leurs hommes sur le chemin de la résistance.
   Horizons infinis, cavaliers fils de conquistadors, épouses, servantes-maîtresses, mères ou amantes de haut caractère, cette histoire de chair et de sang s’ouvre par la prédiction d’un sorcier bossu…
   Les aquarelles du peintre et grand voyageur Yan Méot illustrent magnifiquement cette saga d’un monde perdu.

   Jean Raspail est notamment l’auteur du Camp des Saints, de Sire, de Qui se souvient des Hommes, du Roi de Patagonie, de L’Anneau du Pêcheur et des Sept Cavaliers, adaptés à la bande dessinée par Jacques Terpant.
   Yan Méot, journaliste et peintre, a été rédacteur en chef de
Madame Figaro, Géo, Grands reportages, et directeur adjoint du Figaro magazine. Il a récemment illustré La Manche de Don Quichotte et Vienne fin de siècle de Denis Tillinac (Éd. de la Table Ronde).

 

LIBRAIRIE DE NEUILLY-PLAISANCE

15,AVENUE FOCH

Repost 0

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement

 

 

 

 

Texte Libre