Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 07:21

Voici une brève analyse historique, mettant en relief tous les mensonges que l’école et les médias républicains ont enseigné et enseignent encore sur l’Ancien Régime. Cette vidéo dévoile des aspects déformés de la vie sous l’Ancien Régime ainsi que les conditions de travail de l’époque. Sans oublier la naissance du libéralisme économique qui engendra l’apparition du prolétariat et de la misère ouvrière à partir de la Révolution et de sa fameuse loi Le Chapelier interdisant les corporations, et qui engendrera à son tour le socialo-marxisme.

L’âme de la France a été tuée lorsque le Roi a été assassiné le 21 janvier 1793. Depuis, la Fille aînée de l’Église n’est plus que l’ombre d’elle-même. La République nous fait vivre dans le mensonge. Voici une brève vidéo sur un peu de vérité sur l’histoire de notre pays: les 12 ou 13 siècle de l’Ancien Régime, depuis le baptême de Clovis en 476 jusqu’à l’assassinat de Louis XVI en 1793, ne se résument pas en quelques minutes, cette vidéo se contente de dénoncer quelques mensonges parmi les plus saisissants.

La Fille aînée de l’Eglise a été confirmée par Jeanne d’Arc, messagère de Dieu, mille ans après son baptême. Depuis le martyre de la Sainte environ 500 ans se sont écoulés et entre-temps nous avons subi la Révolution. Cela donne une perspective historique intéressante pour avoir une idée de la durée de l’Ancien Régime. Faudra-t-il attendre 500 ans de plus pour que la France renouvelle les promesses de son baptême ? Ou bien sommes-nous déjà sous le règne de l’Antéchrist ? En l’an mille, et durant le Grand Schisme, les Français pensaient déjà que la fin du monde arrivait…


« Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient » Otto de Habsbourg.
Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pa
s.

Emilie Defresne

Repost 0
Published by over
commenter cet article
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 10:38
Repost 0
Published by over
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 08:19

Emission exceptionnelle sur la contre-histoire de de Gaulle.

 

Adrien Abauzit, auteur, conférencier et avocat, lors d'un entretien pour Meta-Tv a exposé le résultat de ses recherches sur le véritable rôle joué par le maréchal Pétain et celui du général de Gaulle pendant la seconde guerre mondiale. Il explique avoir été gaulliste jusqu'en 2012 (3e partie, 25:38) "tellement pris dans ce conditionnement" qu'il n'osait pas "franchir ce pas" et ayant "des blocages internes". Il ne connaissait qu'"une partie de la vérité qui permettait d'avoir une autre vision de de Gaulle". Mais ensuite, au fil de ses recherches et de ses lectures, "au bout d'un moment, on en tire les conclusions".

 

Sa démonstration s'appuie sur de nombreuses sources inspirées directement par les ouvrages des témoins direct et des anciens acteurs importants de cette période.

 

C'est la première fois depuis la fin de la seconde guerre mondiale qu'une émission est consacrée à la réhabilitation du véritable rôle historique joué par le Maréchal Pétain.

Extrait :

 

Adrien Abauzit commence par poser une question : "Si de Gaulle est une icône du nationalisme, (nous sommes dans un monde où le nationalisme et l'amour de la France sont diabolisés) comment se fait-il que cet individu est sanctifié ?"

 

- Le journaliste présentateur Tepa de Meta-Tv ajoute : "et sanctifié par les partis opposés ! Donc de Gaulle est le seul dénominateur commun pour tous les partis."

 

- A. A. : "C'est le totem incontournable."

 

Adrien Abauzit explique qu'il avait eu l'idée de cette émission et en avait parlé à Meta-Tv avant l'été.

- A. A. : "Ce qui est très intéressant, c'est que depuis lors (cet été), il y a eu la polémique Zemmour/Salamé qui a remis la question Pétain au centre du débat public. Ce qui est curieux, a priori irrationnel. Pourquoi vouloir parler de ça ? Et bien pour une raison très simple : aujourd'hui en 2014, il y a une partie de la France qui a envie de mourir en tant que France. Pourquoi a-t-elle envie de mourir ? Parce qu'elle est structurée par la haine de soi. Pourquoi est-elle structurée par la haine de soi ? Deux raisons. La première parce qu'elle est pétrie par l'idéologie des Lumières qui aboutit à la haine de soi. Deuxième raison : si comme le disent les gaullo-communistes Pétain est une ordure, la France est une ordure puisque la France entière s'est ralliée à Pétain. Donc nous sommes un pays d'ordures... Donc je voulais faire cette émission pour remettre les pendules à l'heure. Et bien entendu je vais dédier cette émission à quelques personnages comme le général Weygand, comme l'amiral Auphan, comme Louis-Dominique Girard (ancien chef de cabinet du maréchal Pétain, Ndlr.), maître Jacques Isorni et Louis Rougier, auteur de de Gaulle contre de Gaulle, avec le drapeau de la Grande-Bretagne et le drapeau de l'Urss..., un livre qui dans la catégorie envoi de scuds, celui-là fait très très mal.

[...] L'une des choses que je vais essayer de démontrer ce soir, c'est que de Gaulle n'était pas l'âme de la Résistance. Il n'a initié aucun mouvement de la Résistance. Si la France a été du côté des vainqueurs à la fin de la guerre, ce n'est absolument pas grâce au général de Gaulle. Et le général de Gaulle a commis un crime contre la France en 1944-45, dont on paye aujourd'hui les conséquences encore.

Rudolf von Sebottendorf

 

Fils d’un conducteur de locomotive, ingénieur, d’origine allemande, naturalisé Turc en 1911, donc citoyen de l’Empire ottoman, se prétendait légataire universel d’un baron von SEBOTTENDORF. Occultiste, astrologue, historien de la franc-maçonnerie et des sociétés secrètes, il affirmait avoir été initié par la confrérie musulmane soufie BEKTASHI. Il voulait concilier la franc-maçonnerie et le Coran.

Il est l’auteur d’ouvrages comme «La pratique de l’ancienne franc-maçonnerie turque», «La clé de la compréhension de l’alchimie» (1920), «Le talisman des rose-croix» (un roman de 1925) et son célèbre «Avant qu’HITLER ne vienne» (1933).

Les nazis n’apprécièrent pas ce qu’il avait écrit dans cet ouvrage «J’ai semé ce que le Führer fait lever». L’interdiction des sociétés secrètes décrétée en 1937 mit fin aux activités de la Société de Thulé.

 

Source:http://lamemoiredeluzian.blogspot.fr/2013/03/21-les-runes-de-thule.html

 

Sebottendorf se serait suicidé en se jetant dans le Bosphore en 1945.

Société de Thulé,

secte ésotérico-politique fondée par le franc-maçon Rudolf von Rudolf von Sebottendorf

[...] La Seconde guerre mondiale est une guerre qui a pour origine la folie d'un homme qui est Adolf Hitler, qui est peut-être le plus grand ennemi de la France de toute son histoire. Hitler était nazi. Qu'est-ce que le nazisme ? Le nazisme a des origines lointaines, mais pour ne parler que du XXe siècle, à la base il y a un homme qui s'appelait Rudolf von Sebottendorf, qui est un allemand très bizarre. Né en 1875, il a vécu en Turquie, il s'est fait naturalisé turc en 1908, il s'est converti à l'islam et à l'époque, il a essayé de concilier l'islam et la franc-maçonnerie. Rentré en Allemagne en 1918 il va s'affilier à une société ésotérique qui s'appelle l'Ordre des Germains, et il va créer la branche bavaroise de l'Ordre des Germains qui s'appelle la société Thulé, qui existe encore. Il faut le savoir. Et la Société Thulé va produire la doctrine du national-socialisme. Donc cela va être un mélange de paganisme, de mythologie germanique, et de pangermanisme, quelque chose de très tordu. Et une grande partie des cadres du nazisme sont passés par la Société Thulé. Je n'ai pas les noms en tête, mais je crois qu'il y avait Rudolf Hess, Jules Streicher, Hitler aussi peut-être.

 

Comment peut-on résumer l'idéologie du national-socialisme ? C'est très simple, moi je la résume par une petite formule : c'est la rencontre entre la philosophie des Lumières et le pangermanisme. La philosophie des Lumières veut créer un homme nouveau, par l'abolition du passé. Le national-socialisme veut créer un homme nouveau, un nouvel Adam, qui sera l'aryen. Et il veut le créer notamment en éradiquant le reliquat de christianisme dans les sociétés européennes. Donc il faut comprendre que pour les nazis, les vrais, la Seconde Guerre mondiale c'est une guerre de religion. On ne peut pas comprendre la haine de Hitler contre le christianisme et contre le judaïsme (malgré l'incompatibilité théologique entre les deux d'ailleurs) si on ne comprend pas qu'il s'agissait pour Hitler d'une guerre de religion.

 

Donc la Thulé Gesellschaft a créé cette idéologie nazie. Elle demande à un individu qui est un de ses membres,Anton Drexler de créer un parti, le parti ouvrier allemand (Deutsche Arbeiter partei, 1919). Hitler va intégrer ce parti et en prendre la tête (1923). Dix ans après il sera au pouvoir.

 

En 1939, l'Angleterre pour protéger l'intégrité territoriale de la Pologne déclare la guerre à l'Allemagne et la France suit l'Angleterre et déclare aussi la guerre à l'Allemagne. Hitler a tout fait pour provoquer cette guerre, il était parfaitement au courant que la France et l'Angleterre s'étaient engagées à maintenir l'intégrité de la Pologne. Donc il l'a cherchée.

 

[...] Au mois d'octobre 1939, le Parti communiste français, qui à l'époque était allié avec les nazis au titre du Pacte germano-soviétique, a demandé à ce que l'on fasse la paix avec Hitler qui avait demandé la paix en octobre 39, et ce sont les communistes qui ont demandé à ce qu'on écoute cette proposition d'Hitler. Les communistes étaient au début de la guerre alliés des nazis. Il faut ajouter que les communistes sabotaient les usines d'armements françaises et le matériel français.

 

 

Nous arrivons au mois de février 1940. A ce moment-là, Daladier est encore président du Conseil et Chamberlain, Premier ministre (en Angleterre Ndlr.). A Versailles, deux personnes vont se rencontrer, monsieur Paul Reynaud(ministre des affaires étrangères Ndlr.) et Churchill. Ils ne sont pas seuls et font venir quelques journalistes. Ils évoquent ce que devrait être la ligne à suivre pendant la guerre.

Et à ce moment-là, un pacte secret va naître entre Churchill et Paul Reynaud. Ce plan Reynaud-Churchill nous le connaissons grâce à deux ouvrages : 'Montoire, Verdun diplomatique' de Louis-Dominique Girard(qui a été directeur du cabinet civil de Pétain entre février 1944 et juillet 1944) et le livre de Lucien Galimand, 'Origine et déviations du Gaullisme. De Gaulle, agent de Reynaud ?'. Et je précise que Lucien Galimand, lui, à l'inverse, était un officier des FFI.

 

Comment est-on au courant de ce pacte secret entre Paul Reynaud et Churchill ? Parce queLucien Romier, qui était le patron du Figaro dans les années 30, était très proche de Paul Reynaud, et qu'il était à cette réunion de Versailles. Et Lucien Romier, qui a été ministre de Pétain, a évoqué cet entretien secret à l'entourage du maréchal Pétain.

 

Le plan Churchill-Reynaud est le suivant : Churchill et Reynaud prennent acte du fait que la France ne tiendra pas face à l'Allemagne parce que nous sommes beaucoup trop en retard en terme d'armement. Et l'Allemagne à ce moment-là est deux fois plus peuplée que la France (80 millions d'un côté, 40 millions de l'autre). Donc, les deux futurs Premiers ministres conviennent que lorsque l'armée française s'effondrera et capitulera, le gouvernement français devra alors s'exiler à Londres et à Londres, attendre que l'Angleterre surarmée par l'industrie américaine puisse envahir le continent, sachant que parallèlement le gouvernement français devra de son côté donner l'ordre de l'insurrection nationale, d'une sorte de guérilla généralisée sur tout le pays. C'est ce qui se passait déjà avec la Tchécoslovaquie: le gouvernement de Bénès était en Angleterre, le gouvernement polonais envahi était en Angleterre, etc. Ce plan Reynaud-Churchill est un des plus grands secrets de la Ve république. C'est interdit de le savoir. Il y a un plan secret entre Reynaud et Churchill qui consistait donc à déplacer le gouvernement en Angleterre une fois que la France serait submergée par l'armée allemande. On anticipe la défaite.

 

Arrive le mois de mars (1940), Daladier tombe, il chute parce qu'on le trouve trop mou dans la conduite de la guerre. Et qui va le remplacer ? Paul Reynaud. Le 28 mars 1940 est fait un traité entre la France et l'Angleterre en vertu duquel on ne concluera pas d'armistice et de paix définitif chacun de son côté : chaque pays s'engage à ne faire une paix qu'ensemble.

La Drôle de guerre va se terminer et les Allemands nous attaquent le 10 mai 1940 en passant par la Hollande et la Belgique. Et en fait, dès le 15 mai, la guerre est déjà perdue ! Paul Reynaud panique et il va appeler au gouvernement deux hommes. Et, j'ai oublié de le dire, depuis le 5 mai 1940, Paul Reynaud avait fait venir au gouvernement un certain Charles de Gaulle. Et il faut savoir que Paul Reynaud et Charles de Gaulle sont de proches collaborateurs depuis au moins 1935. De Gaulle était l'homme de Paul Reynaud. Il était parfaitement au courant du plan Reynaud-Churchill. Donc, face à la percée de Sedan, Reynaud panique et appelle au gouvernement deux hommes, le maréchal Pétain pour galvaniser le pays, parce que Pétain est un héros vivant à l'époque, et le général Weygand qui était au Moyen-Orient. Et Weygand va remplacer le général Gamelin. Mais les Anglais s'en vont sans nous prévenir (ils filent à l'anglaise, Ndlr...). La manoeuvre de Weygand ne va pas fonctionner et nous allons subir la plus grave défaite de notre histoire.

 

Le 12 juin, le général Weygand au Conseil des ministres va dire là on arrête, il faut demander l'armistice, c'est la débâcle totale, nos hommes se font massacrer. Le 13 juin, Pétain au Conseil des ministres se rallie à cette idée de demander l'armistice. Reynaud ne le veut pas et la majorité des ministres à ce moment-là ne le veut pas non plus. Le président de la république Lebrun ne le veut pas non plus. Le président du Sénat Jeanneney ne le veut pas non plus, le président de la Chambre des députés non plus, monsieur Herriot. Les ministres et Paul Reynaud veulent, dans un premier temps, partir en Afrique du nord à Alger, transférer le gouvernement à Alger. Pétain et Weygand sont contre puisqu'on n'entraîne pas la Patrie à la semelle de ses souliers. Pour défendre les Français c'est sur place qu'il faut le faire et non pas à l'étranger. A ce moment-là, un membre du gouvernement, ancien président du Front populaire, Camille Chautemps va avoir l'idée suivante : si nous partons en Afrique du Nord, nous passons pour des déserteurs auprès du peuple français et le peuple français ne l'acceptera jamais.

Donc il faut trouver un motif qui justifie ce départ en Afrique du nord. On va faire ce que les historiens appellent 'la transaction Chautemps' : nous allons demander aux Allemands quelles sont leurs conditions d'armistice, nous préjugeons que ces conditions seront déshonorantes, et donc nous aurons un motif pour ne pas accepter cet armistice et pour nous replier en Afrique du Nord. A l'époque on a en tête la question de la flotte française qui est la deuxième flotte du monde. Et en fait, ce qui va se jouer dans l'armistice c'est la question de la flotte. [...] C'est à ce moment-là que Paul Reynaud va faire un calcul qui nous est très bien connu grâce au livre deDominique Leca, 'La Rupture 1940'. Dominique Leca était un proche collaborateur de Paul Reynaud, avec lequel il a vécu au quotidien à partir de 1938. Il raconte le calcul de Paul Reynaud qui est le suivant : le pays ne comprendra pas que nous partions en Afrique du Nord. Donc il faut le justifier, mais moi Paul Reynaud je ne veux pas faire cette demande d'armistice. Et je ne veux pas incarner officiellement la rupture franco-anglaise. Donc je vais refiler la patate chaude à quelqu'un qui va demander l'armistice à ma place !... Et donc Paul Reynaud va démissionner à ce moment-là (alors que légalement il avait tous les pouvoirs pour aller en Afrique du nord s'il le voulait), il va demander à Lebrun de nommer Pétain président du Conseil, on va demander à Pétain de demander l'armistice, Hitler exigera la flotte et peut-être des concessions dans notre empire colonial. Cela sera une paix déshonorante que Pétain ne voudra pas faire, Pétain sera à ce moment-là obligé de demander aux armées de capituler, Pétain rendra sa démission, et moi Paul Reynaud je serai réinvesti par le président Albert Lebrun et nous pourrons partir en Afrique du nord, voire... en Angleterre ! Dominique Leca l'explique très bien dans son livre.

 

Pétain fait la demande d'armistice le 16 juin à minuit. Pendant deux jours on n'a pas de réponse, on continue à se battre sur le terrain jusqu'au 23 juin. Le 18 juin, on n'a pas de réponse, de Gaulle part (en Angleterre le 17 juin Ndlr.),à ce moment-là on ne se sait pas ce qui se passe encore. Le 19, on a une réponse des Allemands, les deux parties négocient. Du côté français le représentant est Charles Huntziger. Et finalement, on arrive à un texte d'armistice le 22 juin, mais petit problème ce texte n'exige pas la livraison de la flotte et ce texte ne touche pas à l'intégrité territoriale de la France et de son empire. Et là Reynaud (est coincé Ndlr.). Pétain va rester au pouvoir.

 

Revenons à de Gaulle. Pourquoi de Gaulle part-il le 18 juin ? Il faut savoir que le 16 juin, de Gaulle transmet au Conseil des ministres une proposition d'union franco-anglaise dans laquelle la France et l'Angleterre fusionnerait véritablement et ne fera plus qu'un seul pays. Cela, quand on est un patriote français c'est interdit !... Mais de Gaulle transmet cette proposition, qui d'ailleurs lui a été soufflée par Jean Monnet. Entendant cette proposition, le Conseil des ministres se prononce plutôt pour la 'transaction Chautemps'.

 

 

 

[...] Quand il part en Angleterre, le 17 au matin, il (de Gaulle) y va en pensant que Reynaud reprendra le pouvoir et le rejoindra.

Et qui donne 100.000 francs à de Gaulle quand il part prendre l'avion avec le général Spears ? Dominique Leca, le proche collaborateur de Paul Reynaud.

Donc de Gaulle quand il part et fait son appel du 18 juin, est encore l'agent de Paul Reynaud et attend que Reynaud et son futur gouvernement le rejoigne en Angleterre. Et nous arrivons à l''Appel du 18 juin'.

Que dit de Gaulle dans l'Appel du 18 juin ?

 

'J'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y retrouver, avec leurs armes ou sans leurs armes. J'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y retrouver à se mettre en rapport avec moi. Quoiqu'il arrive la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.'

 

Il appelle simplement les gens qui sont en Angleterre à le rejoindre. Et elle est où la résistance à ce moment-là? Elle est sur le front, pendant la bataille de France. A ce moment-là les armées continuent à se battre. Donc quand on dit qu'à ce moment (de l'Appel du 18 juin) de Gaulle a demandé de continuer de se battre, elle (la France) se bat encore ! Et de Gaulle attend Reynaud à ce moment-là, attend le gouvernement d'émigration Reynaud. C'est là un élément capital.

 

De Gaulle dans ses Mémoires nous dit 'Je suis parti le 17 juin parce que j'ai répondu à un appel du fond des âges'. Pipeau total, tu es parti parce que Spears t'a dit 'rappelle-toi du plan Reynaud-Churchill, ils vont arriver après toi en Angleterre, tu es l'avant-garde de ce gouvernement d'émigration, viens avec nous.

 

Je précise, un petit scoop qui nous est précisé par Henri de Kérillis, un des français les plus antinazis dans les années Trente et qui est parti aux Etats-Unis quand les Allemands sont arrivés... Dans son livre 'de Gaulle dictateur', Henri de Kérillis explique qu'il avait sous la main un rapport fait par Churchill à l'été 1943 qui pensait à s'en débarrasser.

 

Ce qu'il faut savoir c'est que de Gaulle a accepté de suivre Spears après que Spears se soit engagé à lui donner un salaire de général britannique et après qu'il se soit engagé qu'en cas de victoire allemande, on lui donne la nationalité britannique. C'est l'amour de la France cela ?

 

Et je précise que de Gaulle et Spears vont faire un accord, qui date je crois du 7 août 1940, dont la dernière clause nous dit que les Français qui s'engageraient dans la 'France libre' auraient des facilités aussi pour avoir la nationalité britannique si jamais ils avaient des problèmes à la fin de la guerre. Cela ne sent pas trop l'amour de la France tout cela !

 

Donc je vous disais, de Gaulle attend à ce moment le retour de Paul Reynaud. Quand va-t-il s'affranchir de Paul Reynaud ? Il va s'en affranchir entre le 22 juin et le 23 juin. Pourquoi ? Parce que Paul Reynaud va abandonner son projet de partir ! Pourquoi Paul Reynaud l'abandonne-t-il ? Finalement, pour Paul Reynaud cet armistice n'est plus cet armistice si déshonorant, il n'a plus la possibilité de redevenir président du Conseil. [...] Surtout, je pense que Reynaud a compris que son projet était délirant. Et Reynaud envoya un télégramme à Churchill dans lequel il lui dit en gros, de reporter sa confiance sur le maréchal Pétain et d'éviter des brouilles entre la France et l'Angleterre qui arrangeait l'Allemagne.

 

Je précise aussi, j'ai oublié de vous le dire, que dès le lendemain où Pétain a été investi Président du Conseil, on a annoncé dans les media anglais que Paul Reynaud allait arriver à Londres, [...] et jusqu'au 25 juin la radio anglaise a annoncé l'arrivée de Reynaud.

 

Le Vice-amiral Muselier organisa les Forces navales françaises libres. Il fut le premier officier général à rallier Charles de Gaulle à Londres dès le 30 juin 1940. C'est lui qui eut l'idée de distinguer sa flotte de celle de Vichy, en adoptant la croix de Lorraine (en souvenir de son père d'origine lorraine), qui devint ensuite l'emblème de toute la France libre.

Et dans le livre du Vice Amiral Muselier, 'De Gaulle contre le gaullisme' (le Vice Amiral Muselier était une des premières personnes à avoir été invitées à rejoindre le général de Gaulle. Il était à Gibraltar le 28 juin et c'est lui qui a organisé la marine de la France libre mais qui a fini par rompre avec de Gaulle parce qu'il s'était aperçu que ce qui intéressait de Gaulle, ce n'était pas la lutte contre les nazis, c'était la prise du pouvoir après la guerre).

Que nous dit l'amiral Muselier ?

Quand il est à Gibraltar il s'attend à retrouver de Gaulle et Reynaud. Pourquoi Reynaud ? Parce qu'on avait annoncé que Reynaud était parti et qu'à l'époque, qui disait de Gaulle disait Reynaud !

 

Donc de Gaulle est parti parce qu'il était l'agent de Paul Reynaud et au final, c'est la défection de Reynaud qui a permis à de Gaulle de prendre son envol.

 

Mais que s'est-il passé le 18 au Conseil des ministres du gouvernement français ? Il s'est passé un évènement qui a changé le cours de l'histoire de l'Humanité. Les premières bombes atomiques ont été réalisé à partir d'un matériel qui s'appelle l'eau lourde. Les réserves d'eau lourde étaient en Norvège.

 

Les Allemands ont envahi la Norvège en avril 1940. Et les Français avaient envoyé une expédition qui à l'époque prit les réserves d'eau lourde. Donc, quand les armées allemandes nous envahissent en mai-juin 40, les réserves d'eau lourde sont en France.

 

Or, on apprend dans le livre de Louis-Dominique Girard, 'La guerre franco-française' que 'pendant la tragique semaine vécue à Bordeaux - il faut enfin le révéler -, le gouvernement du Maréchal avait fait transférer en Angleterre d'où elle devait rejoindre les Etats-Unis la précieuse provision française d'eau lourde grâce à laquelle les Alliés gagneraient la guerre cinq ans plus tard. L'épopée de l'eau lourde reconstituée au cinéma a été présentée aux Français en 1948. On leur a montré comment la France s'était procuré l'eau lourde en Norvège, on leur a montré des savants travaillant dans les laboratoires du Collège de France. On leur a montré l'eau lourde prenant le chemin de l'exode et trouvant asile dans la prison de Riom, avait passé l'Océan et permis la victoire finale. Mais on n'a pas osé leur dire que le Conseil des ministres en avait délibéré le 18 juin en présence du Maréchal et du général Weygand.

 

On leur a tu que c’est M. Jean Bichelonne, fonctionnaire et futur ministre du Maréchal, qui avait signé l’ordre de mission des savants chargés de transférer l’eau lourde hors de France. Personne n’a encore eu l’élémentaire dignité de dire que c’est à cause de cela que Bichelonne fut arrêté par la Wehrmacht à l’été 1940, et que ce sont Pétain et Laval qui réussirent, par des arguments de droit, à l’extraire des geôles allemandes où il devait retomber et succomber en 1944. Qui trompe-t-on ? Pourquoi trompe-t-on ? La vérité fait-elle si peur ? La connaissant, les Français seront obligés de réviser leur jugement sur une période douloureuse et grandiose de leur histoire. C’est ce que certains ont encore intérêt à empêcher.'

 

Donc, si les Allemands n'ont pas eu la bombe atomique, c'est grâce à Pétain. [...] Quand on fête le 18 juin on pourrait le rappeler !

 

Ce n'est que dans son texte du 22 juin que de gaulle va appeler à la constitution d'une force française, sachant que dans cet appel du 22 juin, de Gaulle va mentir ouvertement. Il y dit ceci :

 

'Il résulte (en parlant de l'armistice) de ces conditions que les forces françaises de terre, de l'air et de mer seraient entièrement démobilisées, que nos armes seraient livrées, que le territoire français serait totalement occupé et que le gouvernement français tomberait sous la dépendance de l'Allemagne ou de l'Italie.'

 

(En réalité) les armes françaises ne sont pas livrées, la flotte n'est pas touchée. Les Allemands avaient demandé notre aviation. Mais nous avons obtenu que l'aviation ne soit pas donnée aux Allemands mais qu'elle soit simplement démembrée et mise dans des entrepôts. Donc de Gaulle ment ouvertement et il le sait très bien.

 

Le 3 juillet 1940 va se passer un évènement assez répugnant, c'est ce que l'on appelle la bataille de Mers el Kébir, où une partie de la flotte française s'était basée. Les Anglais eurent peur, malgré le texte de l'armistice, que notre flotte ne tombât dans les mains des Allemands. Ils exigèrent qu'on les suive. Et comme les marins français refusèrent de les suivre, les Anglais tirèrent sur la flotte française. Et il y eu 1800 marins français tués. Sachant qu'il n'y avait aucun risque que les Allemands ne s'emparassent de la flotte. Pour la première raison qui est que l'Amiral Darlan, à la tête de cette flotte, avait donné des ordres de sabordage de la flotte si jamais les Allemands tentaient de se l'approprier. Et c'est ce que fera la flotte le 27 novembre 1942. Et que le 19 juin 1940, l'amiral Darlan s'était engagé déjà auprès des amiraux anglais de saborder plutôt que de donner la flotte. Et enfin, Pétain avait demandé comme condition à l'armistice qu'on ne touche pas à la flotte. Et Pétain avait transmis ces conditions d'armistice aux Anglais et même aux Américains. Donc ils le savaient très bien qu'on ne voulait pas livrer la flotte, et qu'il n'y avait aucun risque.

Mais les Anglais vont tirer sur la flotte française et vont au passage, assassiner 1300 marins. Et ils l'ont fait parce que peut-être il y avait un climat psychologique qui les ont poussé à le faire, mais peut-être que si de Gaulle n'avait pas écrit ceci dans son appel du 2 juillet :

 

'Auraient-ils jamais consenti à mettre à la discrétion de l'ennemi une flotte française intacte'.

 

De gaulle dit qu'on a donné la flotte française aux Allemands. Ce qui est un pur mensonge.

 

Le lendemain 3 juillet, que se passe-t-il ? Massacre de Mers el Kébir, 1300 marins assassinés. Quelle est la réaction du général de Gaulle ? Selon le vice-amiral Muselier, de Gaulle est effondré.

 

Que nous dit de Gaulle dans son prochain appel du 8 juillet ?

 

'En vertu d'un engagement déshonorant, le gouvernement de Bordeaux avait consenti à livrer les navires à l'ennemi. Il n'y a pas le moindre doute que par principe et par nécessité, l'ennemi les aurait employer soit contre l'Angleterre, soit contre notre propre empire. Et bien je le dis sans ambages, il vaut mieux qu'ils aient été détruits.'

 

Cela, ça s'appelle un patriote français ! De Gaulle est en train de nous expliquer que 1300 marins qui se font buter ce n'est pas gravre..., cela vaut mieux !

 

Nous sommes le 8 juillet, de Gaulle a quand même pris un coup sur la tête. A partir du mois d'août, certains gouverneurs français vont se rallier à de Gaulle. Le 11 août est votée une loi qui donne au maréchal Pétain autorité pour faire une nouvelle constitution et Pétain va instaurer ce régime transitoire, qui n'est pas définitif, de Vichy. Et une des premières décisions de Vichy c'est d'interdire la franc-maçonnerie. Or, il s'avère que beaucoup de fonctionnaires coloniaux sont francs-maçons. Et donc, beaucoup de fonctionnaires coloniaux vont rallier de Gaulle suite à cette décision de Pétain. Cela, l'amiral Auphan l'explique très bien dans 'Histoire élémentaire de Vichy'. Mais ce ne sont que quelques régions mineures (Nouvelle-Calédonie, Djibouti, Tchad) où il n'y a pas de ressources militaires.

 

Mais, à partir de fin août, début septembre, des hommes commencent à s'approcher de Gaulle, et des hommes qui vont lui tenir un discours qui va le faire changer de mentalité. Qui sont ces hommes ? Je vais en citer deux. Lecolonel Passy, ancien cagoulard, donc d'extrême-droite, et René Cassin, futur rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l'homme et futur prix nobel de la paix. Ces hommes vont lui dire ceci : le régime de Vichy est inconstitutionnel, il y a en France un interim du pouvoir, il y a en France un vide du pouvoir, un vide constitutionnel, il y a une place à prendre à la fin de la guerre.'

"Et de Gaulle qui était un militaire médiocre, qui sait qu'il ne réalisera pas son destin à travers les armes, va n'avoir dès lors qu'une obsession, c'est de prendre le pouvoir et d'être le futur président de la IVe république (ce qu'il n'arrivera pas à faire).

 

 

 

De Gaulle, le 23 septembre, va se présenter devant Dakar pour que Dakar - la capitale de l'Afrique occidentale française - se rallie à lui. Et le gouverneur de l'AOF, qui s'appelle Pierre Boisson, va s'opposer à cela et mettre une fin de non-recevoir à de Gaulle et aux Angloys qui étaient partis avec lui. Heureusement qu'il l'a fait parce que si il avait ouvert les vannes à de Gaulle, les Allemands auraient dit puisque vous donnez vos territoires aux Anglais, nous nous allons en Afrique du Nord parce qu'on préfère y aller tout de suite à la place des Rosbeefs !

 

Donc, de Gaulle essuie un refus à Dakar, et il raconte dans ses Mémoires qu'il pense à ce moment-là à se suicider... Mais, il va se resaisir et en date du 27 octobre il va faire la déclaration de Brazzaville (capitale de l'Afrique Équatoriale Française - AEF -, Ndlr.), dans laquelle il déclare :

 

'Il n'existe plus de gouvernement proprement français. En effet, l'organisme sis à Vichy, et qui prétend porter ce nom est inconstitutionnel et soumis à l'envahisseur. [...] Il faut donc qu'un pouvoir nouveau assume la charge de diriger l'effort français dans la guerre. Les événement m'imposent ce devoir sacré. Je n'y faillirai pas.J'exercerai mes pouvoirs au nom de la France et uniquement pour la défendre et je prends l'engagement solennel de rendre compte de mes actes aux représentants du peuple français dès qu'il lui aura été possible d'en désigner librement.'

 

Donc là, de Gaulle nous évoque la doctrine Cassin - il y a un vide constitutionnel en France, un pouvoir nouveau doit naître, ce sera moi le général de Gaulle... - René Cassin est le père de la doctrine politique du gaullisme.

A ce moment-là, de Gaulle n'a qu'une idée en tête, c'est délégitimer au maximum Vichy. Il n'a qu'une idée en tête c'est pousser Vichy à déclarer la guerre aux Alliés, puisque Vichy à partir de l'Armistice est neutre. Vichy n'est pas allié des Allemands, nous sommes neutres, il n'y a pas de renversement des alliances. Et cela, c'est un mensonge, une équivoque sur laquelle le système joue en permanence en nous faisant croire que Pétain était allié des nazis. C'est répugnant de mensonge de dire cela.

 

Vichy était neutre officiellement. Officiellement parce que comme je vais vous le démontrer Vichy a continué à se battre contre les nazis jusqu'au bout.

Et de Gaulle a tout fait pour pousser Vichy à la faute et s'allie aux Boches.

 

Pétain commence à mettre en place la 'Révolution nationale', qui est la doctrine de Pétain. C'est une doctrine anti-jacobine, contre-révolutionnaire, et l'objectif de Pétain était de rechristianiser la France. C'est incriticable d'un point de vue moral. Et l'Amiral Auphan qui était un catholique très droit, nous explique bien dans son livre 'Histoire élémentaire de Vichy', à quel point elle était incompatible avec l'idéologie nazie. Pétain pensait qu'une grande partie de nos malheurs venait du fait que la spiritualité avait été abandonnée par le peuple français. Le général Weygand disait que les malheurs de la France ont commencé à venir à partir du moment où on a chassé Dieu de l'école. On connait la fameuse devise 'Travail, Famille, Patrie'. A la base c'était 'Dieu, Famille, Patrie', et c'était Weygand qui l'avait trouvée.

Donc ceux qui veulent essayer de faire croire que Vichy a quelque chose à voir de près ou de loin avec le nazisme sont des menteurs et des ordures. Pétain n'a jamais abandonné la lutte contre l'Allemagne, il a pris acte simplement que la bataille de France était perdue. Il sait que les Anglais auront besoin pour gagner la guerre d'un appui continental. Cela ne peut plus être nous, nous sommes vaincus. Cela ne peut plus être qu'une seule puissance, la Russie. Donc la diplomatie secrète du Maréchal Pétain va consister à jeter l'Allemagne contre la Russie.

 

Pétain va envoyer un de ses représentants, Louis Rougier, voir Churchill, qui va raconter son périple dans son livre 'Mission secrète à Londres'. Est-ce que les gens sont au courant que Pétain a envoyé un négociateur voir Churchill ?C'est interdit de le savoir !

... Et Louis Rougier va conclure ce que l'on appelle un gentlemen's agreement, un accord avec Churchill.

Que contient cet accord Rougier-Churchill ?

Un engagement réciproque :

1. vous n'attaquez plus nos colonies et nous en échange on ne les donne pas au Reich;

2. Vous arrêtez d'attaquer le maréchal Pétain à la radio.

3. Nous rentrerons, nous Français, dans la guerre, une fois que vous aurez démontré votre puissance.

Le sait-on cela qu'en 1940, le Maréchal Pétain conclut un accord secret avec Churchill de reprise des combats ?

Bien entendu on ne le sait pas : c'est interdit de le dire !

... Et cet accord secret sera suivi par un autre accord entre le gouvernement français de Vichy et le gouvernement anglais de Churchill, l'accord Chevalier-Halifax. Jacques Chevalier était le secrétaire d'Etat à l'Instruction publique de Pétain et un ami d'université du ministre des Affaires étrangères britanniqueHalifax. Et à travers l'ambassadeur canadien en France, monsieur Pierre Dupuy, Halifax va entrer en contact au nom du gouvernement britannique avec Chevalier et ils vont conclure un accord. Ce accord secret dit ceci : nous allons créer entre nos deux pays une tension artificielle (Pétain va changer le terme de 'tension artificielle' pour 'froideur artificielle'). Et en décembre 1940 vont être conclu un nouvel accord, les accords Halifax-Chevalier.

 

Le prince Xavier de Bourbon-Parme a écrit ce livre en 1949, 'Les Accords secrets franco-anglais de décembre 1940'. Le prince Xavier de Bourbon-Parme était un résistant, compagnon de la Libération et a été déporté. Donc la question de cas accords n'est absolument pas contestée par les historiens. Churchill à la fin de la guerre les a niés pour des raisons électorales. Mais les historiens ne les contestent pas.

 

Et d'ailleurs, ce qui est intéressant, Le Times, dans son éditorial du 31 décembre, alors que l'accord date du 9 décembre puisque Dupuy - l'amabassadeur canadien intermédiaire entre les deux gouvernements - envoie un télégramme pour dire tout va bien (cela veut dire : on a ratifié) écrit : 'L'Angleterre suit tout ce que fait Pétain pour s'opposer aux tentatives d'Hitler d'humilier la France.' Donc un discours plutôt bienveillant... Et d'ailleurs Lucien Galimand, l'officier des FFI, a écrit un livre, 'Vive Pétain, vive de Gaulle', rapporte aussi le fait que la radio anglaise s'est calmée.

 

Et surtout, quel était limportance de ces accords ? C'était de desserrer le blocus, parce que les Anglais avaient fait un blocus continental qui affamait la France. Et ceci est bien expliqué par le prince Xavier de Bourbon dans son livre. Donc on le voit, Pétain a une diplomatie de combat orienté contre l'Axe. Et le 4 août 1940, il a convoqué l'Amiral Darlan pour lui dire que si les Allemands envahissaient la zone libre, il devra quitter la France et reprendre la guerre en Afrique du Nord. Ordre de reprise de guerre si les Allemands envahissent la zone libre.

Et dès le 15 juillet 1940, les Allemands se rendent compte qu'ils ont fait une boulette en n'envahissant pas l'Afrique du Nord. Et ils vont demander à Pétain la libre disposition de l'Afrique du Nord. Et Pétain répondra non. Ce n'est pas dans l'Armistice, c'est non."

Adrien Abauzit explique alors que "pour le débarquement de 1942, s'il y avait eu les Allemands en face, cela aurait été un peu plus compliqué..."

 

"[....] L'ambassadeur suisse à Vichy, entre 1940 et 1944, Walter Stücki, écrit :

 

'Au cours des quatre années et plus de ma résidence à Vichy, j'ai rencontré très fréquemment le Maréchal Pétain. Nous nous entretînmes souvent du problème de la collaboration franco-allemande. Le Maréchal Pétain manifesta toujours à l'endroit des Allemands une grande aversion, voire des sentiments de haine marqués. Souvent, il me déclarait à peu près ceci : la France est battue, les Allemands sont pour le moment seigneurs tout-puissants dans notre pays. Il faut nous accorder avec eux d'une manière ou d'une autre, mais cela nous est bien amer et difficile, mais c'est nécessaire, il faut sauver la France pour un avenir meilleur. J'estime de mon devoir de rester dans le pays et d'atténuer par ma présence, dans la mesure du possible, les souffrances de la France.'

Je n'ai jamais eu l'impression que le Maréchal Pétain a, au contraire de certains autres français, jamais sérieusement cru en une collaboration durable et profonde avec l'Allemagne. Je le sais d'après de nombreuses remarques de diplomates et d'officiers allemands qu'on ne se faisait point d'illusion en Allemagne sur les véritables sentiments et intentions du Maréchal, qu'on ne lui accordait aucune confiance, et qu'à toutes occasions on essayait de lui réduire ses pouvoirs et son influence, et qu'il était étroitement surveillé'.

 

 

"[...] Le général de Gaulle n'a initié aucun grand mouvement de résistance. Certains mouvements de résistance ont fini par se rallier à lui, mais de Gaulle n'a crée absolument aucun mouvement de résistance en France.

 

(En revanche) Vichy a fait une résistance légale à l'Occupant, qui s'est traduite par le refus du 15 juillet 1940 de livrer l'Afrique du Nord.

Les Allemands ont aussi demandé à ce qu'on leur livre le personnel alsacien-lorrain, Jacques Chevalier a refusé.

Et aussi, les Allemands nous avaient imposé une indemnité d'Occupation qui était extrêmement lourde. Le ministre des finances a tout fait pour la faire diminuer, un peu comme si aujourd'hui on diminuait les intérêts de la dette... EtYves Bouthillier, qui était le ministre des finances de Vichy, l'a diminuée de 75% quasiment au final, et bizarrement... il a fini déporté... en Allemagne. C'est rigolo ces 'collabos' qui finissent déportés à Buchenwald ! Cela j'aimerais quand même que le système nous en explique la cohérence et la logique ?

 

[...] Les premiers mouvements de résistance, et les plus importants mouvements de résistance d'un point de vue militaire, sont issus de Vichy.

 

Le colonel Groussard a commencé à faire son réseau de résistance en 1940, un réseau paramilitaire et de renseignement qui s'appelait le Centre d'études et d'informations. Il était en relation avec le service d'Intelligence. C'est un réseau qui est né à Vichy. Et le colonel Groussard a fait ce réserau de résistance en liaison avec le ministre de la guerre, le général Huntziger, et il lui rendait compte de ses activités de résistant. Sachant qu'Huntziger lui-même était en relation avec Pétain, qui était parfaitement au courant de l'action de Groussard.

 

D'ailleurs, le prince Xavier de Bourbon Parme, qui était un résistant, qui avait un réseau, avait aussi ses centres à Vichy, et parfois il croisait Pétain qui lui disait en rigolant : 'alors vous continuez de comploter.' Et le prince lui répondait : 'Toujours tant qu'il y a un allemand en France.' Pétain a toujours laissé le prince Xavier de Bourbon Parme faire ses activités. Et d'ailleurs celui-ci, a témoigné au procès de Pétain en évoquant le fait que chaque fois que Pétain avait connaissance d'une condamnation à mort d'un résistant, il faisait tout pour que cette condamnation soit transformée en déportation puisque là au moins il avait une chance de s'en sortir.

 

Autre exemple : le résistant Paul Dungler, ancien membre de l'Action française et peut-être même, cagoulard, a créé à Vichy le réseau Martial. Et bien le colonel Groussard nous raconte dans ses Mémoires que lorsque Dungler est allé le voir pour lui demander du matériel, Groussard lui en a donné (il lui manquait des pneus et c'est Pétain qui les lui a donnés). Pétain a aussi donné 500.000 francs à Paul Dungler sur les fonds secrets, pour qu'il finance son réseau de résistance. Et Paul Dungler a rendu hommage à Pétain en disant que c'est grâce à lui que son réseau a pu prospérer.

 

Autre résistant, le général Georges Loustaunau-Lacau : Pétain l'appelle à Vichy pour organiser ce que l'on appelle à l'époque la Légion française des combattants, à ne pas confondre avec la 'Légion des Volontaires français' (LVF) qui part en Russie combattre les Bolchéviques, qui est une association loi de 1901, de droit privé, faite par Deloncle,Doriot, et d'autres collabos, mais Vichy n'a rien à voir. Et tous les collabos à Paris n'ont rien à voir avec Vichy, ils passent leur temps à cracher sur Pétain (exemple: Marcel Déatqui est une ordure). Ils sont sous la tutelle des Allemands et n'ont rien à voir avec Vichy qui n'est pas responsable de leurs actes. Et cela change quand même la version qui nous est donnée. On dit qu'il y a un lien alors qu'il n'y en a aucun. Le général Weygand, au procès Pétain, dira très clairement que ces gens-là se sont déshonorés : quand la France est asservie par un pays on ne va pas combattre pour le pays qui asservit la France.

Loustaunau-Lacau vient donc à Vichy pour organiser la Légion française des combattants et en profite pour créer son réseau de résistance en liaison avec les Anglais, c'est le réserau 'Navarre'. Pétain le savait très bien, il a laissé faire.

[...] "Pétain envoie le colonel Heurtaux en zone nord pour organiser la Légion française des combattants. Ce dernier organise sur place un réseau de résistance qui va être financé indirectement par Pétain puisque ce réseau qui s'appelle le réseau Hector est financé par les Services de renseignement de l'Aviation qui eux-mêmes sont financés par les fonds secrets que leur donne Pétain. Et à partir de ce réseau Hector va se former un autre réseau, beaucoup plus grand, qui s'appelle l'Organisation Civile et Militaire qui sera présent plus tard au CNR (Conseil National de la Résistance). Le colonel Heurtaux a passé quatre ans en camp de concentration aussi.

 

Un autre colonel, le colonel Mollard a fait partie de ceux qui ont permis de cacher du matériel militaire. Cela évitait aux Allemands de le prendre. Et ce matériel a fini dans les mains de la résistance.

 

Le ministre de l'air, le général Bergeret. Rappelez-vous, nous avions été démembrés. Et bien ce général Bergeret, clandestinement, a fait reconstituer des avions, près de 980. Il a constitué une école d'aviation secrète, près de Toulouse. Il a créé un service de renseignement de l'Air qui était en relation directe avec l'Intelligence Service. Et qui lui a donné les fonds pour faire cela ? C'est Pétain avec les fonds secrets. Et la moitié de cette aviation combattra en Afrique du Nord.

 

Pétain en septembre 1940 envoie le général Weygand en Afrique du Nord pour reconstituer une armée qui sera prête à reprendre le combat contre l'Axe et elle le fera.

 

L'espionnage avait été interdit par l'Armistice. Néanmoins Vichy va reconstituer des réseaux d'espionnage et de contre-espionnage offensifs et défensifs, dont le BMA (Bureau des Menées antinationales, qui lutte contre l'espionnage, le sabotage, les menées communistes, et plus généralement 'antinationales'. Ndlr.) dirigé par le colonel d'Alès. Si on en créait un aujourd'hui, il y aurait beaucoup de travail ! Ce Bureau a condamné à mort 1300 espions allemands et italiens, en a fusillé un certain nombre d'entre eux. D'autres étaient envoyés en prison ou aux travaux forcés.

 

Nous dit-on cela souvent que Pétain a fait fussiller les espions allemands et italiens que ses services attrapaient ?

C'est un peu comme la diplomatie secrète, l'armée de Weygand qui part recombattre, le plan de mobilisation dugénéral Picquendar, tous ces réseaux de résistance qu'il a financés, jamais on ne le dit, la vérité est malséante sous la Ve république.

 

Organisation de résistance de l'armée, Plaque à Lyon en hommage au général Frère, fondateur de l'ORA

Les FFI (Forces françaises de l'Intérieur). De qui étaient-ils composés ? De trois groupes,

1. Les communistes FTP,

2. L'armée secrète composée du mouvement Combatd'Henri Freynay, des Francs tireurs dirigés par Jean-Pierre Lévy, qui n'avaient rien à voir avec les communistes, et de Libération Sud d'Emmanuel D'astier de la Vigerie.

3. L'Organisation de la Résistance armée (ORA). C'est l'armée de Vichy, la résistance issue de l'armé de Vichy. Et c'est cette organisation qui a joué le rôle le plus important d'un point de vue militaire. 1500 d'entre les ORA ont rejoint l'armée de Weygand, 4000 ont rejoint les maquis.

 

Kenneth Pendar, dans Le Dilemme France Etats-Unis (Kenneth Pendar était vice consul américain au Maroc pendant la Guerre) écrit au sujet de l''organisation de la Résistance Armée (ORA) :

 

'Tandis que les britanniques poursuivaient cette politique violemment anti-vichyssoise, ils nouaient et renforçaient les relations avec l'Organisation secrète de l'Armée française. J'ai été surpris de découvrir en Afrique du Nord et à Londres quelque chose qui n'a jamais été clairement expliquée, le fait que cette organisation clandestine militaire n'avait aucun rapport avec de Gaulle. Elle fut formée par l'Armée française et commença avant même le jour de l'Armistice. L'Armée sut conserver son propre QG secret, sa propre organisation et ses propres voies de communications avec les britanniques. Ce n'est qu'en 1943 quand les Britanniques décidèrent de faire passer par de Gaulle toutes leurs relations avec la France qu'il y eut quelques contacts officiels entre ces mouvements de résistance et de Gaulle.'

 

 

Pourquoi la résistance s'est ralliée à de Gaulle en 1943 ? Parce que l'Angleterre lui dit : soit vous vous raliez à de Gaulle, soit vous n'avez pas d'armes. Mais de Gaulle n'a créé aucun mouvement de résistance.

 

Le premier dirigeant de l'ORA, le général Aubert Frère va se faire attraper par les Allemands et il est mort au camp de Struthof.

 

Le deuxième chef de l'Organisation de la Résistance Armée, legénéral Verneau, lui aussi est mort en camp, à Buchenwald le 14 septembre 1944.

C'est marrant tous ces collabos qui s'amusent à mourir en camp de concentration. Et je précise que le général Aubert Frère mort au camp de Struthof faisait partie du tribunal militaire qui a condamné à mort de Gaulle par contumace...

 

La résistance communiste. Elle commence après l'invasion de la Russie (en juin 1941.) L'objectif des communistes n'était pas de faire la guerre aux Allemands, c'était de faire une révolution sociale en France, de détruire l'ordre légal en France. Et, d'un point de vue militaire, la résistance des communistes n'a servi à quasiment rien. Le fer de lance de la résistance est l'Organisation de la Résistance Armée.

 

Quand les communistes assassinaient un officier allemand en plein Paris, derrière cinquante otages (français) se faisaient tuer. Ce la ne servait absolument à rien d'un point de vue militaire et de Gaulle lui-même a condamné les attentats. Beaucoup de gens qui à l'époque se sont accaparés l'étiquette de résistant, en réalité n'étaient pas des résistants, mais des volontaires criminels de droit commun.

 

[...] Darlan a relancé l'armée contre l'Axe. Cette armée reconstituée par Weygand à la demande de Pétain... Et Pétain, par télégrammes secrets envoyés par l'amiral Auphan, a validé le choix de reprise des combats militaires contre les forces de l'Axe. Il faut le répéter parce que c'est tellement loin de ce qu'on nous dit.

chef de la France combattante, ce n'est pas le général de Gaulle, c'est l'Amiral Darlan.

 

De Gaulle n'a pas initié non plus le débarquement en Afrique du Nord. Ce qu'il a très mal pris. Il n'en fut même pas au courant et déclara qu'il espérait que Vichy les foutrait à l'eau ! MonsieurLemaigre Dubreuil a écrit un livre qui s'appelle 'Vicissitudes d'une Victoire' dans lequel il raconte que de Gaulle était hors jeu.

 

Darlan est le dauphin du Maréchal Pétain qui se battait au nom de la 'révolution nationale', ce fameux 'ordre chrétien qui s'oppose aux utopies matérialistes et païennes des pseudos philosophies hitlériennes et fascistes.'

 

Darlan est le légataire de l'héritage spirituel de la France et des traditions françaises. Le 24 décembre il va être assassiné par un ancien membre de l'Action française, un petit jeune manipulé, Fernand Bonnier de La Chapelle, qui travaillait pour l'abbé Cordier qui lui-même travaillait pour Henri d'Astier de la Vigerie qui travaillait pour le comte de Paris.

 

Qui a organisé la mort de Darlan? Darlan crée le haut-Commissariat et le Conseil d'empire. Le comte de Paris voulait prendre la place de Darlan pour faire la réconciliation entre toutes les factions de la résistance, pour peut-être restaurer la monarchie (orléaniste Ndlr.). Darlan n'était pas d'accord. Le 19 décembre 1942, arrive de Londres, François d'Astier de la Vigerie, le frère d'Henri et le frère d'Emmanuel d'Astier de la Vigerie - curieuse famille -. Il rencontre le comte de Paris, noue un accord qui est le suivant : nous gaullistes, nous assassinons Darlan, vous prenez la tête du Haut-Commissariat et vous faites un gouvernement Giraud-de Gaulle avec de Gaulle ministre d'Etat et Giraud aux Armées. Bonnier de la Chapelle assassine Darlan.

Le problème est que le Conseil d'empire ne va pas élire à la tête du Haut-Commissariat le comte de Paris mais Giraud, et en plus les Américains ne voulaient pas de restauration de la monarchie sans que le peuple français l'aient validé démocratiquement. Et de toutes façons là pour le coup, les Américains nous ont rendu un bon service parce que les Orléans je pense que c'est pire que la république... Donc la conspiration gaullo-monarchiste n'a pas fonctionné comme on l'espérait.

 

"De Gaulle a fait un coup d'Etat et il s'accapare des lauriers qui ne sont pas à lui !" (Tepa)

 

"Pétain a soutenu la résistance, de Gaulle n'a initié aucun mouvement de résistance, Pétain a soutenu certains mouvements de la résistance, il en a combattu d'autres - il faut le dire -, qui n'avaient de résistant que le nom.

 

Pétain avait une diplomatie de combat contre l'Axe qui permis de le jeter contre la Russie. Pétain a remis en place une armée capable de combattre les Allemands, qui est repartie au combat (1943). De Gaulle est un pur dictateur.

 

Le principal crime de de Gaulle. En 1944 il arrive au pouvoir, il aurait pu à ce moment-là s'entendre avec Pétain. Pétain lui avait envoyé le fameux Amiral Auphan lui proposer une transmission des pouvoirs. De Gaulle refuse. Il aurait pu reprendre le flambeaux de la Révolution nationale et de l'héritage culturel et spirituel de la France qui revenait sur la 'Révolution française', parce que Pétain voulait faire une république anti-jacobine, une république corporative et familiale. De Gaulle aurait pu valider cela, mais il choisit les cocos, l'anti-France, et la gauche.

 

La droite s'est faite liquider en 1944 avec quelque chose dont on ne parle jamais: l'épuration.

 

De Gaulle laisse faire les cocos et l'épuration qui s'est traduite en gros entre 40 et 100.000 morts. Pendant l'épuration, ce n'est pas des collabos qui se sont faits buter, on a liquidé une 'classe sociale', les notables de droite. 1 million de personnes mises en prison. L'épuration légale condamne à mort 10.000 personnes. Et fut inventé le concept d'indignité nationale qui vous empêchait de travailler. Aujourd'hui, l'ostracisme social par diabolisation, c'est la fille de l'indignité nationale.

 

De Gaulle avait le choix entre la France et l'anti-France, le choix entre l'héritage spirituel de la France et la république des 'lumières' de la gauche, des cocos, il a choisi la république des 'lumières' pour asseoir sa légitimité. C'est un crime contre la France, et si la France s'est ralliée au mondialisme plusieurs décennies plus tard, c'est à cause de cela. De Gaulle a fait perdre un siècle à la France. Parce que la situation où nous sommes là on va s'en sortir car l'instinct de survie nous y poussera. Mais de Gaulle a rétali les 'lumières' que Pétain avait éteint.

 

[...] De gaulle a rétabli la cause du mondialisme qui est les 'Lumières'. L'héritage spirituel de la France est incompatible avec le mondialisme. Et si les élites française se sont données au mondialisme c'est parce que de Gaulle a rétabli les Lumières en 1944. C'est un crime contre l'âmede la France et de Gaulle le savait très bien."

 

Tepa : "il a fait passer son intérêt avant celui de la France."

 

De Gaulle a été nommé général à titre temporaire : il y a eu un échange de télégramme entre le ministre de la guerre Colson et de Gaulle entre le 18 et le 21 juin. Et comme de Gaulle a refusé de revenir, le président de la république Lebrun l'a rétrogradé colonel.

 

[....] De gaulle a lutté contre les conséquences d'une cause qu'il a rétablie. Le crime de de Gaulle est d'avoir rétabli la république des Lumières, qui est l'anti-France. De gaulle a mis des rustines sur des jambes en bois... Beaucoup de gens aujourd'hui critiquent mai 1968, mais mai 1968 c'est la conséquence de 1944, c'est la conséquence de l'épuration. On ne peut pas critiquer mai 68 si on ne critique pas 1944. Impossible. Et d'ailleurs il y a un lien, 1944 c'est un 1789 bis... Mais cela mérite une émission.

 

Je remercie Meta-Tv parce que sincèrement, à ma connaissance, ce que j'ai dit là, cela n'a pas été dit depuis des décennies."

Repost 0
Published by over
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 15:23

LETTRE DE KARL MARX À BARUCH LEVY

"Dans cette organisation nouvelle de l’humanité, les fils d’Israël répandus dès maintenant sur toute la surface du globe… deviendront sans opposition l’élément partout dirigeant, surtout s’ils parviennent à imposer aux masses ouvrières la direction stable de quelques-uns d’entre eux.

Les gouvernements des nations formant la République Universelle passeront tous, sans effort, dans les mains israélites à la faveur de la victoire du prolétariat. La propriété individuelle pourra alors être supprimée par les gouvernants de race judaïque qui administreront partout la fortune publique.

Ainsi se réalisera la promesse du Talmud que, lorsque les temps du Messie seront venus, les Juifs tiendront sous leurs clefs les biens de tous les peuples du monde”.

Karl Marx.

Extrait de Judaïsme et marxisme de Louis Massoutié - 1939.

 

 

La lettre de Baruch Levy à Karl Marx.

 

« Le peuple juif pris collectivement sera lui-même son Messie. Son règne sur l'Univers s'obtiendra par l'unification des autres races humaines, la suppression des frontières et des monarchies, qui sont le rempart du particularisme, et l'établissement d'une République Universelle qui reconnaitra partout les droits de citoyens aux Juifs. Dans cette organisation nouvelle de l'Humanité, les fils d'Israël répandus des maintenant sur toute la surface du globe, tous de même race et de même formation traditionnelle sans former cependant une nationalité distincte, deviendront sans opposition l'élément partout dirigeant, surtout s'ils parviennent à imposer aux masses ouvrières la direction stable de quelques-uns d'entre eux. Les gouvernements des Nations formant la République Universelle passeront tous, sans effort, dans des mains israélites, à la faveur de la victoire du prolétariat. La propriété individuelle pourra alors être supprimée par les gouvernants de race judaïque qui administreront partout la fortune publique. Ainsi se réalisera la promesse du Talmud que, lorsque les Temps du Messie seront venus, les Juifs tiendront sous leurs clefs les biens de tous les peuples du monde. »

publiée dans La Revue de Paris, contrôlée par les Rothschild, Paris, 1er juin 1928.

Repost 0
Published by over
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 10:06
Repost 0
Published by over
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 07:08

Bien avant le Front populaire, les royalistes et catholiques sociaux n'ont eu de cesse de s'acharner pour soulager la misère ouvrière qui sévissait depuis la révolution de 1789.

Lois et propositions de loi sont là pour prouver à quel point les royalistes furent à la pointe du combat social face aux républicains de droite comme de gauche qui eux n'ont eu de cesse de rejeter ces lois au nom de leurs idéologies respectives...

Les hommes qui sont présentés dans cette vidéo, n'ont pas tous leurs noms dans nos rues. Et pourtant tout comme nos rois ils furent populaires et soulagèrent la misère. A la différence de ce que nous voyons souvent, ils œuvrèrent dans un esprit chrétien, de charité et de justice social sans aucun intérêt ni soucis idéologique ne cherchant pas à manipuler le monde ouvrier en vue d'agitation ou de révolution.
Tous sociaux parce que royalistes, le sens du devoir social dicté par des convictions bien ancrées, l'application directe dans la rue et la ténacité pour les passer
en loi.

Repost 0
Published by over
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 07:05

Les ouvriers ont été envoyés par charrettes entières à la guillotine...

Les "décapitations [...] concernent pour 28% des paysans, pour 31% des artisans et des ouvriers, sans doute pour plus de 20% des marchands ... 8 à 9% des nobles, pour 6 à 7% des membres du clergé..." (René Sédillot, Le Coût de la Révolution française, Vérités et Légendes, Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 1984,p. 24.)

Près de 80% étaient des petites gens.


Chronique d'une république destructrice par SACR_videos

La Révolution continue son oeuvre de destruction. Tout ce qui, de près ou de loin, nous est cher, est détruit systématiquement par la république.

Méditez-bien cette phrase. Regardez autour de vous. Dans la vie de votre commune, dans votre milieu professionnel, dans les écoles. Dans tout, petit à petit des pans entiers de notre pays s'écroulent.

La république n'assure plus ni la sécurité de ses citoyens, ni le respect de ses citoyens, ni leur donne du travail. On délocalise à tours de bras à l'étranger pour gagner un peu plus d'argent. C'est d'ailleurs intéressant de voir qu'un certain patronat avec le main sur le coeur des droits de l'homme, la liberté, l'égalité, la fraternité, n'a pas de complexe pour envoyer ses usines dans des pays du Tiers-monde où les gens sont payés d'un bol de riz et d'un coup de pompe au derrière. C'est ce qu'on appelle pour eux l'égalité et les droits de l'homme...

Source: http://www.actionroyaliste.com/

Repost 0
Published by over
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 05:40
Repost 0
Published by over
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 17:01
Repost 0
Published by over
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 09:08
Repost 0
Published by over
commenter cet article

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement

 

 

 

 

Texte Libre