Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 06:31

L’ouverture du mariage aux couples homosexuels suscite l’appétit de nombreuses entreprises, qui se spécialisent dans ces nouvelles unions. Alors vraie bonne idée ou simple opportunisme ?

D’après les estimations, près de 6 700 mariages homosexuels devraient être célébrés cette année. De quoi donner des idées aux entreprises du secteur, qui souhaitent récupérer leur part du…  wedding cake! Bien avant le vote de la loi autorisant le mariage pour tous, les initiatives se sont multipliées pour séduire cette nouvelle clientèle, réputée pour son fort pouvoir d’achat.

En effet, de nombreux couples attendent depuis des années de se marier, sont donc plus âgés et gagnent mieux leur vie que les jeunes couples. “Le budget mariage des couples gays pourrait être 50 % plus élevé que celui des autres couples”, estime dans Le Figaro, Jean-François Lacrampe, fondateur de Prime Day, veut devenir le site de référence sur le mariage gay. Pour autant, ces unions resteront un marché de niche, puisqu’elles ne représenteront que 2 % des 250 000 mariages célébrés chaque année en France.

 Le premier salon du mariage gay

Quatre jours à peine après l’adoption par le Parlement du mariage pour tous, le premier salon des “nouveaux mariés”, The G-Day  ouvrait à Paris. Photographes, traiteurs, wedding planners, spécialiste des alliances… En tout, une trentaine de sociétés se sont déjà spécialisées sur ces mariages d’un nouveau genre. Parmi eux, My Gay Trip, une agence de voyage dédiée aux homos ou Je vous prends homos, un photographe qui après 20 ans de mariage “traditionnel”, se tourne désormais vers la communauté gay. Un bémol néanmoins : ce salon ne s’adressait pas aux couples de lesbiennes.

Le gay wedding planner

Boum.co se targue d’être la première agence française spécialisée dans l’organisation de mariages gays. Cette société se présente comme l’homologue d’une entreprise américaine 14Stories, qui “a organisé des centaines de mariages gays et lesbiens dans le monde entier”. Et comme le précise Boum.co dans un communiqué, tout ceux qui ont déjà participé à un mariage homosexuel vous le diront : “Un mariage gay, c’est simplement plus fun”. Sympa pour les hétéros !

L’agence indique également sur son site avoir été “formée à l’Institut du Mariage gay”. Après une rapide recherche, il s’avère que cet institut ne semble pas exister en tant que tel et que  l’appellation “Gay wedding institute” est seulement le slogan de l’entreprise américaine partenaire… Enfin, Boum.co se défend d’être un “concept marketing pour séduire les couples gays” et explique qu’elle est au contraire une entreprise militante. Pour chaque mariage organisé, un don doit être reverser à une association LGBT.
 
La plateforme pour les mariages gays et lesbiens

Prime Day se présente comme le site de mariage inédit pour les couples de même sexe, proposant des “solutions sur-mesure et complètes pour vivre le mariage de ses rêves“. La plateforme propose une multitude de service de professionnels : des weddings planners, boutiques spécialisées, avocats pour réaliser des contrats de mariage, agences de voyage pour la lune de miel, des listes de cadeaux en ligne… avec pour objectif de donner aux couples LGBT le pouvoir de “réinventer le mariage pour changer le monde“. Rien que ça !

Les avocats (déjà) spécialisés dans les divorces gays

Les homosexuels ne seront pas immunisés contre l’échec conjugal ! Pour preuve, en Argentine (où le mariage est légal depuis juillet 2010), le premier divorce homosexuel a eu lieu après seulement un mois et demi de mariage, note Europe 1. Certains avocats se sont donc déjà positionnés sur le nouveau créneau. Divorce-gay.frrecense notamment une liste d’avocats aux services garantis gay-friendly et prêts à accueillir les premiers divorcés… qui sont attendus avant la fin de l’année !

L’avis d’ Inès Matsika, spécialiste du mariage* : “C’est ridicule de définir un style de mariage en fonction de l’orientation sexuelle”

“Pour moi, il n’y a pas de différence dans l’organisation d’un mariage homosexuel et hétérosexuel. Il y a autant de mariages possibles chez les hétéros que chez les homos. C’est absolument impossible de définir un style de mariage en fonction de l’orientation sexuelle d’une personne. Ça n’a aucun sens. Ces nouvelles sociétés qui se lancent sont complètement opportunistes. Elles entrent dans la brèche, mais elles vont  vite se mordre la queue, car le système qu’elles essaient de mettre en place n’a pas de sens. Chaque personne est unique et aura des envies différentes en fonction de sa personnalité, de la tournure qu’elle souhaite donner à son mariage et l’histoire commune du couple. Ces envies n’ont aucun rapport avec l’orientation sexuelle ! C’est complètement cliché de dire que les mariages homos sont plus trendy, haut de gamme et décontracté, car les homosexuels ne se résument pas à un seul style. Il y a parmi eux des couples modestes, des personnes qui travaillent à La Poste ou sont fonctionnaires… Tous ne sont pas designers ! Proposer un mariage différencié, c’est la porte ouverte à tous les clichés”.

Grazia.fr

__________________________________________

Le mariage pour tous est déjà un marché très convoité

Le mariage pour tous, qui a été adopté à l’Assemblée le 23 avril dernier, est un marché prometteur. De nombreux acteurs affûtent leurs offres commerciales depuis plusieurs mois déjà pour anticiper la demande. «Nous avons été contactés dès l’été dernier par des couples de même sexe qui sondaient nos prestations avant même l’ouverture des débats», confirme Liza Vieilly Lucchiari qui cogère en famille l’entreprise d’organisation de mariages Daylove Event depuis 2008.

L’ouverture du mariage aux couples homosexuels était l’une des promesses du candidat François Hollande à la présidence de la République. «Les couples gays s’y prennent aussi en avance parce qu’une fois la loi votée, ils vont se trouver dans la même situation que les hétérosexuels qui veulent organiser un mariage, c’est-à-dire dans un marathon», explique Laurence Reichenbach, fondatrice deKosmic Day, qui conçoit des cérémonies personnalisées.

Toujours est-il que «les codes du mariage gay sont à inventer», selon Claire Jollain, fondatrice de l’agence Events and Home Consulting. «On peut envisager par exemple des décors différents pour ces mariages, avec un loft à Paris en plein hiver, plutôt que le château traditionnel.» Pour fédérer les offres qui convoitent ce créneau, Claire Jollain a décidé de créer le premier salon national du mariage gay, The G-Day, qui se tient ce samedi à Paris.

Une trentaine d’exposants – organisateurs, décorateurs, photographes, voyagistes, etc…- sont présents pour tenter de capter cette nouvelle clientèle. «Les sites de mariage s’adressent surtout aux femmes aujourd’hui, car elles prennent généralement en main l’organisation de l’événement, et ils s’appuient aussi sur les codes religieux avec l’omniprésence de la mariée en robe blanche», explique Jean-François Lacrampe, président-fondateur du site Primeday.net, qui propose une vaste gamme de produits et de services à une clientèle gay souhaitant convoler (avocats, wedding-planners, cagnottes, boutique en ligne et voyages de noces).

Fort pouvoir d’achat

Tout l’enjeu est donc de proposer des prestations qui répondent aux attentes de cette clientèle souvent à fort pouvoir d’achat. «Beaucoup de couples qui ont attendu longtemps la loi convoleront à un âge plus avancé que leurs homologues hétérosexuels, et donc à un stade plus rémunérateur de leur carrière», explique Claire Jollain.

Selon Jean-François Lacrampe, «le budget mariage des couples gays pourrait être 50% plus élevé que celui des autres couples». Le prix moyen d’un mariage en France s’élevait à 13.000 euros en 2011, contre 20.000 euros pour des noces haut de gamme, selon une étude réalisée par Ipsos l’an dernier. «Notre prestation haut de gamme gravite autour des 40.000 euros en moyenne mais les budgets de certains de nos mariages gays flambent à 70.000 euros pour 150 personnes», confirme la dirigeante de Daylove Event. La société organise entre 15 et 20 mariages chaque année et vise en plus 5 à 6 mariages homosexuels par an à partir de l’année prochaine.

Le secteur du mariage pesait 4,4 milliards d’euros en 2011, avec 250.000 unions célébrées en France cette année-là, selon Ipsos. Soit une progression par rapport aux 241.000 noces officialisées en 2010. «Le mariage gay restera un marché de niche», prévient toutefois le président de Primeday.net. Après avoir mené une étude comparative avec trois pays européens où le mariage homosexuel est légal (Belgique, Pays-Bas et Espagne), il a estimé qu’en France, environ 2% des mariages seront des unions gays chaque année. «On observera un pic de mariages homosexuels les deux premières années suivant la loi, avec environ 6700 unions , puis le rythme de croisière devrait s’établir à 4000 mariages par an.»

Le Figaro

Partager cet article

Repost 0
Published by over - dans ECONOMIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : lareinfodujour93.fr
  • lareinfodujour93.fr
  • : Informations et rèinformations.Des conseils de lecture.
  • Contact

La république n'égalera jamais la royauté.

Recherche

information

 

    

  

      SITE "faitdiversFrance":

  http://faitdiversfrance.wordpress.com

 

Des images contre l'avortement

 

 

 

 

Texte Libre